LE TRÉSOR SACRÉ

Publié le par N.L. Taram

 
 
 
 
 
 
Carnage à Charlie Hebdo
"Pourquoi tout ça ?" ou "Tout ça pour quoi ?"

par Thierry  -  06/02/2015
 
.................
Ma réponse à cette question m'a inspiré cette parabole iconoclaste
 
----------o----------
Le trésor sacré
 
Il y a bien longtemps, dans une contrée lointaine, un homme qui se faisait appeler "Le prophète" rassembla ses fidèles dans un imposant temple de pierre qui trônait au centre d'une petite communauté spirituelle. Il avait revêtu sa toge blanche afin de présenter à ses disciples l'épreuve qui devait mettre un point final à leur longue initiation. Les membres de l'assemblée vouaient une confiance aveugle et une vénération sans bornes à leur maître. Ils attendaient de recevoir les instructions suprêmes dans un silence religieux.
Sur un ton emphatique, le prophète prit la parole pour présenter à son auditoire l'objet de cette ultime épreuve.


"Mes très chers frères, l'objectif de la dernière étape de votre initiation est de tester votre fidélité et votre foi inébranlable dans mon enseignement. A quelques lieues de là, un coffret d'une valeur inestimable est enterré dans un espace sacré. L'existence de ce trésor ne fait aucun doute. Il m'a fallu de longues années pour le localiser avec précision. Pour ce faire, les grands prêtres ont interprété les textes anciens et les astrologues ont longuement interrogé le ciel. La découverte de ce trésor doit mettre un point final à vos doutes et à vos interrogations. Le coffret est enfoui dans un champ à quelques lieues de là. La prophétie dit qu'il renferme la preuve sacrée de la "Vérité Universelle". La découverte de ce "Grand Mystère" est l'ultime phase de votre quête mystique ; elle vous donnera le statut d'initié. Pénétrés par la Sainte Lumière, vous pourrez ensuite partir sur les routes pour dispenser la bonne parole. Soyez, perspicaces, rapides et courageux car la prophétie précise que vous devez trouver le trésor avant le coucher du soleil faute de quoi le coffre restera sous la terre et nous devrons attendre cent longues années avant que les oracles permettent à nouveau sa mise à jour."

Après avoir donné ses instructions et béni l'assemblée, le prophète entra en prière en attendant qu'on lui présentât l'objet de la Sainte Quête.

Sans perdre de temps, les fidèles prirent la direction du terrain sacré en emmenant avec eux quelques outils destinés à retourner la terre. Après une bonne heure de marche d'un pas alerte, ils découvrirent un petit champ herbeux dont les contours avaient été soigneusement délimités par les prêtres à l'aide de petites bandelettes de tissu blanc. Le terrain n'était pas bien grand mais, à l'intérieur de celui-ci, l'emplacement du trésor n'avait pas pu être localisé avec précision. Pour le découvrir, les disciples prirent conscience qu'ils allaient être obligés de retourner une énorme quantité de terre. Si la chance n'était pas au rendez-vous, le travail en perspective allait être titanesque d'autant que le temps risquait de manquer. Le soleil était déjà au zénith ! Les fidèles comprirent alors que la découverte du coffret était compromise d'autant que le nombre d'outils dont ils disposaient était très insuffisant. Le temps imparti permettait tout juste de fouiller le tiers de la superficie du champ. Ils devaient absolument s'organiser et privilégier un secteur de fouilles. Ils se réunirent en cercle afin de définir une stratégie commune. Les prises de parole se succédèrent. De nombreux arguments furent échangés pour tenter de localiser une zone à explorer en priorité. Le débat était animé et les avis divergeaient. Bientôt trois disciples se distinguèrent assez nettement de l'ensemble du groupe, ils désignèrent du doigt trois parcelles différentes en appuyant leur choix respectifs avec moult arguments théologiques.


