RETOUR VERS LA FÉODALITÉ (2)

Publié le par N.L. Taram

TOUR DE BABEL

TOUR DE BABEL

Le roi de France remet ça sur le tapis...
 
 
Déjà le 10 décembre 2013, un projet de loi constitutionnelle permettant la ratification de la charte de l'empire européen sur les langues régionales et minoritaires avait été présenté à l'assemblée de France.
Cette fois-ci, le gouvernement ayant des doutes sur leur majorité (comme en Polynésie), propose cette ratification avec une consultation par internet. C'est les "fanas" de Facebook qui vont décider.
 
 
UNE CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES LANGUES RÉGIONALES
à Tahiti aussi...
 
Comme l'écrit le journaliste de Radio 1 : L’occasion de faire entendre la voix des Polynésiens sur les langues reo maohi.
Pour la Polynésie, je suis plutôt d'accord ; c'est vrai quoi, si tous nos jeunes deviennent docteurs en médecine, licenciés en droit ou ingénieurs, comment va-t-on pouvoir trouver des femmes de ménages ou des jardiniers ?
Donc la décision va être prise par notre ministre de l'enseignement.
Le problème c'est de savoir quel "reo maohi" va être choisi : celui de Tahiti, des Îles-sous-le-vent, des Australes, des Tuamotu de l'est ou de l'ouest, de Mangareva, des Marquises, sans compter les autres maoris du Pacifique sud.
Mais nos dirigeants en ont rien à faire, leurs gosses vont étudier en France, USA, Nouvelle-Zelande, Australie, même en Chine. Que le petit peuple reste dans l'ignorance, cela les arrange. Puis avec l'informatique dans tout les domaines, le reo maohi va pas être très utile...
 
Enfin pour préciser ma pensée, je trouve cette décision absurde !
 
LE REO MAOHI BIENTÔT OBLIGATOIRE AU COLLÈGE
Quelques avis en France :
 
Consultation sur la Charte des langues régionales : parodie de démocratie et remise en question des droits fondamentaux
........
Mais ces délais importent peu car c’est la consultation elle-même qui n’aurait tout simplement pas dû avoir lieu, au moins pour deux raisons majeures.
La première est qu’une consultation de ce type constitue une véritable parodie de démocratie. N’importe qui peut y participer autant de fois qu’il ou elle le veut ....
La seconde, plus grave encore, c’est que le Ministère de la Justice, en principe garant des lois et des droits, ouvre ainsi lui-même la porte à une remise en question des droits fondamentaux garantis par la Constitution de la Ve République,....
La Charte des langues régionales
.......
Inflexible, le Conseil d’Etat aura fait preuve de constance pendant le long feuilleton – encore inachevé – de la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Comme en 1996, puis en 2013, la plus haute juridiction administrative vient de rendre un avis défavorable ...
Feu vert à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires
......
Elle est cependant incompatible avec les principes constitutionnels d’égalité de tous les citoyens devant la loi et d’indivisibilité de la République, dont la langue est en outre le français. ...
Ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires : le référendum s’impose
...... 
En affaiblissant l’usage et le rayonnement de la langue française à l’intérieur de nos frontières comme sur la scène internationale, les socialistes ne cherchent-ils pas, au fond, à précipiter la décomposition de l’unité de la France pour mieux accélérer l’intégration de notre pays dans un ensemble européen uniforme et autoritaire, économiquement compatible avec le vaste marché transatlantique qui s’organise actuellement sous la dépendance politique des États-Unis ?...
Langues régionales: le démantèlement de la France continue
......
 À l’heure où l’unité nationale est au plus mal, où l’on parle de raviver le « roman national », est-il bien sage de semer les germes de la désunion dans l’esprit des Français, notamment des plus jeunes, en leur inculquant qu’ils sont corses, basques, bretons, occitans ou savoyards avant d’être français ? Faut-il que l’État subventionne l’enseignement de ces langues quand 20 % des élèves de 3e n’ont pas le niveau requis pour un écolier de CM2 ?...
Rappel d'il y a près de deux ans...
 
