URGENCE AUX URGENCES

Publié le par N.L. Taram

Cet article est reposté depuis Le blog de Jean de Port-Scorff.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didier MOREAUX 27/04/2018 18:46

En métropole , les médecins qui s'installent vont dans les ville ou ça paye beaucoup , ou dans les villes ou il fait bon vivre , ou dans les villes ou le climat est super , ce qui crée des déserts médicaux .
Pourtant leurs études sont payées par l' état qui pourrait leur imposer quelques années dans certaines régions , j' en ai parlé avec mon médecin de campagne qui m' a dit que l' état a peur que dans ce cas les médecins et internes se mettent en grève et paralysent le système de santé .
Nous sommes donc prisonniers de ces "médicaux" qui ne pensent qu' a leur "gueule " et qui se foutent des gens malades dans les déserts médicaux , seuls leurs profits ou confort compte bien qu'il y ait un serment d' Hypocrate ce qui fait que les gens se précipitent aux urgences quand ils n' ont pas de médecin disponible pour eux en dehors de l' hopital .Il y a aussi les gens qui croyent que les urgences servent a tout , j' y ai vu quelqu'un venir pour se faire changer un pansement et bien des gens qui ne sont pas a la sécu essayent de se faire prendre en charge (migrants , clandestins , illégaux , a tel point que l' on vous demande la carte vitale et la carte d' identité (car certains viennent avec la carte du frère , du cousin ou du beauf car contrairement a ce qui avait été dit peu de cartes vitales ont une photo du titulaire .Aujourd'hui , la sécurité sociale Algérienne doit 5 milliards d' euros a la sécu Française (pas grave , c' est les Français qui payent ) Cela gène aussi le fonctionnement du système de soins Français !

N.L. Taram 27/04/2018 22:58

Bonjour Didier,
n'étant pas l'auteur de l'article, je ne peux pas te répondre sur le fond ; cela d'autant que nous avons les mêmes problèmes en Polynésie mais pour des raisons différentes. Ici, on ne peut pas reprocher aux médecins libéraux de chercher un bon endroit ou une bonne planque; Si je prend mon cas en exemple, mon médecin se trouve à 8 km ; avant il y avait deux médecins donc, à part certains jours (le lundi après les bringues), c'était une demi-heure d'attente et, ensuite, quelques kilomètres pour la pharmacie. Un cabinet a été supprimé pour les raisons que je donne dans le commentaire de l'article ; depuis c'est au minimum une heure et demi d'attente. Et le médecin travaille jusqu'à 7 ou 8 h du soir. Je pense qu'il préférerait rentrer chez lui plus tôt... Amitiés