L’ASSEMBLÉE DE POLYNÉSIE

Publié le par N.L. Taram

Rudolph Jordan quitte le Tahoera'a et rejoint le Tapura Huiraatira
Tahiti-infos du 22 août 2016
………
L’élu de Bora Bora siègera dès mardi aux côtés des élus RMA pour la prochaine commission de contrôle budgétaire et financier (CCBF). Rudolph Jordan a signé son adhésion au parti Tapura Huiraatira lundi après-midi après y avoir été encouragé par l’élu de Papeete Charles Fong Loi. 
…………….
Répartition des sièges entre les groupes politiques après les élections du 5 mai 2013
 
Résultat des élections de 2013
 
ARRETE n° 16-2013 APF/SG du 7 mai 2013 prenant acte de
l'élection des représentants à l'assemblée de la Polynésie française.
 
Le président de l'assemblée de la Polynésie française,
Vu la loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 modifiée portant statut d'autonomie de la Polynésie française, ensemble la loi n° 2004-193 du 27 février 2004 modifiée complétant le statut d'autonomie de la Polynésie française ;
Vu l'arrêté n° HC 442 DRCL du 27 mars 2013 fixant les listes de candidats pour le premier tour de l'élection des représentants à l'assemblée de la Polynésie française du dimanche 21 avril 2013 ;
Vu l'arrêté n° HC 484 DRCL du 23 avril 2013 fixant les listes de candidats pour le deuxième tour de l'élection des représentants à l'assemblée de la Polynésie française du dimanche 5 mai 2013 ;
Vu le rapport de la commission de recensement général des votes à l'occasion de l'élection des représentants à l'assemblée de la Polynésie française des 21 et 5 mai 2013,
Arrête :
 
Article 1er. - Est constatée l'élection en tant que représentants à l'assemblée de la Polynésie française :
Liste Union pour la démocratie (UPLD) : M. Richard Tuheiava, Mme Chantai Galenon, M. Antony Geros, Mme Valentina Ebb épouse Cross, MM. Jacques Drollet, Oscar Temaru, Mmes Eliane Vaimeho-Peua épouse Tevahitua, Justine Teriimana épouse Teura, M. Victor Maamaatuaiahutapu, Mmes Joëlle Rauzy épouse Frébault, Chantai Flores épouse Tahiata.
Liste Tahoeraa Huiraatira : M. Edouard Fritch, Mme Teura Mare épouse Iriti, M. Michel Buillard, Mme Virginie Bruant, M. Charles Fong Loi, Mme Sylvana
Puhetini, M. René Temeharo, Mme Vaiata Perry-Friedman, MM. John Toromona, Gaston Flosse, Mme Nicole Sanquer, M. Henri Flohr, Mme Béatrix Lucas, M. Marcel Tuihani, Mme Lois Salmon épouse Amaru, M. Tearii Alpha,
Mmes Sandra Manutahi épouse Levy-Agami, Sandrine Tupai épouse Turquem, M. Nuihau Laurey, Mme Isabelle Crolas épouse Sachet, M. Jean Temauri, Mme Elise Vanaa, M. Jean-Christophe Bouissou, Mme Dylma Aro, M. Thomas Moutame, Mme Lana Tetuanui, M. Rudolph Jordan, Mme Patricia Amaru, M. Félix Faatau, Mme Teapehu Tinirau épouse Teahe, M. Moehau Teriitahi, Mme Monique Richeton, M. Jacques Raioha, Mme Gilda Vaiho-Faatoa, M. Joseph Ah-Scha, Mme Jeanine Tata, M. Frédéric Riveta, Mme Yolande Viriamu.
Liste A Ti'a Porinetia : M. Philip Schyle, Mmes Nicole Bouteau, Armelle Merceron, MM. Antonio Perez, Teva Rohfritsch, Mme Teura Tarahu, M. Gaston Tong Sang, Mme Emma Maraca.
Art. 2.- Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la Polynésie française.
Fait à Papeete, le 7 mai 2013.
Jacqui DROLLET.
 
