LETTRES OUBLIÉES (5)

Publié le par N.L. Taram

Jacques Brel - Les Marquises

Dans cet épisode, les noms des personnages sont ceux qui ont été utilisés par l'auteur de ces lettres.
 
(L'exilé)
 
Sainte-Hélène, le 12 ventôse de l'an 206
 
Chère Joséphine,
Je t'écris cette missive depuis mon exil pour te dire que je ne t'ai pas oubliée.
Malgré les aléas de la vie et les revers de l'histoire, l'Aigle est toujours debout et reprendra bientôt son vol.
Tu le verras débarquer sur les côtes des environs de Fréjus, comme à mon retour de l'île d'Elbe et cela ne sera pas pour 100 jours... Je sais bien que mes geôliers essayent de m'empoisonner, mais j'ai gagné plus d'une bataille et notre prochaine rencontre sera Austerlitz (hum! Papenoo, morne plaine...).
Bon, a part ça, tout va bien, je viens de passer une semaine à travailler dur à de nouveaux programmes informatiques pour satisfaire les désirs de mes chefs (les "geôliers" ci-dessus).
Sur Papenoo il pleut toujours, mais je ne désespère pas, le printemps approche :
Ah! vienne vite le Printemps,
Et son clair soleil qui caresse,
Et ses doux oiseaux caquetants!
Refleurisse l'enchanteresse
Gloire des jardins et des champs
Que l'âpre hiver tient en détresse!
(encore Paul Verlaine)
 
Salut et fraternité, oh! mon aimée
Napoléon.
 
----------o----------
 
Liz Taylor & Richard Burton - Cléopâtre
(Le délire)
 
Chère Cléopâtre,
Nous n'étions pas le 12 ventôse, lors de mon dernier message, mais plutôt vers le 22 ou 23.
Cela m'a donné une idée pour éviter le bug de l'an 2000 : utilisons le calendrier républicain, nous sommes en 206 et ça nous donne du temps avant l'an 2000. Je vais faire campagne dans ce sens...
Ici, rien de nouveau : César est en mission à Lutèce et moi je m'ennuie tout seul au pied des pyramides en attendant mon remplaçant à la tête des légions romaines. Ensuite, direction Alexandrie rejoindre ma reine, la Vlléme du nom...
 
Je t'embrasse,
Antoine.
----------o----------
 
Jacques Brel - Une île
Échange de messages en direct entre Paul et Virginie.
 
(Le dialogue)
 
 
Paul : Chère Virginie,
Oh, Oh!!! Seize lignes de toi ce lundi matin, et une mission de toi en
Octobre, et peut-être une affectation de toi un de ces jours à Tahiti, et tu n'as pas oublié que j'ai choisi le "café-crème", et le soleil qui est revenu, et mes programmes qui marchent, et le blues nouveau qui est gouleyant...
Décidément, cette semaine s'annonce bien.
.................
Virginie : Et si je me décide à partager mon gâteau (le problème est que j'ai peur qu'on me le vole en totalité), un chantier au Mexique.
Paul : Tu as raison, les hommes sont des voleurs de gâteau (et puis ton gâteau est tentant, gardes m'en une tranche...)
Virginie : De toutes façons, nous espérons venir en mission a Tikehau en Octobre; la  bande de la dernière mission (alerte rouge).
Paul : Hum! Boudu ou De Guiche ? je prépare un soirée Miles Davis à tout hasard...
Virginie : Je n'ai pas oublie que tu as choisi le "café-crème".
Paul : J'ai fouillé toute la littérature (galante!) et je n'ai pas trouvé de référence au "bordeaux ou café-crème". Je crains d'avoir fait le mauvais choix, explique-moi, stp... (mais le café-crème avec le tabac local, c'est pas mal)
Virginie : Je suis si fatiguée, Paul   
Paul : Mon épaule et un petit fare au bord l'eau, plein de fleurs, et de couleurs, et de musique, et de rêves, et de bruits, et de silences, et de rires, et de joies, t'attendent...
Virginie : As-tu abandonné l'écriture? (SNIFF, SNIIIIIIFFFFFFF).
Paul : Ben, tu vois ci-dessus, si tu me fournis du carburant, ça marche encore...
 
Bise à toi qui pense à moi de moi qui pense à toi
Un qui t'aimais trop, Paul.
LETTRES OUBLIÉES (5)
"Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?"
Jean Racine (Bérénice)

Commenter cet article