TAHITI - PARIS

Publié le par N.L. Taram

PAUL GAUGUIN
 
SOUS DEUX LATITUDES
 
 
 
Par le 17e de latitude, aux antipodes, les nuits sont toutes belles !
La traînée de lait sillonne la grande vallée et lentement des mondes traversent la voûte céleste : leur trajectoire ne s'explique pas, car le silence subsiste. Ce sont des génies disent les barbares. Ces génies ne sont pas prophètes, ils cherchent une autre patrie.
 
* *
Autour de l'île les infiniment petits ont formé une barrière gigantesque : les lames secouent et ne terrassent pas la muraille, l'inondant de jets phosphorescents. Ces volutes bordées de verte dentelle je les ai vaguement regardées, ma pensée loin du regard, inconsciente de l'heure ; la notion du temps, ces nuits-là se perd dans l'espace. Je les ai entendues aussi orchestrer en notes de tambour un chant monotone.
.................
TAHITI - PARIS
Par le 47e de latitude, à Paris je crois : il n'y a plus de cocotiers, les rumeurs n'ont plus de sens musical. Des palais, des boulevards, des masures aussi, des basses rues garnies de trottoirs glissant sous les pieds des filles, des alphonses. Vous connaissez sans doute la rue Rochechouart : d'Harcourt y possède un hall. — D'Harcourt, un mécène, on me l'affirme. Un matin fixé d'avance comme ren­dez-vous, je traverse une grande salle vide de monde : des bancs nus, des points d'interroga­tion, ce sont des contrebasses. Et je m'intro­duis dans le cabinet d'Harcourt sous un orgue imposant. Que vais-je dire ? Je crois à l'art, c'est assez : mon nom bien insuffisant, mon visage peu avenant, ma boutonnière vide de ruban. C'est peu. Mais je crois à l'art c'est tout.
.................
 
Dans la rue, les égouts exhalent leur puanteur et cependant je respire mieux: il me semble que je suis autrement que tout à l'heure.
En descendant le boulevard, je me dis : Si nous allions encore une fois au 17e de latitude.
Là les nuits sont toutes belles.
TAHITI - PARIS
------------------------------------------------------------------------------------------
Notes :
TAHITI : 17° 40' Sud
PARIS : 48°51' Nord

Publié dans Littérature, Arts, Paul Gauguin

Commenter cet article

Maiarii 31/05/2015 05:42

Si le pauvre Gauguin revenait, il serait déçu. Mais il l'avait peut-être prévu ?

TevaTamahne 31/05/2015 05:11

Le problème Pierre c'est qu'il ne peut y avoir de croissance durable, tout fini par s'épuiser et on voit bien que depuis 2008 la crise ne faiblit pas, l'économie réelle est mal en point et la finance internationale (US) est sous assistance des QE 1, 2 ,3 idem au Japon et avec la BCE en Europe. La Chine, moteur de l'économie mondiale, également rencontre des soucis. Le plein emploi c'est du passé, alors qu'est-ce que l'on fait à part compter sur des investissements étrangers qui semblent loin de se concrétiser ? Le grand capital ne veut pas changer de modèle alors continuons comme ça et vogue la galère. Le retour en arrière ce n'est agréable pour personne et personne ne veut en parler et pourtant cela existe et de plus en plus de gens y sont confrontés. Il paraît que le nouveau ministre de la relance économique a la solution, et hop l'espoir revient ! Après tout pourquoi pas. Les chiffres et les analyses de Hirofarepote sont bons, le constat est inquiétant mais qui a la solution ? On paie le prix en Polynésie d'une évolution qui a brulé les étapes avec toutes les pathologies qui vont avec.

N.L. Taram 31/05/2015 05:37

Comme tu l'écris "Vogue la galère", enfin tout cela n'est pas enthousiasmant...
Au fait, notre ami Hiro a pondu un nouvel article, je l'ai partagé sur Facebook en ces termes : Choisir l'intégration régionale pour se protéger des forces extérieures "C’est là le discours des craintifs ou de ceux qui veulent sauvegarder leurs rentes au détriment des populations locales. Leur patriotisme économique cache en fait le patriotisme de leur propre portefeuille."

yves 31/05/2015 02:56

bonjour

ici aux GAMBIER ,.....la vie est toujours magnifique
je ne parle même pas des nuits ,......
portez vous bien
que le grand de la haut veille sur vous et les votres
yves

N.L. Taram 31/05/2015 04:59

Bonjour Yves, heureux homme des Gambiers. Je te souhaite une longue vie là où les journées comme les nuits sont belles.
Pour moi à Papenoo, je suis bien et je sors peu... mais de plus en plus souvent chez le médecin, le pharmacien et même, quelque fois, la clinique. Avantage ou inconvénient ??

N.L. Taram 30/05/2015 22:35

Bonjour Teva, on peut rêver "... que Tahiti garde son charme et son âme...", je crois qu'en ce qui concerne son charme et son âme c'est perdu depuis longtemps surtout pour l'île de Tahiti. Quant aux grands projets a-t-on le choix ? Je te rappelle un texte de Hirofarepote "...chômage structurel de l’ordre de 25 % de la population active (le taux de chômage des jeunes est encore plus élevé, puisqu’il est au moins de 40%…), taux de pauvreté qui touche 25 à 30% de notre population..."
Mais les nuits sont belles.

TevaTamahine 30/05/2015 20:47

J'aime bien ce billet. J'en viens à penser que l'échec de tous les grands projets que l'on nous sert depuis des années est peut être une chance inespérée que Tahiti garde son charme et son âme, en tout cas le peu qu'il lui reste est précieux et c'est toujours vrai que les nuits sont belles !

jacques 30/05/2015 14:17

bonjour pierre.
nous avons beaucoup de points communs,peinture,musique(sauf keith jarrett),films etc.....
bonne santé à tout le monde et à bientôt merci pour tes mail .
jacques

N.L. Taram 30/05/2015 22:22

Bonjour Jacques, en effet des points communs.... Pour Keith Jarrett, c'est mon amour pour le piano et l'aboutissement d'une longue démarche (depuis 1977). Par contre pour les voitures en général et celles de course en particulier, c'est pas mon truc ☺
Portes toi bien et à bientôt sur le net... faute de mieux.