LE RADON

Publié le par N.L. Taram

Le radon, c’est quoi ?
 
Le radon est l'élément chimique de numéro atomique 86, de symbole Rn. C'est un gaz noble (ou gaz rare) radioactif, incolore, inodore et d'origine le plus souvent naturelle. C'est l'une des substances les plus denses capables de persister sous forme de gaz dans les conditions normales de température et de pression.
Le radon n'existe pas sous forme de corps stable et tous ses isotopes connus sont radioactifs. Son isotope le plus stable est le ²²²Rn, qui a une demi-vie de  3,8   jours et qui a été utilisé en radiothérapie jusque dans les années 1950. Son intense radioactivité a entravé son étude chimique approfondie, et seuls quelques-uns de ses composés sont bien connus.
L'importance sanitaire du radon tient à sa radioactivité élevée et à ce qu'étant partout présent dans l'atmosphère, il est donc inhalé. Il est souvent le plus gros contributeur à la dose d'un individu pour la radioactivité naturelle, avec cependant de fortes disparités géographiques. Il est ainsi la principale source d'exposition naturelle des populations humaines et animales et de la partie aérienne des plantes aux tayonnements ionisants.
………..
 
Trouvé sur Facebook :
 
Publication suggérée
 
 
 IRSN - Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
 
 
Le radon, 2e cause de cancer du poumon en France. Quel risque en Polynésie française ? Réponse avec notre outil cartographique.
 
Quel risque radon en Polynésie ?
 
 
J’ai immédiatement cherché Tahiti, commune de Hitiaa O Te Ra…
LE RADON
LE RADON
LE RADON
Rien compris !!!

La commune de Hitiaa O Te Ra est la moins peuplée et celle où il y a le moins d'immeubles sur la grande île Tahiti (même chose pour la presqu'île). Pourtant elle a un potentiel "moyen ou élevé" : alors que Papeete et la zone urbaine ont un potentiel faible quoiqu’avec beaucoup plus de bâtiment.
Pour le sous-sol  volcanique basaltique, il est identique sur toute l'île.

Je cite "Dans les communes à potentiel radon moyen ou élevé, la proportion des bâtiments présentant des concentrations en radon élevées est plus importante que dans le reste du territoire."
 
J’ai immédiatement transmis ces documents à mes amis du forum « Les Cobayes de la république », afin d’obtenir leur avis et éventuellement des précisions. Pour le moment, aucune réponse…
 
Enfin de me faire une idée du sujet, j’ai cherché sur le site IRSN, la carte de Moruroa. La voici…
LE RADON
Je crois que je vais déménager de Hitiaa O Te Ra pour aller habiter à .................. MORUROA  !!!!
 
Á moins qu’un spécialiste puisse me convaincre de l’inverse.
 

Pour faire face à la vérité
J'ai poussé jusqu'à la télé
Où l'on m'a dit "Vous demandez qui ?
La vérité ? C'est pas ici !"
(Léo Ferré - Les temps sont difficiles)

Commenter cet article

N.L. Taram 26/11/2015 18:47

Un commentaire sur la Dépêche de Tahiti qui m'a beaucoup plu : "merci à CORBET et à BIEM (2 précédents commentaires) pour leur intervention et les précisions carrément plus sérieuses que les pseudo journalistes de la Dépêche. C'est quoi le niveau requis pour y bosser? responsable cafetière chez Closer ?"

N.L. Taram 26/11/2015 17:33

Merci GG pour ces détails. En effet, c'est l'article de l'IRSN qui est mal rédigé et mal expliqué. D'ailleurs suite à certains articles et pas mal de commentaires, ils ont supprimé l’accès aux cartes géographiques.En plus l'article de la Dépêche de Tahiti est très alarmiste.

JacquesAdi 25/11/2015 23:05

C'est pas un travail scientifique, c'est empirique. Aucune mesure effectuée en Polynésie. En plus au moment même où j'écris la carte de la Polynésie n'est plus disponible Lu sur le site IRNS :

Apport et limites de la cartographie"
Cette cartographie permet de cibler les zones dans lesquelles la présence de radon dans les habitations à des concentrations élevées est la plus probable. A l’échelle communale, elle permet de définir des priorités pour le dépistage du radon.

Compte-tenu de la résolution spatiale des informations utilisées (carte géologique au 1 :1 000 000), les cartes proposées par l’IRSN ne peuvent être exploitables que jusqu’à l’échelle de la commune.

Le potentiel radon ainsi fourni ne préjuge en rien des concentrations présentes dans les bâtiments, celles-ci dépendant de multiples autres facteurs (étanchéité de l’interface entre le bâtiment et le sol, taux de renouvellement de l’air intérieur…).La cartographie ne peut donc en aucun cas se substituer à la réalisation de mesures.

http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-radioactivite-naturelle/radon/Pages/4-cartographie-potentiel-radon-formations-geologiques.aspx

N.L. Taram 25/11/2015 23:53

Je te remercie pour ces 4 commentaires qui confirment ce que je pense. Au départ dans mes écrits, je reste toujours modérés mais ce que tu écris ne me surprend pas. Je vais transmettre cela à mon ami GG qui va les ajouter à ses archives. Mon dossier "Vétérans", sur mon ordi, fait 505 Mo, 1091 fichiers répartis en 12 sous-dossiers. Je vais lire les liens, mais j'avoue que je suis assez nul en physique nucléaire... quoique correspondant local du forum "Les cobayes de la république.