"- Il faut creuser dans la partie du terrain la plus herbeuse, celle où la terre est la plus généreuse ! C'est écrit dans les livres sacrés que nous a lus notre grand maître !"

"- Non, creusons dans la parcelle située en direction du Levant ! Ce trésor est la lumière de l'esprit ! C'est vers la lumière qu'il nous faut chercher !"

"- Êtes-vous ignorants au point de ne pas savoir qu'il faut creuser au centre ? La vérité n'est-elle pas toujours au centre de toute chose ?"


Bien que tous les disciples fussent habités par une foi commune, ils commencèrent à se déchirer et se partagèrent en trois groupes d'égale importance derrière les trois prédicateurs. Les invectives, les insultes et les menaces commencèrent à fuser de toute part car hormis le différent lié à la localisation, chaque clan exigeait d'avoir l'usage exclusif des quelques outils disponibles.

Attirés par le remue-ménage et par les cris, quelques habitants du village voisin vinrent assister à la querelle qui prenait de l'ampleur. Ces villageois vivaient dans une petite communauté à la lisière de la forêt. Ils avaient été rejetés par les membres de la secte car ils avaient résisté au prosélytisme du "prophète". Ils étaient restés indifférents à ses fables et à ses affirmations sans preuve. Ces hommes dignes et sages avaient refusé de mettre un genou à terre devant les icônes brandies par le Grand Maître. Ils avaient refusé de voir leurs questionnements métaphysiques enfermés dans un dogme exclusif et rejetaient toute forme de sacralité. A la vénération, ils préféraient la pratique des arts, la contemplation du monde et l'étude des sciences. Ils étudiaient dans de vieux livres qui avaient échappé aux flammes du grand autodafé organisé par le prophète. Ils étaient méprisés pour leur impiété et régulièrement victimes de sarcasmes et de persécutions. Suffisamment lucides pour savoir qu'aucun trésor n'était enfoui dans le champ, ils assistaient impuissants à la scène qui se déroulait sous leurs yeux. Les villageois essayèrent vainement de ramener les belligérants au calme.

Malheureusement, la croyance fut bien plus puissante que la raison et, après les insultes, les coups commencèrent à pleuvoir. Afin de sonder leur parcelle de prédilection, les membres des trois clans commencèrent à se battent pour s'approprier les rares outils disponibles. Rendus sourds et aveugles par l'objet de leur quête, les fidèles furent peu à peu submergés par une violence extrême. Certains disciples, privés de pelle et de pioche se mirent à creuser la terre à mains nues, avec frénésie. Finalement, la violence atteignit un paroxysme tel que les fidèles s'entre-tuèrent jusqu'au dernier. Au coucher du soleil, l'ensemble des disciples gisait sur une terre gorgée de leur sang.

L'histoire ne dit pas si le prophète s'enorgueillit de cet ultime témoignage de fidélité ! Enfermé dans ses certitudes ou dans sa folie, peut-être pensa-t-il que ses disciples avaient manqué de sagesse et que, pour cette raison, ils ne s'étaient pas montrés dignes de recevoir la Lumière de la Vérité ! Les hommes de foi ont plus d'une pirouette rhétorique dans leur sac !

Bien plus tard, le temple fut abandonné et cette histoire dramatique fut oubliée. Le terrain où s'était déroulé le drame retourna à sa vocation agricole. Pendant des années il fut retourné et labouré en tous sens par les villageois qui, eux, savaient que leur destin était ici-bas ... entre leurs mains ! Jamais le moindre trésor ne fut découvert !
Toute cette violence, tous ces morts, pour rien ! Des morts absurdes pour un espoir fou, pour une croyance aveugle, pour une illusion consolatrice servie par une foi aveugle !
..............
Thierry
Francisco de Goya "Le sommeil de la Raison engendre des monstres"

Francisco de Goya "Le sommeil de la Raison engendre des monstres"

Publié dans LIBRE PENSÉE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article