KHALIL GIBRAN : LA NATION

Publié le par N.L. Taram

Facebook vient de me rappeler que j’avais publié un texte de Khalil Gibran, il y a quatre ans. Si ces rappels sont, la plupart du temps, sans intérêt, celui-là est toujours d’actualité.
 
Certains reconnaitront leur Pays…
Source ; Google

Source ; Google

Extrait de "LE JARDIN DU PROPHÈTE" de Khalil Gibran, publication posthume 1934
 
…………..
Et Almustafa étaient silencieux et il a regardé loin vers les collines et
vers l'éther vaste et il y avait une bataille dans son silence.

Alors il a dit : "Mes amis et mes compagnons routiers, ayez pitié de la nation qui est pleine de convictions et vide de religion.

"Ayez pitié de la nation qui porte du tissu qu'il ne tisse pas, mange du pain qu'il ne récolte pas et boit du vin qui ne coule pas de son propre pressoir.

"Ayez pitié de la nation qui acclame le tyran comme le héros et qui juge le conquérant brillant et riche.

"Ayez pitié de la nation qui méprise une passion dans son rêve et s'y soumet à son réveil.

"Ayez pitié de la nation qui n'élève sa voix  que dans les funérailles et ne se révolte pas sauf quand son cou est posé entre l'épée et le rocher.

"Ayez pitié de la nation dont l'homme d'état est un renard, dont le philosophe est un prestidigitateur et dont l'art est l'art du raccommodage et de l'imitation.

"Ayez pitié de la nation qui accueille son nouveau souverain avec des trompettes, lui fait ses adieux en le conspuant et en accueille un autre avec les trompettes de nouveau.

"Ayez pitié de la nation dont les sages sont devenus muets avec les années et dont les hommes forts sont encore dans le berceau.

"Ayez pitié de la nation divisée en morceaux, chaque morceau se jugeant
une nation. "
……………
 
Le texte complet sur le site suivant :
Excusez-moi pour la traduction approximative, je suis nul en dialecte anglo-frison…

Publié dans Littérature, Khalil Gibran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article