UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR

Publié le par N.L. Taram

Dans le « PROJET DE RAPPORT - Encombrements des axes routiers : comment améliorer l’organisation des déplacements urbains ? » que j’ai publié récemment, 
j’avais noté à la page 22 qu’il était question d’un projet de tramway, entre autres :
 
 « …la mise en place d’un Transport en Commun en Site Propre (TCSP).
………
Il s’agit de définir une ligne de transport sur un site qui lui est réservé (voir annexe 3). Ce type de transport en commun permettra de répondre à la majorité des critères d’attractivité énoncés précédemment.
 
Mais le choix des infrastructures et équipements (bus, tramway ou monorail) doit s’appuyer sur d’autres critères tels que l’impact énergétique, le coût d’investissement et d’exploitation, la qualité de l’intermodalité, la consommation de l’espace, les effets de coupure sur l’espace et sur l’organisation des déplacements, et les nuisances générées.
 
Le CESC émet des réserves sur l’opportunité et la pertinence de mettre en place un tramway ou un monorail en raison du coût d’investissement et de fonctionnement qu’ils représentent :
 
1 - Coût d’investissement estimé :
- Monorail : 4,8 à 7 milliards de F CFP / km
- Tramway sur roues : 2,4 milliards de F CFP / km
- Bus en site propre : 0,6 à 1,1 milliard de F CFP / km
 
2 - Coût d’exploitation estimé :
- Monorail : 800 à 1 100 F CFP / km
- Tramway: 350 à 500 F CFP / km
- Bus en site propre : 200 à 300 F CFP / km
……………
UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR
Cela me donne l’occasion de ressortir un texte que j’avais commencé en 2012  concernant « Le tramway »
 
----------o----------
 
Déjà en 1899………
(Extrait du Mémorial Polynésien – volume 4).
 
Désormais, c'est le parti protestant, dirigé par le pasteur Viénot et maître Goupil, qui est au pouvoir.
Goupil en profite pour ressortir son projet, vieux de quinze ans, de construction d'un chemin de fer entre Papeete et Taravao. Il est si sûr d'avoir gain de cause qu'il prépare un cahier des charges pour une adjudication imminente. Tout est prévu dans le moindre détail dans ce document remarquable, dont nous avons pu retrouver un exemplaire.
UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR
UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR
----------o----------
 
Problème de transports : "Le tramway est le meilleur compromis"
le 8 septembre 2009 à 18:18  | source: Tahitipresse  | 
 
….. Le ministre des Grands Travaux, James Salmon, a une fois de plus été interrogé sur les difficultés rencontrées par la population en matière de transports routiers. Si de nombreuses propositions sont envisagées, le ministre estime que le tramway, malgré son coût, reste la meilleure solution.
Ainsi, James Salmon est revenu sur les différents moyens possibles pour remédier aux problèmes de circulation que subissent depuis des années les Polynésiens. Développer les réseaux routiers devient difficile en absence de foncier, a-t-il d'abord expliqué. Reste donc les transports en commun. La mise en place de lignes de bus est, selon le ministre, à présent obsolète : "Cela aurait du se faire il y a des années", regrette-il. Le monorail, lui aussi évoqué un temps, impliquerait un coût trop important, et n'est "définitivement pas envisageable". "Le tramway est le meilleur compromis", a souligné James Salmon. Malgré son coût évalué entre 3 à 4 milliards Fcfp (de 25,1 à 33,5 millions d'euros) le kilomètre, ce moyen de transport semble le mieux convenir à Tahiti.
 
----------o----------
 
Exemple du tramway de Montpellier
UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR
(Extrait du dossier de presse du 19 novembre 1999).
 
