MES PATRONS

Publié le par N.L. Taram

Quelques nouvelles de mes « patrons »…

Madame Pomponnette a débarqué, il y a un an, dans sa nouvelle maison (en fait la mienne). Depuis elle est chez elle, bien installée. Elle  est vraiment « casse-pieds », elle n’arrête pas, "fa que bofar" (fait que manger). Pourtant,  "es magre coma un clavèl" (elle est maigre comme un clou*). C’est qu’elle a cinq gosses à s’occuper ; quoique pour la nourriture, c’est encore moi qui passe à la caisse.

c’est ce que disait, en occitan, ma grand-mère en parlant de moi.

Quant à Monsieur Pompon, son frère, il est installé dans la maison en même temps que madame. Je l’ai surnommé « Marquis de Carabas » (mes références littéraires*), il commande et surveille son domaine du haut des placards où il passe une partie de la journée. Il est deux fois plus gros que madame et se sert à manger quand il veut et où il veut. Mais il est tellement avide de caresses que je l’aime bien…

Le chat botté de Charles Perrault  (<Clic)

 

Les cinq petits ressemblent à Pompon ; le plus beau a les yeux verts et les mêmes longs poils gris et rayures noires avec quelques tâches de couleur marron clair. Cela ne m’étonne pas,  j’avais vu, lors de la période amoureuse de Madame, un chat rouquin qui s’introduisait discrètement dans leur maison.

Ils sont, tout deux, passionnés d’informatique et viennent souvent m’aider dans ma principale occupation… en dormant sur mes documents ou en piétinant le clavier !!!!

Moi : Et vous mes chers « patrons » que pensez-vous de votre logis ?

Pompon : Bof,  pas mal… Au début, on c’est fait un festival de souris dans la maison et de rats dans les parages (et aussi quelques tourterelles, chut faut pas le répéter !). Et puis, j’ai repéré quelques copines chez nos voisins.

Pomponnette : Moi, je voudrais m’installer dans la maison principale avec mes enfants ; mais notre serviteur Pierre, il veut pas ; il dit "plus tard quand ils seront grands". En attendant, on passe la nuit dans le petit fare (maison) voisin qui sert d’atelier à Pierre. Ça me plait pas.

Pompon : Bin moi, j’aime bien ce fare ; je peux aller rendre des visites nocturnes à nos voisines. Quant à la chasse de nuit, excellent : lézards, margouillats,…

Pomponnette : Pour la nourriture que nous sert Pierre, c’est pas terrible, toujours des boites de conserve et même, parfois, des boites de ma’a (nourriture) pour chien, beurk ! Pour la bonne nourriture, côtes d’agneau, poissons frais, pâté de campagne, jambon, fromage, ils font comme tous les serviteurs : étant à la cuisine, ils se servent les premiers avec les meilleurs morceaux.

Moi : Eh, dites ! C’est quand même mieux que de traîner dans les chemins, sous la pluie, en quête d’une nourriture et d'être obligé de faire les poubelles.

Pompon et Pomponnette : Miaou, miaoooou ! (on a faim !)

 

Publié dans Humour, Société

Commenter cet article

Lison 07/01/2017 08:15

Encore un article amusant ; je pense que faire parler les chats est un excellent exercice car on y prend grand plaisir et cela fait autant de bien que la ronronthérapie; bien sûr je fais partie de ceux là ! En tout cas au lever, une belle lecture !! Amédine

N.L. Taram 07/01/2017 08:37

En effet, c'est un excellent exercice que je découvre pour la 2ème fois (grâce à toi).
Cela fait déjà une semaine et j'ai l'impression, quand je discute avec eux (eh oui, je discute avec mes chats !); qu'ils sont venus lire mon article en catimini...