DÉMAGOGIE ENCORE !

Publié le par N.L. Taram

La démagogie (du grec demos « le peuple » et ago : « conduire ») est une notion politique et rhétorique désignant l'état politique dans lequel les dirigeants mènent le peuple en le manipulant pour s'attirer ses faveurs, notamment en utilisant un discours flatteur ou appelant aux passions.
 
 
Toujours les vieilles recettes démagogiques pour s’attirer des voix.
Á notre assemblée de Polynésie, l’opposition (qui est d’ailleurs majoritaire) a, par un amendement, rétabli la franchise douanière à 30.000 FCFP alors qu’elle était à 20.000 FCFP.
Peu importe les problèmes budgétaires et économiques.
Peu importe l’égalité de tous les citoyens devant les taxes et les impôts.
L'important, c'est de faire un soi-disant cadeau à un éventuel électorat. Car ce n'est pas un cadeau, ce que nous ne payons pas là, nous le payerons ailleurs...
 
Cette franchise douanière devrait être limitée au montant des charges et frais engagés par l’administration pour percevoir les éventuels droits et taxes à l'importation. Je ne connais pas le montant de ces charges administratives mais je pense que la somme de 10.000 à 20.000 francs CFP de franchise devrait être suffisante.
 
L’égalité des citoyens n’est pas respectée, car seuls ceux qui ont un revenu suffisant peuvent se permettre des commandes en France ou à l’étranger. Une part importante de la population n’a pas les moyens financiers et matériels (internet) d’accéder à ce système «  D'après une étude de l'AFD réalisée en 2009, les inégalités sont extrêmement importantes (coefficient de gini de 0,4) et environ un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté. »
DÉMAGOGIE ENCORE !
Le prochain débat sur le projet de budget 2016 promet d’être difficile. Nous ne voyons pas encore le bout du tunnel de nos difficultés budgétaires et économiques.
 
Autres lectures :

Publié dans Politique, Société

Commenter cet article

JacquesAdi 01/12/2015 23:10

Il n'y a pas de moutons éclairé, un mouton reste un mouton. je refuse à mon âge d'être un mouton, j'avoue humblement en avoir été un pendant de nombreuses années, la tête dans le guidon et pas assez de temps pour mettre les évènements en perspective. Le travail et la vie de famille ça bouffe tout, le système est bien fait. La plupart du temps quand je parle vrai avec des amis on me regarde comme un ovni, les gens préfère les mensonges rassurants à la vérité dérangeante. Il faut pas céder et garder sa liberté de penser..

N.L. Taram 03/12/2015 10:30

Nous sommes sur la même longueur d'onde. On m'a parfois reproché d'être "grande gueule", j'aurais peut-être fait une meilleure carrière... mais la liberté n'a pas de prix.
Au fait, c'est plus des girouettes à l'assemblée, c'est plutôt une transhumance.

JacquesAdi 01/12/2015 20:01

Taram, tu dis c'est à l'électeur de savoir faire le bon choix. L'expérience ici ou ailleurs démontre que la majorité des électeurs se dirigent vers ceux qui promettent la lune, en espérant que cette fois ce sera le bon. C'est le même principe que le Loto, un gros lot d'un montant faramineux pour attirer les gogos qui malgré avoir perdu continuent à miser à la recherche du gain qui les sortira de leur médiocrité. La politique est un jeu comme un autre pour les électeurs et ce sont les élus qui tiennent le Casino. Qui aujourd’hui se plait à lire Marat ? La démagogie est à la politique ce que la chantilly est au baba au rhum, incontournable. Le bon peuple ne veut entendre que ce qui le fait rêver ou le rassure. Exemple tout récent, incantation guerrière, symboles patriotiques ressortis du placard, compassion, état-d'urgence, corps expéditionnaire au Levant et oublié la crise économique et le chômage, François Hollande regagne en popularité qui n'a jamais été aussi haute depuis depuis l'été 2012 et son début de quinquennat, une hausse de 22 points. Le chef de l'Etat atteint même 50% d'opinions favorables. En tout cas une chose parait certaine, François Hollande a bien lu et relu "Les chaines de l'esclavage", c'est peut être même son livre de chevet.

N.L. Taram 01/12/2015 20:28

Bonjour Jacques,
entièrement d'accord avec ton analyse de la pensée majoritaire. Mais doit-on pour cela abandonner le combat de l'individualisme et retourner dans le troupeau de moutons ?

