NOVLANGUE OU ESPÉRANTO

Publié le par N.L. Taram

Photo : http://pousse-toidemonsoleil.eklablog.com/la-preuve-par-l-absurde-a117369516

Photo : http://pousse-toidemonsoleil.eklablog.com/la-preuve-par-l-absurde-a117369516

Depuis quelques temps, j’ai du mal à comprendre certains titres d’article des médias et souvent certains passages du texte.
Quelques exemples :
 
- Embrace the mana, quand les touristes vivent l'expérience
Dans les texte : ………..
"Ce n'est plus seulement voir le mana, c'est vivre le mana"
 
- Convention de partenariat pour promouvoir le Rahui en milieu scolaire
Dans le texte : …..
Si j’ai bien compris le mot « rahui » signifierait  « la protection et la valorisation du patrimoine naturel polynésien. »
 
- KEV ADAMS KIFFE LE FENUA
« Kiffe » pas trouvé sur mon dictionnaire anglais-français
 
- DÉVELOPPER L’ÉCOSYSTÈME DES START-UP EN POLYNÉSIE
Dans le texte : …..
Son objectif était avant tout « de voir si on peut développer l’écosystème de start-up en général »
 
- ALL IN ONE REMPORTE LE UPA NUI 2016
Dans le texte : …..
... l’amplitude des talents de la jeunesse polynésienne, de la danse moderne à la danse traditionnelle (j’en conclus que All In One était de la danse moderne).
La fête continue ce samedi avec le Festival Urban Culture (je suppose « Festival de culture urbaine » ?).
Au programme : tamure marathon, tournois de Pokemon Go, initiation au MMA, simulateur de vol, initiation au graff ou encore concours de orideck ???)
………
 
Radio 1 se pose la bonne question :
 
- « DEFIT ACCEPTER » : UNE GÉNÉRATION D’ILLETTRÉS ? – EDITO 07/09/2016
Dans le texte : …..
Oui, les bonnes choses se perdent, on a laissé céder les plus jeunes à la facilité, au « tout langage sms » me dit-on. Toutefois si le but d’un sms est de faire en sorte de raccourcir ce qu’on veut dire en l’écrivant en moins de 160 caractères, il faut qu’on m’explique pourquoi là on casse la règle et on se complique la vie en rajoutant un « t » à « défi » et un « r » à « accepté ». Le sms n’explique et n’excuse pas tout.
 
----------o----------
 
Serait-ce le Novlangue annoncé par Georges Orwell en 1949 ?
 
Le novlangue (en anglais Newspeak) est la langue officielle d’Océnia, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949).
Le principe est simple : plus on diminue le nombre de mots d'une langue, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir, plus on réduit les finesses du langage, moins les gens sont capables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l'affect. La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et dépendants. Ils deviennent des sujets aisément manipulables par les médias de masse tels que la télévision.
C'est donc une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'« idée » même de cette critique.
Hors du contexte du roman, le mot novlangue est passé dans l'usage, pour désigner péjorativement un langage ou un vocabulaire destiné à déformer une réalité, ou certaines formes de jargon. Si le mot est au masculin dans la traduction française du roman par Amélie Audiberti, il est souvent employé au féminin (la novlangue) dans le langage courant.
 
Ou l’espéranto enfin reconnu par tout le monde ?
 
L’espéranto est une langue internationale qui, 129 ans après sa création, est parlée dans 120 pays à travers le monde. Nécessitant un court apprentissage pour être utilisable, l'espéranto est une solution efficace et économiquement équitable au problème de communication entre personnes de langues maternelles différentes. L'objectif de l'espéranto est d’être un pont entre cultures, et ne vise pas à remplacer les langues nationales et régionales.
Fondée sur une grammaire régulière sans exception, l'espéranto est une langue globalement agglutinante où les mots se combinent pour former un vocabulaire riche et précis à partir d'un nombre limité de racines lexicales et d’affixes. Ces particularités la rendent flexible et facilitent son apprentissage à tout âge. L’Académie d'espéranto contrôle entre autres l'introduction de mots découlant d'inventions ou de notions nouvelles.
C’est en 1887 que Zamenhof, sous le pseudonyme Doktoro Esperanto(Docteur qui espère) qui donnera par la suite son nom à la langue, publie le projet Langue internationale. La langue a connu un rapide développement dès les premières années, donnant lieu à des publications et des rencontres internationales. L'apparition des premières méthodes d'apprentissage en ligne au début des années 2000, puis plus récemment de cours d'espéranto sur des sites d'apprentissage de masse comme sur Duolingo en 2015 et l'apparition des réseaux sociaux qui permettent le développement de nouveaux usages, suscitent un regain d’intérêt pour l'espéranto.
L’Association mondiale d'espéranto, fondée en 1908, est en relation officielle avec l’Organisation des Nations Unies et l’UNESCO, qui a publié des recommandations en faveur de l'Espéranto en 1954 et 1985. L’espéranto n’est la langue officielle d’aucun État, même si certains locuteurs nomment « Espérantie » la zone linguistique formée des lieux géographiques où ils se trouvent. Elle est l’une des langues officielles de l’Académie internationale des sciences de Saint-Marin..... 
 
----------o----------
 
1 artikl sur la nouvL écritur >>>
Un bon article trouvé sur le net >>>

Publié dans Éducation, Société

Commenter cet article

JacquesAdi 08/09/2016 21:50

La masse était déjà illettrée et conne avant les sms, depuis l'essor des technologies le mouvement s'accélère à la grande joie de nos Zélites nationales et mondiales. Quant on est con, on est con, le sms ne fait rien à l'affaire.

Autres exemples, en « novlangue » économique on ne dit plus :

– « récession » mais « croissance négative » ou bien « une restructuration économique » ;

– « déflation » mais « inflation négative » ;

– « krach boursier » mais « volatilité des marchés »…

On ne dit plus « faillite » mais « credit event », ce qui veut dire « événement de crédit » en français. En clair, quand l’emprunteur, un État par exemple, ne rembourse pas sa dette, on ne dit pas qu’il a fait faillite mais que les créanciers font face « à un événement de crédit »…

De la même manière, lorsque l’on parle de croissance « modérée », il faut comprendre que c’est tout pourri.

Bienvenue dans le monde d'Orwell !!!

N.L. Taram 09/09/2016 02:20

Je préciserai quand même que l’instruction de fait rien à l’affaire. Je connais des énarques très cons et nous avons eu des grands parents illettrés très intelligents, avec même beaucoup de savoir (un peu oublié maintenant). D’ailleurs, cette novlangue, nous est-elle pas imposée par des « cerveaux » ?

N.L. Taram 08/09/2016 22:09

Bonjour Jacques,
excellent complément à l'article. Mais cela n'est peut-être pas nouveau, je me souviens quand nous étions adolescents, on aimait bien parler argot, langue passée aux oubliettes depuis. C'est nous qui sommes dépassés...
Par contre, comme tu le dis, l'illettrisme a toujours existé. Il est maintenant plus visible du fait des réseaux et de l'envie d'écrire par des gens qui avant n'écrivaient pas. Serait-ce un bon signe d'un éventuel progrès ?