La planète est sauvée, l’humanité disparaîtra...

Publié le par N.L. Taram

Si les humains ne la détruisent pas avant, notre planète devrait bientôt retrouver une nouvelle jeunesse. D’après le scientifique australien Frank Fenner, dans moins de 100 ans, les sociétés humaines ne seront plus...
Tout espoir n’est donc pas perdu pour les espèces animales et végétales qui vivent sur la Terre. Mais, je nous connais bien, nous allons faire notre possible pour que cela ne soit pas…. Non, mais !
 
 
Frank Fenner ne voit aucun espoir pour l'homme
 
Frank Fenner s'engage dans la bataille des guerres climatiques. Pour lui, la preuve du réchauffement est faite. Notre sort est scellé. «Nous allons disparaitre», dit l'éminent scientifique. «Quoi que nous fassions maintenant est trop tard.»
 
Fenner est une autorité sur l'extinction. Le professeur émérite en microbiologie à l'Université nationale australienne a joué un rôle prépondérant dans la disparition d'une espèce : le virus de la variole qui provoquait la variole. Et son travail sur le virus myxome de Saranelli a permis d’éradiquer des populations de lapin sauvages sur l'agriculture de terres dans le sud-est de l'Australie au début des années 1950.
Il a fait les commentaires dans une interview à son domicile dans une banlieue de Canberra. Maintenant à 95 ans, il donne rarement des entrevues. Mais, jusqu'à récemment, il se rendait au travail chaque jour à de l'ANU's John Curtin School de recherche médicale, dont il était directeur de 1967 à 1973.
 
Son point de vue biologique est également géologique. Il écrivit ses papiers d'abord sur l'environnement dans le début des années 1970, lorsque l'impact humain était émergent comme un gros problème. Il dit que la terre a saisi l'Anthropocène. Bien que non officielle sur l'échelle des temps géologiques, l'Anthropocène a été admis dans la terminologie scientifique. Il s'étend sur le temps depuis l'industrialisation, lorsque notre espèce a commencé à rivaliser avec la nature et les impacts de la Terre dans la conduite du climat à l'échelle planétaire. A l'origine de ces déséquilibres planétaires qui menacent la survie même de l'Humanité, Frank Fenner incrimine l'explosion démographique et la "consommation débridée". Le nombre d'Homo sapiens devrait dépasser 6,9 milliards de cette année, selon l'ONU.
Avec les retards dans l'action ferme contre les émissions de gaz à effet de serre, Fenner est pessimiste. «Nous allons subir le même sort que les personnes présentes sur le île de Pâques. Le changement climatique est juste au tout début. Mais nous constatons déjà des changements remarquables dans la météo.
 
Les aborigènes ont montré que sans la science, les émissions de dioxyde de carbone et le réchauffement planétaire, ils pouvaient survivre pendant 40 000 à 50 000 ans. Mais cela est impossible pour notre monde. L'espèce humaine est susceptible d'aller de la même manière que la plupart des espèces que nous avons vues disparaitre.... Homo sapiens devrait disparaître, peut-être dans 100 ans", dit-il. "Beaucoup d'autres animaux également. C'est une situation irréversible. Je pense qu'il est trop tard. J'essaie ne pas exprimer car il y a des gens essaient de faire quelque chose… Une atténuation ralentirait les choses, mais il y a déjà trop de gens sur terre.» Cette opinion est partagée par certains scientifiques, mais est étouffée par les sceptiques du changement climatique et les croyants. 
La planète est sauvée, l’humanité disparaîtra...
Stephen Boyden,  collègue et ami de longue date de Fanner, professeur retraité de l’ANU, dit qu'il y a un profond pessimisme chez certains écologistes, mais que d'autres sont plus optimistes : "Frank voit peut être juste, mais certains d'entre nous portent toujours l'espoir qu'il arrivera une prise de conscience de la situation et, par conséquent, un changement révolutionnaire nécessaire pour atteindre la durabilité écologique," dit Boyden, un immunologiste qui s'est tourné vers l'écologie humaine plus tard dans sa carrière. "C'est là que Frank et moi sommes différents. Nous sommes tous deux conscients de la gravité de la situation, mais je n'accepte pas qu'il soit nécessairement trop tard. Bien qu'il existe qu'une lueur d'espoir, il convient de travailler pour résoudre le problème. Nous avons les connaissances  scientifiques  pour le faire, mais nous n'avons pas la volonté politique."
 
Fenner ouvrira le colloque "Healthy Climate, Planet and People" à l'Académie australienne de la science la semaine prochaine (23 juin 2010). Le cadre de la série de conférence d’AAS Fenner vise à combler le fossé entre la politique et des sciences de l'environnement.
En 1980, Fenner a eu l'honneur d'annoncer l'éradication mondiale de la variole à l'Assemblée des Nations Unies, maladie qu’il a été le seul à avoir éradiquée. Trente ans après cette occasion, son interview est considérablement différente, il envisage le chaos d'une espèce au bord de l'extinction de masse.
 
«L’accroissement de la population vers sept, huit ou neuf milliards, entrainera des guerres pour les aliments,» dit-il. «Les petits-enfants des générations d'aujourd'hui seront confrontés à un monde beaucoup plus difficile.»
 
 
 
 
Note : Soyez indulgent pour ma traduction, je suis nul en anglais et pas très doué en français.

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didier MOREAUX 03/02/2019 18:21

Salut Pierre ,
Euh , il y a un problème dans ce que tu as écrit , je pense pas que j' arriverai a revenir dans 1000 ans et donc quand tu écris : nous verrons bien , je me gratte la tête !

N.L. Taram 04/02/2019 04:34

J'ai oublié de citer un excellent film : "La planète des singes"...

N.L. Taram 04/02/2019 04:32

C'était de l'humour. Mais sait-on jamais ??

Didier MOREAUX 02/02/2019 11:51

Alors là , les scientifiques et les experts , laissez moi rigoler , il y en a toujours un ou deux pour affirmer le contraire de ce qu' a dit le premier !
A tel point qu' en cherchant un peu et en se documentant , on ne sait plus qui croire !

N.L. Taram 02/02/2019 18:46

Salut Didier,
absolument, surtout sur ce sujet. De temps en temps, je lis ce genre d'article... et ça me laisse indifférent.
J'ai travaillé 23 ans avec des scientifiques (IRD ex/ORSTOM) ; quoique agent comptable, j'étais intéressé par leurs recherches. Mais c'était de la recherche actuelle et appliquée. Pour ce qui concerne le futur de la planète, si nous revenons dans 1.000 ans, il y aura certainement eu du changement. Nous verrons bien... :-)