Il concerne la ligne n°1 inaugurée le 30 juin 2000 :
- 28 rames pouvant transporter 75.000 voyageurs par jour,
- Financement prévisionnel : subventions 560 MF (410 de l'état et 150 du département), autofinancement 629 MF, emprunt 1.099 MF (Million de Francs français),
- Vitesse moyenne y compris les arrêts 20km/h,
- Vitesse de pointe 70 km/h,
- Fréquence de passage de 4 minutes,
- Longueur 15,2 km,
- Nombre de stations 28,
- Heures de service de 5h du matin à 1h du matin le lendemain,
- Coût total final 2.180 MF (soit 40 milliards CFP environ),
- Population de l' agglomération de Montpellier en 2000 ... 316.000 habitants
UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR
Depuis une deuxième ligne a été construite en 2006.
Et,  je l’ai appris hier (en 2012) par un correspondant, le tram de Montpellier va maintenant à Pérols et Lattes (3km de la mer pour ceux qui ne connaissent pas) et bientôt jusqu'aux plages!
 
Lignes de tramway à ce jour >>>
Source : Google

Source : Google

Peut-être que le rêve de Maître Goupil, il y a plus d’un siècle, deviendra-t-il réalité ?
 
(Extrait du Mémorial Polynésien – volume 4).
 
POUSSONS JUSQU'A TARAVAO
 
En fait, Messieurs, le Conseil général n'a jamais statué sur le projet, l'utilité d'une voie ferrée ne lui paraissant pas démontrée. C'est pourquoi je pose au seuil de la discussion la question d'utilité. Cette question vidée et le projet ayant été déjà l'objet d'un examen minutieux dans le parcours de Papeete à Mataiea, vous aurez à voir, Messieurs, s'il n'y aurait pas lieu d'ouvrir un crédit pour faire étudier le tracé entre Mataiea et Taravao, de façon à avoir un tout complet, pour être soumis au Comité technique qui siège au Ministère des Colonies. Le travail pourrait comprendre, outre l'étude du tronçon de Mataiea à Taravao, la vérification de celle qui a déjà été faite entre cette dernière localité et Papeete.
 
----------o---------- 

Le tramway de Montpellier que j'empruntais étant gamin. Ces deux lignes de tramway ont été supprimées vers la fin des années 1950, début 1960, et les rails arrachés.... Pour recommencer cela en 2000.

Sur la photo, place de la Comédie (même endroit que la photo de tramway ci-dessus), on distingue un tramway en bas à droite et un autre à gauche de la statue des "3 grâces". 

Source ; Google - Montpellier 1946

Source ; Google - Montpellier 1946

Publié dans POLYNÉSIE, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jacques 10/09/2016 06:59

Bonjour,
J'adore les tramways qui, pour un jeune lillois, faisaient partie de son environnement. Ils ont bien évolués depuis et j'ai observé avec plaisir qu'ils retrouvent, après une démolition systématique, une place de choix en Métropole. Celui de Montpellier est une merveille ...
Un beau projet pour Tahiti mais qui restera probablement dans des cartons.
Cependant, s'il voit le jour, il ne sera pas le premier ! Il en existe déjà un à Faaroa et à vapeur : "un Tramway nommé Plaisir" dont on peut voir les plans et la construction sur mon site ...
Cordialement.
Jacques

N.L. Taram 10/09/2016 08:54

Bonjour Jacques,
sur le moment, j'ai été surpris ; qui peut bien m'écrire cela ? Et puis la locomotive de Faaroa, évidemment (j'ai des problèmes de mémoire). Je viens d'aller visiter rapidement ton site "Vapeur et modèles à vapeur", je vois que tu es toujours très actif sur ce sujet. Pour moi c'est pas le cas et mes bateaux et réseaux ferroviaires sont un peu à l'abandon. Je n'ai plus le doigté et ma vue baisse...
Au sujet des tramways, il y avait deux lignes dans ma jeunesse ; je le prenais souvent pour rendre visite à de vieilles cousines habitant dans le village proche de Montpellier, Celleneuve, où je suis né. Puis un jour, vers fin 50 début 60, ils ont tout démonté et enlevé les rails... pour tout recommencer en 2000. Si à Tahiti, le projet Goupil avait été réalisé, nous aurions au moins le foncier.