JacquesAdi 25/11/2015 22:52

Pas un mot sur le radon ?
http://www.mesure-radioactivite.fr/public/IMG/pdf/IRSN_Surveillance-Polynesie-2012_SESURE-2013-34.pdf

JacquesAdi 25/11/2015 22:29

une bonne adresse pour de bonnes infos :
http://hc-sc.gc.ca/ewh-semt/radiation/radon/index-fra.php

JacquesAdi 25/11/2015 22:10

J'avais bien compris que tu plaisantais. Du coup je suis escendu chercher la Dépêche et c'est effarant, c'est de l'intox totale et même pas argumenté scientifiquement. Pour déterminer si une habitation est contaminée par du radon cela prend entre 3 à 12 mois de tests dosimétriques. Le Canada est en pointe dans ce domaine et la littérature ne manque pas. C'est sans doute une commande de l'Etat pour faire diversion à propos de la polémique sur les matières premières stratégiques ou alors pour édicter de nouvelles normes dans la construction et gonfler les devis. Va savoir ! La formation géologique des iles et atolls est volcanique et l'origine vient de "hot spot" donc si il y a de l'uranium il y en a partout et pratiquement en même concentration puisque provenant de la même poche de magma. En plus le problème se pose en milieu confiné comme dans des caves ou sous-sols et pas des habitations ventilés comme cela est le cas majoritaire en Polynésie. A quel moment sont-ils venus procéder aux examens géologiques et quelles sont les taux observés et sur quelle période ? Rien de cela dans l'article. Sur le net on appelable cela un hoax !

JacquesAdi 25/11/2015 20:22

Bonjour Taram, là tu cherches la bébette !!!! J'ai trouvé une page intéressante sur ce site :
http://culturesciences.chimie.ens.fr/content/le-radium-d%C3%A9couverte-utilisation-et-danger
Sinon sans être spécialiste je te conseil de rester à Hitiaa. Je sais que des recherches très pointues ont été faites à plusieurs reprises sur Tahiti par le BRGM afin de rechercher des gisements de minerais. A ma connaissance rien de positif compte-tenu des faibles concentrations et donc d'une exploitation non rentable. S'agissant d'uranium ou de radium nous sommes loin des risques évoqués pour le radon que l'on rencontre en forte concentration surtout dans les pays riches en uranium, comme en Australie, au Canada et autres.

N.L. Taram 25/11/2015 20:39

Bonjour Jacques, bien sur mon projet de déménagement de Papenoo vers Moruroa était humoristique. Faut reconnaître quand même que cette présentation de l'IRSN n'est pas très claire. J'ai connu les gens du SMSR et, ensuite, de l'IRSN qui devait venir s'installer dans les locaux de l'IRD/ORSTOM (nous avons tout fait pour les décourager). Ma confiance dans leurs rapports reste limitée. Mon ami GG est devenu un spécialiste du nucléaire et lui-même ne comprend pas bien ce texte. La Dépêche en rajoute en titrant : Gaz radioactif : dix de nos îles sont à risque.

GERARD JOYON 25/11/2015 10:06

Ce que je ne comprends pas surtout c'est cette carte qui coupe l'île en deux alors qu'effectivement la formation géologique est la même.
Quand au reste je pige.
GG

JOYON Gérard 26/11/2015 10:06

Pour Moruroa C'est normal en effet les roches carbonatées recouvrent les volcaniques sur une grande épaisseur sédiments corail etc sur une très "grosse épaisseur"
Sur cette carte de MURU c'est seule la possibilité d'avoir du radon qui est prise en compte .
Cela n'a rien à voir avec la "rad" .résiduelle , donc artificielle créée par l'homme,qui peut elle, rester des essais.
Je le répète comme dans le petit cours sur ton blog
2 types de radioactivité sur la planète naturelle et artificielle.

J'ai pas vu la question ........... notre forum ....?
Pardonnes moi , je suis très pris.
GG

JOYON Gérard 26/11/2015 10:03

...

Je rajoute cela si tu permets car les gens de notre forum pourront lire aussi la réponse de G+
Ce que je ne comprends pas surtout c'est cette carte qui coupe l'île en deux alors qu'effectivement la formation géologique est la même.
Quant au reste je pige.
"Le nombre des bâtiments" c'est cela qui te gêne!.

Il est vrai que c'est trompeur.

Veut dire qu'a Papenoo, chez toi,
si il y avait autant de bâtiments qu'à PAPEETE, la proportion du nombre de maisons "radonnées"serait plus grande
car dans une zone à radon plus forte.que PAPETTE FAAA PUNAAUIA
ETC.......
Mais ,connaissant ''un peu"" la géologie du FENUA , pourquoi TAHITI est coupée en deux ?
Enfin,
Rassures toi ta vallée est moins "radonnée"que certains endroits en Métropole.Les caves sont très peu nombreuses , les murs n'ont pas les mêmes matériaux, les alizés présents........................
En considérant bien sûr au point de vue radioactivité ,le radon seul puisque d'origine naturelle.

N.L. Taram 25/11/2015 18:30

Bonjour GG, je pense que les limites des communes, c'est comme la frontière pour la France à l'époque de Tchernobyl ou le fil de fer barbelé qui séparait la route du terrain contaminé à l'époque des essais à Moruroa et au Sahara... Au sujet des bâtiments responsables du radon, je vais proposer, à Papenoo (Hitiaa O Te Ra), qu'on rase le temple et l'église et aussi la mairie et l'école...