Les changements de notre assemblée depuis les dernières élections :
Source : Site de l'Assemblée de Polynésie

Source : Site de l'Assemblée de Polynésie

- U.P.L.D  11 sièges : a perdu un siège suite au départ d’une représentante vers le nouveau groupe R.M.A. Il lui reste 10 sièges.
 
- TAOHERAA HUIRAATIRA 38 sièges : a perdu 22 sièges suite au départ de 22 représentants vers le nouveau groupe R.M.A., sous le nom d’un nouveau parti le Tapura Huiraatira. Il lui reste 16 sièges.
 
- R.M.A. nouveau groupe formé de ATI’A PORINETIA 8 sièges + 1 siège d’une élue UPLD et 22 sièges d’élus du Tahoeraa. Il est composé de 31 sièges.
 
Conclusion : la majorité qui nous gouverne, est constituée de 23 élus (sur 31) qui ont trahi leurs électeurs.
 
Quelques anecdotes sur cette transhumance :
 
Source : http://www.stockvault.net/

Source : http://www.stockvault.net/

Comment vais-je voter la prochaine fois ?
 
Quand je pense que je me suis farci les programmes des 9 listes en présence. Enfin,  façon de parler, car le choix était étroit :
 
- le 21 février 2013 : Rien en dehors du "MANIFESTE DE LA DIGNITE RETROUVEE", pour le moment 256 pages, sous le nom d'Edouard Fritch (Taoheraa). Cela me laisse le temps de bien l’étudier ; quelques extraits dans les articles suivants  >>
 
 
- le 6 mars 2013, à 45 jours du 1er tour : la discrète et énorme publication du Tahoeraa (sur le site d’Édouard Fritch) et quelques articles du Tavini (UPLD) qui parlent surtout du passé et de quelques propositions «  folkloriques » pour l’avenir >>
 
 
- le 26 mars 2013, à 24 jours du 1er tour : le programme de Te Hiti Tau Api et le programme basé sur le manifeste de 256 pages pour le Tahoeraa >>
 
 
Résultat :
 
- Taoheraa, un programme complet résumant le manifeste de 256 pages.
 
- Ati’a Porinetia, 10 paragraphes de 4 à 9 lignes chacun, sans détail sur le budget et les financements.
 
- U.P.L.D., un programme avec quelques propositions à débattre mais publié 6 jours après le 1er tour (pas très sérieux !!).
LE PARTI D'EN RIRE

LE PARTI D'EN RIRE

Publié dans Politique, POLYNÉSIE

Commenter cet article

JacquesAdi 27/08/2016 23:29

Je suis aller visiter la page "les métiers", très intéressant comme parcourt qui démontre que tu n'était pas un rêveur mais un faiseur. Bravo l'artiste !!! Moi également j'ai eu à connaître des tas d'aventures professionnelles, cela m'a bien servi, sans doute aussi que j'ai rencontré des gens exceptionnels qui m'ont donné une chance et que je ne voulais pas décevoir. Oui l'effort, la volonté, la curiosité, le goût du travail bien fait, tout cela permet de parvenir en fin de course à une situation confortable pour achever la dernière ligne droite. En toute sincérité, je n'ai jamais rêvé, je me suis fixé des objectifs et j'ai lutté pour les atteindre, avec plus ou moins de succès et sans jamais baisser les bras. Etant plus jeune que toi il me reste encore quelques forces physiquement parlant et je ne me suis pas encore abandonné aux rêves, mais sans doute que cela viendra si c'est inéluctable comme je le ressens dans tes propos. Reste que c'est toujours enrichissant et distrayant de débattre avec toi.

N.L. Taram 28/08/2016 00:36

Merci Jacques pour ton commentaire, cela m'encourage à continuer à écrire tant que je le pourrai. N'hésites pas à m'envoyer des textes si tu le souhaites, c'est toujours avec plaisir que je publie. Avec les réserves habituelles, évidemment...