NON A LA RATIFICATION DE LA CHARTE DES LANGUES RÉGIONALES ET MINORITAIRES
Fédération Nationale de la Libre Pensée
 
ENCORE UNE FOIS, LA CHARTE DES LANGUES RÉGIONALES
Jean-Luc Mélenchon "Pour refonder l'Europe"
RETOUR VERS LA FÉODALITÉ (2)

Publié dans Société

Commenter cet article

JacquesAdi 23/10/2015 20:07

Bonjour Taram, excellente ta mise à jour, la vérité est toujours dérangeante et pourtant on en est arrivé là. Entièrement d'accord, cette décision est absurde ! Et moi je rajoute, elle peut paraître absurde mais elle répond au but recherché.

JacquesAdi 22/10/2015 19:55

Merci Taram, cela me rassure que ma façon de penser trouve un écho dans une famille franco-polynésienne. Pour ma part j'ai vécu plus de 40 ans avec une tahitienne bronzé ( bien qu'avec un arrière grand-père d'origine anglo-saxonne) qui a grandi dans une famille nombreuse et au revenu modeste. A son époque l'usage du tahitien à l'école était interdit et cela ne l'a pas empêché de maitriser les 2 langues et d'avoir un parcourt professionnel indépendant dans le privé plus qu'honorable. Il est vrai qu'en ce temps là les règles étaient strictes, aussi bien à la maison qu'à l'école, ceci explique cela ! D'accord avec toi, la situation d’aujourd’hui est en effet inquiétante en France comme ici. Dur dur de rester optimiste .... même si il ne faut jamais perdre espoir.

N.L. Taram 23/10/2015 11:17

Bonjour JacquesAdi, je viens de compléter mon petit texte sur le reo maohi car je me suis aperçu que plusieurs lecteurs n'avaient pas compris l'humour de ma première phrase "... comment va-t-on pouvoir trouver des femmes de ménages ou des jardiniers ?"

JacquesAdi 22/10/2015 04:54

C'est pas grave Taram, les dieux sont tombés sur la tête ! On a affaire à des élus et politiciens trop intelligents on ne peut plus suivre. Sauf erreur notre ministre Sanquer ne parle pas tahitien, heureusement car elle se serait pas ministre. Beaucoup de ceux qui ont été faire des études à l'extérieur ne parlaient pas le tahitien et en ont entamé l'apprentissage au retour pour des raisons politiciennes et identitaires. Cela fait plus couleur locale. Venant de polynésiens bronzés et pas de demi, ils m'ont dit qu'ils préféraient que leurs enfants apprennent le français et l'anglais et que le tahitien était une langue pauvre en vocabulaire et utile pour la vie de tous les jours mais pas destinée à permettre de s'ouvrir à la connaissance. Pour autant je ne suis pas contre que le tahitien soit enseigné en première langue dès la maternelle, mais la France n'a alors plus rien à faire dans ce pays si ce n'est de l'aide technique en coopération. Quand est-ce que l'on va arrêter le double langage, le double jeu, le double standard. Immanquablement à mon humble avis si on lutte pour imposer la langue d'origine du pays colonisé c'est que quelque part c'est un acte de résistance vis à vis de la puissance occupante, on est en plein communautarisme pour un pays comme la France qui se vante de sa politique d'assimilation (qui a complètement foiré). Bien entendu tout cela se discute et je ne prétend pas détenir la vérité. Pour moi il y a trop de capitaines, de paroisses, de petits chefs et du coup à force de compromis et de laxisme plus personne n'assume ses responsabilités. Quel avenir dans cette tour de Babel en construction ?

N.L. Taram 22/10/2015 06:21

Bonjour JacquesAdi, je viens de lire à haute voix ton commentaire devant mon épouse, Maiarii Taruoura, native de Raiatea, très polynésienne (quoi-qu’avec une arrière grand'mère nommée Hannebuise)... et elle a applaudit !
Pour ma part, je partage ce que tu as écrit. Je n'ai fait que glisser le problème polynésien du reo tahiti (ou enata, ma'areva, etc...) parmi le gros problème de la France qui est très inquiétant.