REVEREND GARY DAVIS

Publié le par N.L. Taram

BLIND GARY DAVIS
(chanteur, guitariste et banjoïste). Né près de Clinton (Caroline du Sud) le 30 avril 1896.
Mort à Nuetonville (New Jersey) le 5 mai 1972.
 
A l'âge de quelques mois, atteint d'ulcères aux yeux, Gary devient aveugle. En 1901, il apprend l'harmonica et deux ans plus tard, s'initie à la guitare et au banjo. A treize ans. il commence à se produire lors de petites fêtes locales puis en 1912-1913. résidant à Greenville (Caroline du Sud), il se joint à un « string band » où figure notamment Willie Walker. En 1917, Gary quitte Greenville pour mener pendant plusieurs années une vie itinérante, se produisant dans les rues de nombreuses villes de la Côte Est et animant des bals. Vers 1930, il s'établit à Durham (Caroline du Nord) et y fréquente une école pour aveugles. Deux ans plus tard, il fait la connaissance de Blind Boy Fuller dont il devient le mentor et en 1933. il est ordonné pasteur baptiste à Washington (Caroli­ne du Nord). 
REVEREND GARY DAVIS
Le Révérend Gary Davis dirige localement trois églises, mais se produit aussi avec Blind Boy Fuller et « Bull City Red » (George Washington) dans la région de Durham. Remarqué par J.B. Long, il enregistre en 1935 pour ARC. De 1936 à 1940. il voyage dans les Carolines. officiant dans des églises, lors de « camp meetings ». et dans les rues. En 1940, il émigre à New York et jusqu'au début des années soixante, il chante et prêche dans le quartier de Harlem, le plus souvent dans la 138e Rue, ainsi que dans le Bronx et à Brooklyn. Il enregistre alors pour Lenox, Riverside. Stinson et Folk Lyric. En 1959, il participe au Mariposa Folk Festival (Canada) et, à partir du début des années soixante, se produit essentiellement en concert dans les universités américaines et dans des clubs comme le « Purple Onion » à Toronto (1963) et le « Ash Grove » de Los Angeles (1969). Il effectue en outre trois tournées en Europe (1964 avec l'American Folk Blues and Gospel Caravan, juin 1965 et juillet-août 1971) et participe à plusieurs festivals (Newport en 1963, Berkeley en 1970). De 1960 à 1971, il grave de nombreux albums pour Prestige, Vanguard, Transatlantic et Kicking Mule, entre autres. En octobre 1971, Gary est hospitalisé, et deux mois plus tard il est terrassé par une attaque. Il se rétablit, donne un concert à Northport (Long Island) fin avril 1972, et meurt deux semaines après d'une crise cardiaque.
Blind Gary Davis apparaît dans un film qui porte son nom (« Blind Gary Davis » de Harold Becker, 1964). Mieux que quiconque, Blind Gary Davis sut démontrer la richesse qui peut jaillir de l'union hybride du blues et du gospel. D'une voix âpre, rauque et sonore, il détaillait les chants religieux avec une intensité sauvage évoquant les prêcheurs noirs. Il traitait le répertoire profane avec une ferveur contenue, enjolivée de subtils sous-entendus. Doté d'une virtuosité instrumentale exceptionnelle, il jouait avec une vélocité insolente des phrases de guitare ciselées avec minutie. Il savait faire parler son instrument et entretenait avec lui un dialogue permanent, pimenté d'interjections et de remarques.
(Extrait du "DICTIONNAIRE DU BLUES" de Jean-Claude Arnaudon)

 

Publié dans Musique, Blues

Commenter cet article