TAI - UTA - AIR FRANCE

Publié le par N.L. Taram

Vidéo
 
La ligne Paris Papeete fête ses 50 ans
Cela me rappelle des souvenirs...
 
Il y a 51 ans et quelques, le 22 juillet 1963 à 17 heures, j'embarquais sur le DC8 de la TAI à l'aéroport d'Orly (Paris) en compagnie d'un lieutenant et de onze sapeurs du génie dont je faisais partie.
TAI - UTA - AIR FRANCE
Après les escales d'Athènes, Beyrouth, Karachi, Singapour, Saigon, Darwin, Sydney, Nouméa, Fidji (Nandi) et, enfin, Papeete...."
Je suis le 2ème à partir de la droite

Je suis le 2ème à partir de la droite

Le 24 juillet, soit le 23 juillet 0h15 à Tahiti, j'arrivais à l'aéroport de Faa'a où nous étions accueillis sur le motu Tahiri et ensuite logés au Grand Hôtel à Papeete. En plein les fêtes du Tiurai...
TAI - UTA - AIR FRANCE
TAI - UTA - AIR FRANCE
Une nouvelle vie commençait...
 
Un jour, sur un forum de discussion, une correspondante me demanda où j'étais né. Après un moment d'hésitation, j'improvisais ce texte :
 
Ha ! Cette question, je m’y attendais un peu ?
Tout d’abord, quelques  précisions :
Je ne fais pas partie « Des inbécil’s heureux qui sont nés quelque part. » (Georges Brassens).
Ensuite, je suis né deux fois…..
Alors voyons, la première fois c’était où déjà ? Voyons, où se trouvait ma mère ce jour là ? Ça y est, je me souviens, en Bas-Languedoc. C’était la guerre, mes parents m’amenaient dans les vignes environnantes chaque fois que les bombardiers américains venaient bombarder la ville. Charmante ville de 50.000 habitants quand je l’ai quittée définitivement à l’âge de 22 ans. 300.000 habitants maintenant, ouf ! Je suis parti à temps….
La deuxième fois que je suis né, je m’en souviens très bien, c’était le 23 juillet 1963 quand j’ai échoué sur une plage du motu Tahiri de Tahiti.
« hotu påinu » disaient mes nouveaux parents. Ils ne m’ont pas demandé si j’étais riche ou pauvre, si j’étais croyant ou athée, si je resterai ou si je repartirai, si je parlais le reo maohi, si j’étais de gauche ou de droite,… ils n’ont pas voulu voir mon carnet de santé, mon passeport, mon ADN, mon permis de conduire, ma carte de sécu, mes diplômes,….  Ils m’ont adopté sans formalité et m’ont donné leur fille pour épouse, c’est tout. Maintenant je suis chez eux comme chez moi, ils m’amusent, les anciens me racontent des histoires de « tûpåpa’u », de mon côté je les fais rire avec mes coups de soleil et mon « assent » à la Pagnol.
Alors, où je suis né, je te laisse le choix, moi ça ne m’intéresse pas…

Publié dans Souvenirs, Vidéo - PPS

Commenter cet article

Jean-Paul 06/11/2014 12:24

Bonjour Pierrot.
De bien belles photos qui ne datent pas d’hier. Comme tout ça à bien changé. Je suis arrivé en DC 10, il y à eu 40 ans au mois de Juin!
Je garde un bon souvenir de l'île de Tahiti à cette époque, et puis il y eu le reste que tu connais.
Porte toi bien.
Amitiés.

N.L. Taram 06/11/2014 17:41

Bonjour Jean-Paul,
heureusement qu'il reste ces bons souvenirs. Le reste, il ne faut pas l'oublier bien sur.... Mais pensons "à vivre".....

Vahine 04/11/2014 19:25

Super histoire !

N.L. Taram 04/11/2014 20:34

Bonjour Vahine et merci pour ta visite.
En effet, belle histoire, mais les temps ont bien changé depuis.... comme ailleurs !