JacquesAdi 27/08/2016 08:06

Pour le " qui paie contrôle" je suis entièrement d'accord mais comme je l'indique ce n'est pas de l'autonomie mais de la décentralisation et d'ailleurs en métropole c'est le terme consacré pour les régions. Je maintien qu'ici c'est un artifice qui n'a jamais trompé les élus locaux mais chacun y trouvait son compte, l'Etat et le gouvernement local vis à vis de la population pour laquelle on multiplie les symboles identitaires et culturels afin de conforter une spécificité que l'on pourrait qualifier de Maohitude !!! En revanche pour le rêve ou l'espoir je maintien que cela n'est qu'un placebo, l'important c'est d'avoir de la volonté et le sens de l'effort, les résultats sont à ce prix. Il est vrai que la gentillesse foncière des polynésiens, quand ils ne sont pas alcoolisés, le climat serein et la nature généreuse invitent aux rêves mais le monde actuel ne fait plus de place aux rêves. Pour autant je respecte ta façon de voir les choses.

N.L. Taram 27/08/2016 08:32

Je crois qu'avec des termes différents, nous sommes assez proches. C'est évident que l'important c'est la volonté et l'effort. Pour moi, cela n'est plus dans mes possibilités, il ne me reste que le rêve...
Si tu veux connaître ma démarche professionnelle >>>
http://www.tehoanotenunaa.com/2014/08/les-metiers.html

JacquesAdi 27/08/2016 03:25

Sur ce coup là Taram on est pas en phase, je ne partage pas ton opinion sur le rêve. Pour moi le rêve comme l'espoir ce sont des pis aller pour supporter une réalité que l'on voudrait différente, une forme de thérapie comme avec la religion et la foi en quelque chose d'irréaliste. A propos de "l'autonomie", je suis allé voir la définition du dictionnaire :

"Situation d'une collectivité, d'un organisme public dotés de pouvoirs et d'institutions leur permettant de gérer les affaires qui leur sont propres sans interférence du pouvoir central."
" Capacité de quelqu'un à être autonome, à ne pas être dépendant d'autrui ; caractère de quelque chose qui fonctionne ou évolue indépendamment d'autre chose."
" Intervalle d'espace ou de temps pendant lequel un véhicule, un appareil peut fonctionner sans nouvel apport d'énergie, de carburant, sans intervention extérieure."
Et en philosophie morale, l’autonomie est la faculté d'agir par soi-même en se donnant ses propres règles de conduite, sa propre loi. ..
En politique, il est courant de vider les mots de leur sens premier, de les détourner, l'autonomie est un exemple et se veut l'ultime état avant l'indépendance. Or en fait on devrait parler simplement de décentralisation et pas d'autonomie. L'autonomie implique d'avoir à sa disposition tous les instruments pour appliquer sa politique et donc forcément sans contrainte d'une quelconque tutelle. Politiquement ce terme n'est qu'un artifice de plus pour donner l'impression d'une indépendance sans les problèmes qui vont avec. Jolie tour de passe passe pour flatter l'ego de la classe politique locale soumise au pouvoir centrale contre l'attribution de privilèges exorbitants du droit commun et calmer les velléités de séparatisme d'une partie de la population. Si la Polynésie souhaite maintenir le niveau de vie hérité du CEP/CEA elle n'a pas d'autre choix pour recevoir sa rente que courber l'échine. Économiquement parlant elle ne dispose ni des moyens humains ni des ressources naturels pour être indépendante. L'autonomie économique est une utopie qui ne produit que des mirages. C'est le phénomène de la ligne d'horizon, plus on s'en rapproche et plus elle s'éloigne !!! Cela étant dit la qualité de vie en Polynésie est encore largement au-dessus de la moyenne océanienne, il y fait bon vivre pour une grande majorité, mais rien à voir avec la Nlle Zélande ou l'Australie et Hawaii.

N.L. Taram 27/08/2016 05:37

Pour le "rêve", ce n'est qu'un mot, on peut l'appeler "espoir". Il faut quand même cela pour avancer.
Pour les définitions de l'autonomie, celle qui nous concerne c'est "qu'un artifice de plus pour donner l'impression d'une indépendance sans les problèmes qui vont avec". Je citerai Michel Rocard "Qui paye, contrôle". Je crois que sur ce point nous sommes d'accord...

