TCHERNOBYL

Publié le par N.L. Taram

En Ukraine, La Ville Fantôme De Pripyat Symbole...
Du Coût...De La Catastrophe De Tchernobyl...
Images Fascinantes ...

Vue de la centrale de Tchernobyl depuis Pripiat. Jason Minshull — This photo is the author's own work

Vue de la centrale de Tchernobyl depuis Pripiat. Jason Minshull — This photo is the author's own work

Pripyat est une ville entière de plus de 50 000 habitants abandonnée après la catastrophe de Tchernobyl.

Prypiat ou Pripiat (en ukrainien : Прип'ять ou en russe : Припять) est une ville fondée en 1970, en République socialiste sovietique d'Ukraine. Elle se trouve à 3 km de la centrale nucléaire de Tchernobyl et à une dizaine de kilomètres au nord de Tchernobyl. Elle est donc située dans la zone d'exclusion de 30 km mise en place autour de la centrale après la catastrophe nucléaire de 1986. Tout en conservant le statut de ville, elle est désormais une ville fantôme, inhabitée (selon les autorités ukrainiennes), tout comme les villages proches de Novochepelytchi, Kotcharivka et Kopatchi, situés à 7 km de Pripiat. La forte radioactivité ambiante empêche le repeuplement de la ville et les bâtiments dégagent une poussière toxique qui, potentiellement, peut irradier mortellement un homme en une semaine.

La ville tient son nom de la rivière homonyme qui arrose la ville et qui rejoint le Dniepr. Ce cours d'eau a été gravement contaminé lors de la catastrophe.

Postcards from Pripyat, Chernobyl

PRIPYAT - A Ghost Town

Chernobyl and the abandoned city of Pripyat

Commenter cet article

André 02/07/2017 18:58

Pas d’industrie sans un état fort, ce principe est toujours d’une grande actualité. Avec l’EPR nous payons très cher la perte de nos savoir faire alors que notre consommation électrique est en augmentation et je voudrais bien qu’on m’explique comment l’éolien va régler le problème? L’observation fine de la métallurgie de la cuve de l’EPR n’est qu’un révélateur d’un problème sans doute ancien et identifié en 2016 sur de nombreuses boites à eau des générateurs de vapeur en service. Il apparaît lors de ces mesures des valeurs de 0.3 de carbone, pour une cible de 0,22 sur les parties sphériques du couvercle et du fond de certains EPR, et jusqu’à 0,4 sur les boites à eau de certains réacteurs français en service, surprises! Le détail des investigations sur l’EPR est longuement développé sur le site de l’ASN.fr (Autorité de Sureté Nucléaire) dont la conclusion est de poursuivre vers les essais sous réserve du contrôle en service du fond de cuve et de remplacer le couvercle en 2024 malgré le contrôle de 92% des zones accessibles dont l’ensemble des zones douteuses. Ces contrôles représentent 1722 essais mécaniques sur éprouvettes et 1503 analyses chimiques et sont complétés d’une revue qualité poussée dans la fonderie du Creusot. Dans ses conclusions, l’ASN regrette que l’anomalie ne fût pas décelée durant la conception de la cuve, absence de perspicacité des patrons? Lorsque chez EDF c’est la valse des PDG et chez AREVA c’est de la pantoufle pour des hauts responsables faut-il s’en étonner. En Allemagne, le ministre des finances est en poste depuis 2009 et le nouveau patron de Siemens est resté dans le sillage de son Boss durant 6 ans après avoir fait toute sa carrière dans cette boite où il est rentré à 22 ans après des études d’économie, ca me fait rêver. Quant à l’éolien dont la puissance varie avec le cube de la vitesse du vent, bon courage. Ci-dessous quelques généralités sur les énergies par l’excellent ingénieur conseil Jean Marc Jancovici.
https://www.youtube.com/watch?v=MULmZYhvXik

N.L. Taram 02/07/2017 20:19

Merci André pour toutes ces précisions concernant le projet EPR, je vais visionner la vidéo. Heureusement en Polynésie nous n'en sommes pas encore là et les quelques tentatives d'éolien ont été des échecs cuisants.

André 30/06/2017 10:54

Souvenons-nous de MAYAK, la mère des catastrophes nucléaires. Cette base nucléaire très secrète située quelque part en Sibérie. Là aussi c’était pour l’essentiel de la recherche militaire avec les déchets dans la nature, le chiffre de 120 millions de curie est souvent avancé (50 millions pour Thernobyl). En 1957, lors d’un accident de criticité ? un réservoir de déchets nucléaires de 160 M3 explose et 20 millions de curie se répandent sur 1000 KM2. Cette catastrophe sera niée par Moscou jusqu’en 1972. Les cas de leucémies explosent sous couvert de secret défense.

N.L. Taram 30/06/2017 11:53

Bonjour André, merci pour ces informations dont je n'avais pas connaissance. Je vais diffuser cela auprès des mes correspondants du forum "Les cobayes de la république", quoique cela n'ai rien à voir avec nos essais au Sahara et en Polynésie. Je crois savoir qu'il y a quelques problèmes avec des centrales nucléaires en France et même en projet...