LA LÉGENDE DE STAGGER LEE

Publié le par N.L. Taram

N.Dryden, avocat-Source Google

 

Lee Shelton (16 mars 1865 - 11 mars 1912) était un cocher et proxénète noir condamné pour le meurtre de son ami William Lyons, âgé de 25 ans, le 27 décembre 1895 à Saint-Louis, dans l'état du Missouri. Ce fait divers a inspiré une chanson populaire, Stagger Lee, qui fut reprise par de nombreux artistes. Le personnage de Stagger Lee (qui apparait aussi sous les orthographes « Stackalee », « Stackolee » ou « Stagolee ») est devenu un élément du folklore américain.

 

Le meurtre de William

Le meurtre sera rapporté dans la presse par un journal local le St. Louis Globe-Democrat le lendemain. Le 27 décembre 1895 vers dix heures du soir, Lyons et Shelton discutaient dans le bar d'un certain Bill Curtis, situé à l'angle de Eleventh Street et de Morgan Street. Les deux avaient bu, et la discussion avait dévié vers la politique. Lee Shelton était démocrate et William Lyons républicain. À la suite d'un désaccord William Lyons a arraché le chapeau que Shelton portait. Shelton furieux a demandé à faire pareil, mais Lyons a refusé. Lee Shelton a alors sorti son revolver et a tiré dans l'abdomen de son ami. Une fois que Lyons, blessé, fut tombé au sol Lee Shelton a récupéré son chapeau que Lyons tenait encore dans sa main et quitta calmement le bar. Il fut par la suite arrêté et conduit au poste de police de Chesnut Street. Lyons fut emmené au dispensaire où ses blessures furent jugées sévères et fut alors transféré à l'hôpital de la ville. Le journal rapporte également que Lee Shelton était aussi connu sous le surnom de Stag Lee.

Lyons mourra par la suite de ses blessures.

Lee Shelton est défendu par un avocat blanc, Nathaniel Dryden, qui fut le premier avocat à faire condamner un blanc pour le meurtre d'un noir dans l’État du Missouri.

Le 25 juin 1896, Lee Shelton est libéré grâce au paiement d'une caution de 3000 dollars. L'argent provient d'un prêteur sur gages, Morris H. Smit. Le procès débute le 15 juillet 1896, Nathaniel Dryden plaide l'auto-défense. Le 18 juillet 1896, les jurés ne parviennent pas à s'accorder sur un verdict : sept jurés votent pour le meurtre au second degré, deux jurés votent pour l'homicide involontaire et trois jurés votent pour l'acquittement.

Le 26 août 1897, Nathaniel Dryden, qui était alcoolique et morphinomane, décède. Le second procès a lieu en octobre 1897, après deux heures de délibéré le jury rend un verdict de culpabilité. Lee Shelton est condamné à 25 ans de prison dans le pénitencier de Jefferson.

En 1909, à l'occasion de la Thanksgiving, Lee Shelton est libéré à la suite d'une grâce du gouverneur du Missouri Joseph Wingate Folk.

Le 26 janvier Lee Shelton tue au cours d'un cambriolage le propriétaire de la maison, un certain William Atkins. Il sera arrêté et renvoyé en prison le 7 mai 1911.

Il est à nouveau gracié le 8 février 1912, par le gouverneur Herbert Spencer Hadley sous la pression des Démocrates. Lee Shelton meurt de la tuberculose le 11 mars 1912 sans avoir eu le temps de quitter l'hôpital de la prison.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lee_Shelton

----------o----------

Library of Congress photo

 

Stagger Lee est le titre d'une chanson traditionnelle américaine. Les paroles s'inspirent d'un fait divers qui s'est déroulé en 1895. Il en existe de nombreuses reprises sous différents titres (Stack O'Lee,Stack-a-Lee, Stagolee...), dont la plus célèbre est celle de Lloyd Price.

La chanson s'inspire de l'histoire vraie de Lee Shelton, proxénète noir de Saint-Louis, Missouri, condamné pour le meurtre de son ami William Lyons le 27 décembre 1895. Shelton est mort en prison en 1912 de la tuberculose.

 

Premières versions

Il semble que la chanson soit née immédiatement après les faits. En 1897, le Kansas City Leavenworth Herald mentionne un morceau intitulé Stack-a-Lee interprété par « Prof. Charlie Lee, the piano thumper ». Une des versions les plus anciennes qui nous soit parvenue est celle enregistrée en 1910 par le folkloriste John Lomax pour la Bibliothèque du Congrès américain. La première version avec des paroles est celle de Lovie Austin, Skeeg-a-Lee Blues, en 1924.

Parmi les autres enregistrements anciens de ce morceau, on trouve notamment :

The Waring's Pennsylvanians, Stack O' Lee blues (1923)

Frank Westphal & His Regal Novelty Orchestra, Stack O' Lee blues (1923)

Herb Wiedoeft and his band, Stack O' Lee blues (1924)

Johnny Dodds avec Ford and Ford, Skeeg-a-Lee Blues (1924)

Ma Rainey and Her Georgia Band, avec Louis Armstrong, Stack O' Lee blues (1925)

Frank Hutchison, Stackalee (1927)

Duke Ellington, Stack O' Lee blues (1928)

Furry Lewis, Billy Lyons and Stack O'Lee (1928)

Mississippi John Hurt, Stack O'Lee Blues (1928)

Cab Calloway, Stack O'Lee Blues (1931)

Ivory Joe Hunter, Stackolee (1933)

Big Joe Williams, Stagolee (1935)

Woody Guthrie, Stackolee (1941)

 

Versions après guerre

Lloyd Price a enregistré en 1958 une version rock 'n' roll très populaire qui a elle aussi souvent été reprise par la suite. Cette version, numéro 1 aux États-Unis en février 1959, est classée 456e parmi les 500 plus grandes chansons de tous les temps du magazine Rolling Stone.

