AUJOURD'HUI PEUT-ÊTRE...

Publié le par N.L. Taram

Des projets en veux-tu en voilà, mais... !

Le gouvernement aime nous faire saliver... d'espoir. C'est ainsi qu'est née la ferme aquacole de Hao, grandiose, mais jamais vraiment réalisée, les phosphates de Makatea, le trésor d'Ali Baba, sans suite,  le "Sésame ouvre-toi" ne marche pas pour le Village tahitien qui devient petit à petit une nébuleuse, l'aéroport de dégagement de Rangiroa, ben voyons, on s'est fait dépasser par celui des Cook. Bref,  certes Jean Christophe Bouissou fait de son mieux pour donner le change et mettre les projets du gouvernement devant structurer le pays pour longtemps, autour de trois thématiques(encore et toujours)  : l'insularité, l'habitabilité, entendez les équipements et la vulnérabilité ( protection des risques naturels).Bien vu. Mais...

Source : TAHITI TODAY - Éditorial du 26 mars 2019

http://www.tahititoday.net/

Une chanson pour nous changer les idées (elle n'a rien à voir avec l'article ci-dessus, bien sur !)  smiley

Paroles de la chanson "Aujourd'hui Peut-Être" par Fernandel

 

Devant ma maison y'a un pin terrible 
Dont la grosse branche pourrait bien tomber 
Pour mon pauvre toit quelle belle cible 
Cette branche-là je vais la couper 

Aujourd'hui peut-être ou alors demain 
Ce sacré soleil me donne la flemme

Je la couperai Té après-demain 
Et si je peux pas la couper moi-même 
Je demanderai à l'ami Tonin 
Qui la coupera aussi bien lui-même 


Ce n'est pas qu'on soit feignant par ici 
Mais il fait si chaud dans notre Midi 

J'ai de beaux lapins des lapins superbes 
Mais ils ont toujours envie de manger 
Il faut tout le temps leur couper de l'herbe 
Et je devrais bien leur en ramasser 

 

Aujourd'hui peut-être ou alors demain 
Ces sacrés lapins me donnent la flemme 
Je la couperai Té après-demain 
Et si je peux pas la couper moi-même 
Hé bé je lâcherai tous mes beaux lapins 
Qui la couperont aussi bien eux-mêmes 


Ce n'est pas qu'on soit feignant par ici 
Mais la terre est basse dans notre Midi 
Le soir de mes noces avec Thérèse 
Quand on s'est trouvés tout déshabillés 
En sentant frémir son beau corps de braise 
Je me suis pensé: je vais l'embrasser 

Aujourd'hui peut-être ou alors demain 
Moi les émotions " boudiou " ça me rend tout blême 
Je l'embrasserai Té après-demain 
Et si je peux pas l'embrasser moi-même 
Mais soudain ça m'a pris au petit matin 
On est déchaîné chez nous quand on aime 

 

Et deux mois après ... j'avais trois petits 
Nous sommes les rois dans notre Midi

Publié dans Economie PF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didier MORREAUX 29/03/2019 14:48

Et vous croyez toujours que les gouvernements , quels qu'ils soient , pensent au PEUPLE , non , ils ne pensent , comme la plupart des hauts fonctionnaires , qu' a s' en mettre plein les fouilles , et c' est pour cela qu'il n' y a pas assez de places en prison , ce serait leur nouveau logement !