CINÉMA D'ART & D'ESSAI

Publié le par N.L. Taram

Un article récent sur un blog ami, m'a remis en mémoire mes après-midi passés, avec mon ami Jean-Pierre, dans un petit cinéma, le "Lynx", que nous appelions "cinéma d'Art et d'Essai".
Maintenant "Cinéma Art et Essai" est régi par un décret du 25 octobre 1991, consolidé le 24 avril 2002, et est donc devenu sans intérêt. En fait, notre "Lynx" était seulement un cinéma qui passait des œuvres d'art...
 
Je me souviens de quelques titres :
 
- "Les fraises sauvages" d'Ingmar Bergman. La veille de la cérémonie qui doit honorer et célébrer sa longue carrière de médecin, le professeur Isak Borg fait un rêve étrange où il est confronté à sa propre mort.
 
- "Les mains sales" d'après une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre, avec Daniel Gélin et Pierre Brasseur. Dans un pays d'Europe centrale, un jeune intellectuel, membre d'un parti révolutionnaire, affronte les redoutables exigences de ce parti.
 
- "Viridiana" de  Louis Buñuel. Viridiana va bientôt prononcer ses vœux et s'enfermer dans un couvent. Auparavant, elle vient une dernière fois saluer son oncle, riche bourgeois. L'oncle la drogue et fait semblant d'abuser d'elle afin qu'elle accepte de l'épouser. Elle refuse, horrifiée. Rongé par le remords, il se donne la mort. Ce film me fit découvrir "Le Messie" de Haendel.
 
- "Les bas-fonds" de Jean Renoir, adaptation de la pièce éponyme de Maxime Gorki, avec Jean Gabin et Louis Jouvet. Pépel est un voleur qui vit dans une pension des bas-fonds tenue par Kostileff, un recéleur. Il est aimé par deux femmes, deux sœurs, Vassilissa, épouse du receleur, une jalouse dont il est l'amant, et la pure Natacha, sœur de Vassilissa, qui l'aime secrètement. Lors d'un cambriolage, Pépel est surpris par le propriétaire des lieux, un baron ruiné, chez qui les huissiers doivent saisir, le lendemain, tous les meubles. Les deux hommes sympathisent et deviennent amis.
 
- "Hiroshima, mon amour" d'Alain Resnais, avec Emmanuelle Riva et Eiji Okada. Une actrice se rend à Hiroshima pour tourner un film sur la paix. Elle y rencontre un Japonais qui devient son amant, mais aussi son confident. Il lui parle de sa vie et lui répète « Tu n'as rien vu à Hiroshima ». .  Je ne comprendrai que plus tard...
 
et tant d'autres...
 
Quelques extraits trouvés sur You Tube :
Les fraises sauvages
Les mains sales (rien trouvé sur le film, cliquer sur le message)
Viridiana
Les bas-fonds
Hiroshima mon amour

Publié dans Cinéma, Arts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article