Réduire le nombre des députés (rappel)

Publié le par Paul Quilès

Cet article est reposté depuis Le blog de Paul Quilès.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

André 13/07/2017 19:38

Dans la rubrique optimisation de l'état il existe aussi ce vieux serpents que sont "les agences d’état inutiles et aux missions obscures" (Figaro.fr du 01/05/2014). Elles représentent quelque 50 milliards en cout de fonctionnement annuel pour 412000 emplois. D’une efficacité souvent remise en question selon un rapport alarmant de l’inspection des finances (2012) : «Le gouvernement devra aussi faire le ménage parmi les 1244 agences de l’état et s’attaquer à ces comités inutiles, fantômes dont les missions restent parfois énigmatiques». Telle cette agence qualifiée de désormais inutile mais qui vote en 2014 un budget de 1,8 milliard d’€ et affiche une dette de 108 millions. En bref, Bercy cherche un Robespierre. Autre voie d’économie, si nous voulons faire l’Europe, il serait temps de rationaliser les ambassades et consulats, au moins en Europe.

N.L. Taram 14/07/2017 06:32

Bonjour André, j'en apprend des choses... "C'est pas seulement à Tahiti Que le crime fleurit" chanterait Brassens. 1244 agences de l'état inutiles ? Il est vrai que je me concentre sur l'économie de la Polynésie et depuis plus d'un demi-siècle que j'ai quitté la France, je suis surpris par ce que je lis sur sa situation. Encore merci pour ces informations, je suis un éternel étudiant...

André 12/07/2017 18:51

La France possède quelque 600 000 élus qui pour la plupart ne font qu’enregistrer les décisions qui proviennent parfois d’horizons étranges : autorités supranationales par les traités, divers lobbies, administration, etc, à cela se rajoute les décrets d’application et l’accroissement de la complexité du droit (le code du travail faisait 1000 pages en 1970 contre 4000 aujourd’hui). Se rajoute la question de la représentativité même si je considère que des aristos peuvent défendre des critères sociaux comme faisant partie d’un tout (ex. Roosevelt). Notons que les frais de fonctionnement de l’Assemblée Nationale, du Sénat et du Conseil Economique Social et environnemental approchent des 900 millions d’euros. De nos jours, Bruxelles décide de 80% des lois françaises et le gros travail du parlement consiste à intégrer ces directives en droit Français. Ainsi j’ai lu quelque part que pour voter l’augmentation de TVA pour les centres d’équitation, seulement 5 députés étaient présents dont 3 dormaient. Plus récemment le président de la commission européenne s’est fâché en constatant le peu de députés présents dans l’Hémicycle. Généralement, ce qui se passe au niveau supérieur existe aussi dans les mairies et autres collectivités. Tel maire d’un petit bourg rural se comportant comme un propriétaire sous l’ancien régime gagnait quelque 5000 euros par le jeu des cumuls et régulièrement réélu par sa clientèle malgré sa gestion opaque et discutable.
Aussi je m’interroge, si nous cherchons uniquement à réduire le nombre d’élus cette mesure sera un échec et risquera de bénéficier aux lobbies qui auront là moins de monde à « convaincre ». Une solution serait en parallèle de renforcer tous les contre-pouvoirs et de permettre aux gens de participer aux décisions par des référendums locaux.

N.L. Taram 12/07/2017 20:32

Bonjour André, merci pour ton commentaire avec de nombreuses précisions importantes. Quelle est la meilleure solution ? Je ne pense pas qu'elle existe car les humains ne sont pas parfaits. On pourrait déjà supprimer le sénat et les CESC qui ne servent à rien et nous coûte cher ( http://www.tehoanotenunaa.com/article-cesc-ce-machin-62304184.html ). Concernant les référendums, je ne pense pas que ce soit la meilleure solution dans la plupart des cas ( http://www.tehoanotenunaa.com/article-cesc-ce-machin-62304184.html ).