COMME AU VANUATU ?

Publié le par N.L. Taram

Gaston Flosse serait-il notre Jimmy Stevens ?

Jimmy Stevens, le rebelle...

Nagriamel
 
Nagriamel apparut sur l'île d'Espiritu Santo au milieu des années 1960, dans ce qui était alors le condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides. Sa raison d'être était de protester contre l'aliénation des terres autochtones par les colonisateurs. Son fondateur fut Jimmy Stevens, travailleur sur les plantations coloniales. Il demanda à ce que les terres aliénées mais non exploitées soient restituées à leurs propriétaires autochtones coutumiers, tout en acceptant de reconnaître les intérêts des Européens dans les terres déjà mises en exploitation.
Nagriamel fut le premier grand mouvement de contestation à l'encontre des autorités coloniales, et reçut le soutien de plusieurs milliers de personnes dans les îles du centre et du nord du pays. Il fut par la suite dépassé par le Vanua'aku Pati, véritable parti politique anticolonial structuré, disposant de soutiens dans toute la colonie.
.........................
Eric Gaba – Wikimedia Commons user: Sting

Eric Gaba – Wikimedia Commons user: Sting

VANUATU
.............
L'émergence du nationalisme et la décolonisation (1971-1980)
Le premier parti politique vanuatu fut fondé en 1971 par le pasteur anglican Walter Lini. D’abord nommé Parti national des Nouvelles-Hébrides, il prit le nom de Vanua'aku en 1974. La même année, il fit parvenir une pétition aux Nations unies demandant l’indépendance du Vanuatu. L’administration du condominium promit d’organiser des élections en novembre 1979. Le Vanua’aku les remporta, Walter Lini prit la tête du gouvernement et l’indépendance fut fixée au mois de juillet 1980.
 
En novembre 1979 les francophones d'Espiritu Santo et l'île de Tanna, qui ne soutenaient pas le Vanua’aku, firent alors sécession. La Grande-Bretagne envisagea d’y envoyer l’armée mais la France l’en dissuada. En mai 1980, une insurrection sur Tanna divisa l’île entre les partisans du gouvernement et ceux de la France (appelés Modérés). Le 28 mai 1980 sur Espiritu Santo, les sécessionnistes du mouvement Nagrimael prirent Luganville et y déployèrent le drapeau de la République indépendante de Vemarana. Le gouvernement de Lini ordonna un blocus de l’île et fit occuper Tanna le 2 juin 1980.

Le 3 juin 1980, la France, par la voix de son représentant sur place, reconnait l'indépendance de Santo. Jimmy Stevens (1922-1994) devient Premier ministre et forme un gouvernement à Luganville, le 5 juin 1980. Mais les négociations avec Port-Vila échouent et du 27 juillet au 18 août 1980 les forces armée franco-britanniques rétablissent l'ordre.
 
Le 31 août 1980, lendemain de l'indépendance du Vanuatu, Lini obtint l’aide militaire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (Kumul Force) qui reprit le contrôle du pays. La sécession du Vemarana fut réprimée et 2274 personnes arrêtées, dont Stevens qui est condamné à 15 ans de prison. Il ne sera libéré que le 19 août 1991.
...................

Publié dans Politique

Commenter cet article