MÉMOIRES D'OUTRE-MER (4)

Publié le par N.L. Taram

Suite des "Mémoires d'Outre-mer".
 
Je terminais le précédent chapitre par "...nous prenons l'avion, Eugénie et moi, lundi 9 mars 1970 à 7h15... Adieu Tahiti, bonjour Nouméa..."
Nouméa, rue de l'Alma - 1970

Nouméa, rue de l'Alma - 1970

----------o----------
 
 
I - L'expérience calédonienne
 
Nous voici arrivée en Nouvelle-Calédonie et de suite au boulot ; c'est pas le travail qui manque. Énormément de gens sont venus pour travailler, il n'y a plus de logement disponible, les hôtels sont pleins ainsi que les terrains de camping y compris le camping "sauvage". Après deux nuits à l'hôtel, nous logerons sous une toile de tente (surélevée et plancher) sur le petit terrain de mon ami qui me reçoit et avec qui je vais travailler. Lui-même et sa compagne tahitienne ne logent que dans une petite baraque préfabriquée au Mont Dore à 30 km de Nouméa. Bien sur pas d'électricité mais nous avons l'eau courante.
 
J'écris à ma mère : 
le 18/08/1970 - "... Après la 1ère impression, je suis un peu décu par le pays. Pas tellement par la nature et le climat (quoiqu'il pleuve autant qu'à Tahiti), en ce moment il fait même plus froid (on a des minimums de +8°) ; Mais c'est surtout les gens qui sont décevants :
- les calédoniens blancs ont un peu la mentalité des pieds-noirs en pire.
- les canaques, premier habitants de l'île, ont l'air plus sympathiques et plus accueillants ; mais on en voit très peu à Nouméa et pratiquement pas dans les petites entreprises.
- les métropolitains venus pour travailler (ainsi que les autres : vietnamiens, australiens, tahitiens, wallisiens, espagnols, portugais, javanais, indous) ne sont pas plus intéressants ; ils ne pensent qu'à faire du pognon pour rentrer chez eux au plus vite ; ils travaillent en moyenne 12 heures par jour... ".
 
Je me rendrai compte très rapidement que la "colonie" tahitienne est très solidaire ; les tahitiens se rendent service et s'entraident. Je leur dois beaucoup, ma compagne ayant accouché de mon premier fils alors que j'étais sur un chantier en brousse ; je ne suis revenu que 4 ou 5 jours plus tard.
 
le 11/09/1970 - " Le pays est moins joli, à 1ère vue, que Tahiti, la campagne et la côte ressemble beaucoup au Midi de la France. Nouméa ressemble à une petite ville de province mais il y a des usines, des cheminées et de la poussière..."
MÉMOIRES D'OUTRE-MER (4)
le 29/04/1971 - "... Donc dernière tentative, avant de quitter la Nelle-Calédonie, j'ai fait une demande pour la société Le Nickel. J'ai demandé Poro (à 250 km de Nouméa) où j'ai plusieurs amis de Tahiti, en particulier le copain Dominique Sassone qui est venu à la même période que moi. Là-bas, il y a une bonne ambiance, il y a beaucoup de tahitiens, comme le chef de centre et son adjoint, des anciens de la société des Phosphates de Makatea en Polynésie..."
 
Pendant mes 8 jours de congé à Poro chez Dominique, nous recevrons un groupe de danse venu de Tahiti. La photo de  notre bringue avec ce groupe se trouve sur le texte "Aventure en Kanaky".
Dominique Sassone à Nouméa

Dominique Sassone à Nouméa

 Le 12/06/1971  - "... Je quitte ce matin la Nouvelle-Calédonie pour Tahiti..."
 
Mais pas déçu, je reviens à Tahiti en ayant acquis de nouvelles expériences. Je pense même que c'est dans les erreurs qu'on apprend le plus. J'aurai appris à faire des enseignes lumineuses, de la charpente métallique (dont un accident qui aurait pu être grave), du bricolage (la spécialité de mon patron), de la soudure, etc...
 
II - Aventure en Kanaky
 
Mon meilleur souvenir, outre le groupe de danse à Poro et quelques missions en brousse, ce sera les parties de pêche aux black-bass, le dimanche avec un collègue de travail, dans le lac de Yaté. Pour ma compagne, les balades dans les tribus de la côte-est avec notre ami et voisin Franck Fay.
Aéroport de Tontouta, Nouvelle-Calédonie

Aéroport de Tontouta, Nouvelle-Calédonie

Publié dans Souvenirs, POLYNÉSIE

Commenter cet article

yves 12/07/2015 03:40

bonjour

comme dab ,magnifique narrations
porte toi bien

N.L. Taram 12/07/2015 04:11

Bonjour Yves,
voici ce que je viens d'écrire à 2 ami(e)s sur Facebook, concernant cet article. Je mets ton prénom à la place de leur prénom :
Merci ...Yves... d'avoir apprécié ce texte sur la Nouvelle-Calédonie. Je suis quand même un peu déçu par ce que j'ai écrit ; je me contente de parler un peu du paysage, du climat et des habitants. J'ai pourtant vécu quelques belles anecdotes et aventures à Nouméa et, surtout, pendant les chantiers en brousse. Si ces faits me reviennent en mémoire, cela sera l'occasion d'une suite de cette "aventure en Kanaky"... (l'émission que je viens de voir à la télé sur la Bolivie, m'a rappelé la Nouvelle-Calédonie).