Parmi les autres interprétations de ce morceau, on peut citer :

Big Bill BroonzySonny Boy Williamson II et Memphis Slim, Stackalee (1947)

Archibald, Stack-A'Lee, part 1 & 2 (single 1950, Imperial)2, n°10 dans les charts rhythm and blues ;

Tennessee Ernie Ford, Stack-O-Lee (single, 1951)

Dave Bartholomew, The Ballad of Stack-O-Lee (1952) ;

Sidney Bechet And His Blue Note Jazzmen, Stack O'Lee Blues (1950);

Lonnie Donegan Skiffle Group, Stackalee (1956)

Lloyd Price, Stagger Lee (single, 1958)3 ;

Pete Seeger, Stagolee, sur l'album American Favorite Ballads, Volume 2 (1958) ;

Jerry Lee Lewis, Stagger Lee (1959) ;

Champion Jack Dupree, Stack-O-Lee, sur l'album Blues From The Gutter (1959) ;

Fats Domino, Stack & Billy (1959), et Stagger Lee, en concert ;

Bill Haley and His Comets, Stagger Lee, sur leur album éponyme (1960) ;

Memphis Slim, Stackalee (1961);

The Isley Brothers, Stagger Lee, sur Twisting and Shouting (1962) ;

Moustique, Stagger Lee (1964) en français ;

Trini Lopez, Stagger Lee, sur Live at Basin St. East (1964) ;

Johnny Rivers, Stagger Lee, sur l'album Meanwhile Back at The Whisky à Go Go (1965) ;

Ike and Tina Turner, Stagger Lee and Billy (single, 1965), avec des paroles et une mélodie différentes ;

Lee Dorsey, Stagger Lee (1966) ;

James Brown, Stagger Lee, sur Cold Sweat (1967) ;

Wilson Pickett, Stack-O'Lee (single, 1967), n°30 dans les charts rhythm and blues  ;

Sam the Sham, Stagger Lee, sur Ten Of Pentacles (1968) ;

Mary Wells, Stagger Lee, sur Servin' Up Some Soul (1968) ;

Taj Mahal, Stagger Lee, sur Giant Steps / The Old Folks at Home (1969) ;

Pacific Gas and Electric, Staggolee, sur Are You Ready? (1970)

Elvis Presley, Stagger Lee, dans le documentaire That's The Way It Is (1970) ;

Tim Hardin, Stagger Lee ;

Dr. John, Stack A Lee (1972) ;

John Holt, Stagger Lee (single, 1972) ;

Ike and Tina Turner, Stagger Lee (1973), version "originale" ;

Professor Longhair, Stag-O-Lee, sur Rock 'N' Roll Gumbo (1974) ;

Grateful Dead, Stagger Lee, sur Shakedown Street (1978), avec une réécriture des paroles par Robert Hunter et un nouvel arrangement musical par Jerry Garcia4 ;

Neil Diamond, Stagger Lee, sur September Morn (1979) ;

Tom Jones, Stagger Lee en concert ;

Southside Johnny And The Asbury Jukes, Stagger Lee, sur l'album Live - Reach Up And Touch The Sky (1981) ;

The Fabulous Thunderbirds, Stagger Lee, sur la bande originale du film Porky's Revenge! (1985) ;

Merle Travis, Stack O'Lee, sur Rough, Rowdy And Blue (1986) ;

Willie and the Poor Boys, Stagger Lee, sur Tear it up - Live (1994) ;

Bob Dylan, Stack a Lee, sur World Gone Wrong (1993) ;

Huey Lewis and the News, Stagger Lee, sur Four Chords & Several Years Ago (1994)

Nick Cave and the Bad Seeds, Stagger Lee, sur Murder Ballads (1996);

Beck, Stagolee, sur Avalon Blues A Tribute To The Music Of Mississippi John Hurt (2001) ;

The Black Keys, Stack Shot Billy, sur Rubber Factory (2004) ;

Eric Bibb, Stagolee, sur le DVD Up Close with Eric Bibb (2007) ;

Samuel L. Jackson, Stackolee, dans le film Black Snake Moan (2007) ;

Keb' Mo', Stack O Lee, sur la musique du film Honeydripper (2008)

 

Les chansons Long Gone Geek de Procol Harum, sur la face B de A Salty Dog (1969), Wrong 'Em Boyo des Rulers (1966), repris par The Clash sur l'album London Calling en 1979, et Mrs. DeLion's Lament de David Bromberg, sur Reckless Abandon(1977), relatent aussi cet événement.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stagger_Lee

----------o----------

Gertrude "Ma" Rainey & Her Georgia Band - Stack O'Lee Blues
Joe Smith-c/ Charlie Green-tb/ Buster Bailey-cl/ Coleman Hawkins-bsx/ Fletcher Henderson-p/Charlie Dixon-bj. Chicago, 1926

MISSISSIPPI JOHN HURT - Stack O' Lee Blues (1928)

The Washingtonians - Stack O'Lee Blues

Duke Ellington's orchestra. Recorded in New York on January 9, 1928. This band is: Bubber Miley-Louis Metcalf-t/Joe Nanton-tb/Otto Hardwick-ss-as-bar/Harry Carney-cl-as-bar/Barney Bigard-cl-ts/Fred Guy-bj/Duke Ellington-p/Fred Guy-bj/Wellman Braud-sb/Sonny Greer-d.

TAJ MAHAL - Stagger Lee (1969)

FATS DOMINO - Stagger Lee
Live at Montreux - 1973

Stagolee (impro N.L. Taram)

Stagolee (domaine public d'après Mississippi John Hurt)
 

Publié dans Blues, Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article