LA CONTRADICTION

Publié le par N.L. Taram

« Ni la contradiction n’est marque de fausseté, ni l’incontradiction n’est marque de vérité » Blaise Pascal

« Je me réserve avec fermeté le droit de me contredire » Paul Claudel

 

L'esprit de contradiction

L’esprit de contradiction est une attitude de l'interlocuteur qui consiste à prendre souvent (voire systématiquement) le contre-pied de son locuteur. Un sain raisonnement doit fatalement faire apparaître des divergences dans les présupposés de chacun.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Contradiction

 

Ateliers sur la contradiction

Parler de contradiction, c'est reconnaître la richesse du monde et de nos vies : ils dépassent les représentations que nous pouvons en faire, ils dépassent les mots que nous pouvons en dire. C'est montrer la limite de notre raison qui joue avec ces mots. En même temps, c'est faire confiance en cette raison, capable de dévoiler les difficultés, nous plaçant du côté du discours plutôt que de la violence.

Nous avons besoin d'éclairage théorique sur ces questions.

Nous avons aussi besoin d'examiner des exemples ; ceci est d'autant plus important qu'il n'y a pas de méthode générale pour s'y prendre avec les contradictions.

http://www.emse.fr/aslc2009/

 

« La pensée naît de la contradiction » Marie-Hélène Collin

----------o----------

Quelques citations :

Nicolas Machiavel 
Le prince - XVI

 

LE PARTAGE DES TERRES.

……………

Tels furent les commencements et la fin de la loi agraire et si ce que j'avance ici des résultats qu'eut cette loi paraît en contradiction avec ce que j'ai prouvé ailleurs, que les inimitiés qui régnaient entre le peuple et le sénat maintinrent la liberté dans Rome, en faisant naître des lois qui furent établies en sa faveur, je répondrai que je ne m'écarte en aucune manière de mon opinion ; car l'ambition des grands est telle, que si dans un État on ne s'efforce, par tous les moyens et par toutes les voies, de l'écraser sans pitié, elle l'entraîne bientôt dans sa chute. Et si la loi agraire travailla trois cents ans à rendre Rome esclave, Rome serait bien plus tôt tombée dans les chaînes, si le peuple, au moyen de cette loi et de ses autres prétentions, n'eût toujours réussi à refréner l'ambition des nobles.

(code recherche : LITMAC)

……………….

MÉMOIRES SUR NICOLAS FOUQUET SURINTENDANT DES FINANCES

ET SUR SON FRÈRE L'ABBÉ FOUQUET

 

CHAPITRE X

 

--OCTOBRE 1652--

…………..

«Je supplie Votre Éminence et la conjure de considérer que ce que j'écris n'est point intéressé; que tous ceux qui n'ont point de jalousie les uns contre les autres pour traverser leurs avis ou se prévaloir du désordre sont tous dans ce sentiment. Tous ceux de notre compagnie, après s'être bien éclaircis du dedans de Paris dont chacun reçoit par jour plusieurs lettres, sont tous dans la même pensée. MM. les présidents de Novion, le Coigneux, de Mesmes, M. Ménardeau, mon frère, et cinq ou six autres conseillers, et généralement tous conviennent d'un même principe. Nous savons tout ce qui se dit au contraire; nous savons les sentiments de ceux du conseil, et, après tout bien examiné, nous convenons tous, sans aucune contradiction, qu'il faut promptement, ou l'accommodement en quelque manière que ce soit, comme il est proposé, ou le voyage du roi prompt à Paris, et nous croyons la chose si certaine, que nous irons tous avec le roi et donnerons les arrêts que l'on voudra dans le Louvre. Tous ceux qui restent un peu bien intentionnés se joindront à nous, et les autres, auteurs du mal, n'osant y paraître, le roi sera maître des délibérations. Ce que j'écris à Votre Éminence est au nom de tous ces Messieurs, qui m'ont chargé de vous écrire, et qui vous écriraient aussi s'ils avaient un chiffre. Nous supplions Votre Éminence de nous faire savoir une réponse prompte, les moments étant précieux en cette occasion.»

……………….

PAUL GAUGUIN  

 

Les Guêpes, n° 6, 12 juillet 1899.

  La Machine Colbert 

----------o----------

 

I1 est bon de lire quelquefois ; — un peu de tout — quelquefois pour s'instruire, d'autrefois pour se divertir. Malgré mon désintéressement en ce qui concerne la politique, le hasard aidant j'ai lu ces derniers temps un compte rendu de séance du Conseil général de Tahiti.

Ah ! si les orateurs pouvaient quelquefois reprendre leurs paroles ; inconséquences et contradictions d'un moment. Souvent l'orateur oublie sa raison n'ayant au cœur que la passion politique toujours mauvaise conseillère.

……………………..

Publié dans LIBRE PENSÉE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article