JacquesAdi 01/12/2015 02:01

Tu as raison sur la TVA et la fiscalité qui est un grand sujet. En revanche s'agissant de la franchise pour les colis postaux j'ai lu par exemple qu'en métropole elle s'élève à plus de 50 000 cfp. Si ces franchises sont appliquées au niveau international même à des montants qui fluctuent, il doit y avoir une raison, déjà de réciprocité au niveau de l'harmonisation douanière internationale. Cela a également une incidence sur le fret aérien. Il a été déjà calculé par le service des finances que l'impact est faible au regard des flux de marchandises taxées. Les commerçants polynésiens qui travaillent à l'export attirent également des acheteurs étrangers qui bénéficient de franchises du même type à l'entrée fe leur pays. Il faut voir cela sous l'angle de l'équilibre des échanges. Sur le problème du yoyo, là cela devient en effet plus problématique et dénote d'un manque de sérieux du politique, mais rien d'étonnant en somme. Il y a bien d'autres secteurs qui sont utilisés pour séduire un électorat à l'approche des élections, ou plutôt des réélections, puisque une fois élu il s'agit de se maintenir. Les places sont chères et les méthodes de plus en plus sophistiquées. Je suis revenu vers le dictionnaire : "La démagogie est une notion politique et rhétorique désignant l'état politique dans lequel les dirigeants mènent le peuple en le manipulant pour s'attirer ses faveurs, notamment en utilisant un discours flatteur ou appelant aux passions." On est bien en effet dans la démagogie, mais si c'est défini au départ comme une notion politique, c'est donc une pratique courante et par conséquent admise. De la même manière qu'ils utilisent l'émotion ou la passion après les attentats. La vie continue ! La politique n'est pas une science exacte, la sociologie y tiens une grande place, alors tous les moyens sont bons pour séduire l'électeur ou contrecarrer l'adversaire. C'est souvent d'ailleurs sur des sujets mineurs qu'ils se déchirent, sur l'essentiel ils s'accordent tous une fois parvenus au pouvoir, faisant mine de découvrir que l'on ne peut pas faire autrement. Je pense qu'aucun par exemple ne va proposer de taxer une marchandise sans y ajouter le cout de l'assurance et du fret, et pourtant ce n'est pas logique à mon sens d'additionner ces frais avant taxes. D'ailleurs quant un passager avion fait entrer une marchandise "hors franchise" en bagage accompagné on ajoute pas le prix du billet d'avion pour calculer ses taxes. Et la franchise avion à 30 000 cfp en plus des alcools et cigarettes ? Là aussi vaste débat donc ! Malgré la mort de nombre de petits commerce face à Carrefour tu dis toi même que tu es bien content de t'y approvisionner à moindre frais, moi aussi d'ailleurs. Pourtant quand Contient a voulu s'installer il y eu beaucoup de remous et réticences mais là encore le politique savait que le poids électoral des clients était supérieur à celui des commerçants, le choix n'a pas été difficile. C'est comme l'installation d'un 3° opérateur internet en 2016, le pays est d'accord parce que cela donne à penser qu'ils sont pour la concurrence au bénéfice des consommateurs que nous sommes, tout en sachant que l'étroitesse du marché a peu de chance de rendre viable à terme cette nouvelle société. Quand elle aura fait faillite et sera en liquidation elle pourra être reprise avec son matériel et son réseau par l'un des 2 autres à un prix défiant toute concurrence. Une autre façon de concevoir la démagogie. Néanmoins je respecte ta position.

N.L. Taram 01/12/2015 03:56

Je crois que le montant de la franchise est finalement secondaire et peu importe le montant, on achète ou on achète pas. Le problème, c'est la démagogie qui a existé de tout temps (le mot d'origine vient du grec ancien). C'est à l'électeur qu'il revient de savoir faire le bon choix. Jean-Paul Marat a bien décrit cela dans "Les chaînes de l'esclavage", par exemple "Gagner l'affection des peuples" >> http://www.tehoanotenunaa.com/article-jean-paul-marat-5-99799960.html

JacquesAdi 30/11/2015 21:37

Salut Taram, sur ce coup là je suis pas d'accord avec toi. La franchise à l'origine était de 30 000 cfp elle est passée ensuite à 10 000 puis 20 000 un genre de yoyo en fonction des visés politiques du moment et en particulier vers les commerçants, éternellement pleureurs après s'être gavés pendant les 30 glorieuses du CEP. Il fallait bien faire passer la pilule de Continent puis de Carrefour qui a aujourd'hui 4 succursales. Ce sont eux qui ont tué le tissu économique et étranglé le petit commerce et personne ne dit rien, because le budget publicitaire dont bénéficient TV et médias. S'il fallait analyser ce type de mesures à l'aune de l'égalité ou de la justice fiscale on pourrait dénoncer, les logements sociaux, les aides sociales, les subventions aux syndicats, les aides à la presse, les subventions en tous genres, la défiscalisation et j'en passe et j'allais oublier, la TVA qui s'applique à tous sans distinction de revenus. Au final ce sont les impôts de tous qui participent de cette distribution gratuite à certaines catégories. La fiscalité polynésienne est un copier coller du système métropolitain, diviser pour mieux régner. Des niches partout et pour toutes les catégories. Des impôts directs ou indirects qui évoluent à la hausse ou à la baisse en fonction des conjonctures électorales. Les commerçants n'ont qu'à s'adapter ou mourir, le capitalisme et la mondialisation des échanges sont passés par là et on n'y peut rien. Aller voter ne sert plus à rien d'autant que les politiques n'ont qu'un pouvoir résiduel face à la finance et aux multinationales, quant aux citoyens ils n'ont plus qu'à la fermer, état d'urgence oblige. Les mascarades continuent.

N.L. Taram 30/11/2015 22:57

Bonjour Jacques et merci pour ton long commentaire.
Mais le sujet de la fiscalité mériterait un débat et même en plusieurs. Un débat autour d'une table, car si les discussions sur un blog comme Tahiti Punu News sont intéressantes, elles restent limitées entre 4 à 5 personnes. Donc pour la fiscalité nous en reparlerons...
Pour cette affaire de franchise, c'est différent ; je ne soutiens pas spécialement les petits commerçants et je suis bien content d'aller chez Carrefour une fois par semaine. Je reproche d'abord le "yoyo en fonction des visés politiques" comme tu le dis si bien. Je pense que cette franchise devrait être limitée au frais des formalités pour un colis postal (frais pour l'administration et pour le destinataire). Bien sur il peut y avoir des franchises plus importantes, voire totales, pour certains produits ou matériels. J'ai cru comprendre que c'était le texte discuté à l'AP.
Juste un mot pour la TVA : C'est le consommateur SEUL qui la paye. Je ne comprends pas pourquoi le mot "soumis à la TVA", alors que cela devrait être "profite de la TVA". J'ai eu une petite patente (moins de 2M/an) pendant 45 ans et je m'étais inscrit volontairement à la TVA pour... en profiter.