JacquesAdi 26/08/2016 23:53

"la vraie autonomie... économique." Alors là Taram, tu rêves debout les yeux ouverts !!!! Nous ne sommes pas indépendants et nous avons aucun des leviers essentiels pour maîtriser nos axes de développement. Pas d'industrie, aucun pouvoir sur les outils financiers et bancaires, pas d'agriculture digne de ce nom, une balance import/export largement déficitaire pour ne pas dire inexistante, les comptes sociaux qui plongent tous les jours un peu plus, une forte dépendance aux transferts de l'Etat et aux emprunts. Les règles concernant l'immigration et donc la délivrance des visas touristiques ne sont pas de la compétence de la collectivité, résultat même le tourisme chinois est bridé (sans jeu de mot). Je pense moi qu'aucun système politique n'est parfait mais qu'il est perfectible car devant s'adapter aux évolutions de la société et du monde environnant. Quand on avance pas, on recule ! Game over !!!

N.L. Taram 27/08/2016 00:52

Bien sur que je rêve d'une autonomie économique, heureusement qu'il nous reste le rêve. J'ai toujours été autonomiste, mais avec ce but "économique", car la soit-disant autonomie actuelle sous perfusion n'est qu'une utopie.

JacquesAdi 26/08/2016 08:29

Ma foi oui Taram, je crains qu'il faille se résigner, il n'y a pas de système parfait et le corps social et politique est loin d'être homogène. Il faut faire avec et se dire que c'est mieux que rien car on est devenu trop nombreux pour laisser les choses s'équilibrer d'elles-mêmes. Le chaos contrôlé est la moins pire des situations. Et pour finir une citation de Michel Onfray : " Les élections sont des parodies qui se servent de grands mots - Démocratie, Peuple, Nation, République, Souveraineté - mais qui cachent mal le cynisme des gouvernants : il s'agit pour eux d'installer et de maintenir en place une tyrannie soft qui produit un homme unidimensionnel - le consommateur abruti et aliéné - comme jamais aucune dictature n'a réussi à en produire."

N.L. Taram 26/08/2016 09:49

Tous les systèmes sont parfaits, ce sont les hommes qui ne sont pas parfaits. Je ne me souviens plus qui a écrit (H.D.Thoreau ?) "Le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins".
Mais peut-être que nos 31 RMA, grâce ou malgré les 23 girouettes, vont réussir là où leurs prédécesseurs ont échoué : la vraie autonomie... économique.

JacquesAdi 26/08/2016 05:22

Salut Taram, toute cette assemblée est un véritable théâtre de marionnettes et pourtant le cirque continue dans la résignation générale. Malgré cela ils vont se représenter et vont être réélus par cette bande de moutons qui se font à chaque fois enfumés par les belles promesses de ces guignoles aidés par les médias subventionnés. Rien à faire pour changer, le système est bien rodé. Les députés locaux et métropolitains sont en train de faire des pieds et des mains pour faire passer un projet de loi organique destiné à annuler les dispositions sur le non-cumul des mandats qui devait s'appliquer progressivement à compter de l'an prochain. Nuihau Laurey doit être aux anges il n'aura pas besoin de démissionner. Vive la France hexagonale et vive la France de l'Océanie !!!!

N.L. Taram 26/08/2016 05:44

Salut Jacques,
doit-on se résigner ? ...
J'avais eu des accrochages avec quelques représentants. Alors qu'ils étaient d'accord avec moi pour ne pas voter un texte, le jour de vote, leur groupe faisait le plein des voix. Demande d'explications : ils me répondent "discipline de groupe" !!!! Dans ce cas pourquoi tel parti aurait 31 sièges, tel autre 16 sièges et le dernier 10 sièges ? Un seul siège suffirait pour chaque parti. Le représentant de ce siège aurait, pour le 1er 31 voix, pour le 2ème 16 voix, pour le 3ème 10 voix. Cela éviterait les "girouettes". Nous ferions des économies, même si on été obligé de prévoir plusieurs assistants pour chacun des 3 élus.
L'un de mes correspondant proposait qu'un élu qui change de groupe soit démissionné d'office ; pas possible car dans ce cas l'élu ne demanderait pas son changement de groupe mais voterait systématiquement contre les projets de ce groupe.
Reste la solution proposée par Oscar Temaru du "Parti Unique".........