L’ASSEMBLÉE S’AMUSE

Publié le par N.L. Taram

Alors que l’assemblée de Polynésie est en pleine session budgétaire, nous assistons à des  valses « hésitation » de la part de certains représentants qui font passer leurs intérêts personnels ou leur avenir dans la carrière politique avant l’intérêt de la population.
 
 
LA FUSION ATP -TAPURA POSE PROBLÈME
Monsieur Jacquie Graffe et ses soutiens veulent bien fusionner à condition que Jacquie soit président d’honneur :
 
« Si on n’accepte pas ma proposition, on est sept et on discutera ».
 
 
JORDAN : « JE SUIS JAMAIS PARTI, J’AI FAIS UN TOUR, J’AI REGARDÉ »
Monsieur Rudoph Jordan pense surtout à garder son siège à l’assemblée de Polynésie…. Et la rémunération qui va avec !
 
« … il a expliqué qu’il était parti parce qu’il pensait ne plus être en position éligible sur la liste Tahoeraa aux territoriales de… 2018 ! »
L’ASSEMBLÉE S’AMUSE
Article inspiré par :
 
« Le congrès s’amuse », est un film germano-austro-français réalisé par Géza von Radvànyi  et sorti en 1966.
 
Synopsis [revu et corrigé]
Au début du XXIème siècle, l’assemblée de Polynésie doit notamment décider du sort de l’empereur Gxxxxx exilé sur l’île de Tupai depuis 2014 et redéfinir les finances polynésiennes. Sur fond de tamure, les têtes couronnées vont surtout être accaparées par leurs intrigues politiciennes.
 
Original :
 
Synopsis[modifier, modifier le code]
Au début du XIXème siècle, le congrès de Vienne doit notamment décider du sort de l’empereur Napoléon exilé sur l’ île d’Elbe depuis 1814 et redéfinir les frontières européennes. Sur fond de valses viennoises, les têtes couronnées vont surtout être accaparées par leurs intrigues amoureuses.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Pierre/Google 15/11/2015 00:50

De nombreux élus confondent "mana" (pouvoir) et "nunaa" (peuple)...