LA MONDIALISATION DU LOT EN 1949/50 (2)

Publié le par N.L. Taram

CAHORS-MUNDI

 

LE 30 JUILLET 1949, Cahors devient la 1ère ville mondialisée en adoptant la Charte de la Mondialisation par la volonté de son Conseil municipal. Les cadurciens répondirent entre le 21 juillet le 12 août à une consultation populaire qui toucha 70 % du corps électoral et vit 59 % de votes favorables (11 % d’abstentions).

La ville déclara alors s’appeler « Cahors Mundi ».

Cette déclaration donna naissance à un mouvement sans précédent dans le département du Lot, suivi par des centaines de communes du pays et du monde entier. L'année suivante, 239 communes lotoises sur les 330 que compte le département avaient suivi l’exemple de Cahors en adoptant cette charte. Aujourd’hui, près de 1 000 communes ou villes sont mondialisées, réparties dans plusieurs pays et continents.

 

 

La Charte de la mondialisation

LE 30 JUILLET 1949

Le Conseil municipal de Cahors adopte la Charte de la Mondialisation. La ville déclare alors s’appeler « Cahors Mundi ».

Nous, habitants de CAHORS, déclarons par la présente Charte notre ville mondialisée. 

 Notre geste signifie que :

1 - Nous affirmons que notre sécurité et notre bien-être sont liés à la sécurité et au bien-être de toutes les villes et de toutes les communes du Monde, aujourd’hui menacées de destruction par la guerre totale.

2 - Nous voulons travailler en paix avec toutes les villes et communes du Monde, coopérer avec elles afin de fonder la Loi mondiale qui assurera notre protection commune, sous l’autorité d’un pouvoir fédéral mondial démocratiquement établi et contrôlé.

3 - Nous appelons villes et communes, entreprises et professions, à envoyer avec nous leurs délégués aux premiers Etats généraux du Peuple mondial, afin de préparer les élections mondiales pour l’organisation de la paix.

http://lotoisdumonde.fr/logos/trans.gif

 

4 - Nous revendiquons le droit d’élire directement, à partir de 1950, nos représentants à l’assemblée constituante des Peuples à raison de un délégué par million d’habitants.

5 - Nous demandons à notre Gouvernement de faire des prélèvements nécessaires sur le budget de la guerre pour alimenter le Fonds international qui permettra le financement de ces élections mondiales.

6 - Sans rien renier de notre attachement, de nos devoirs et de nos droits à l’égard de notre Région et de notre Nation, nous nous déclarons symboliquement territoire mondial, lié à la communauté mondiale.

7 - Nous appelons chaque Ville et chaque commune du Monde à se rallier à cette Charte de solidarité des villes et communes menacées.

 

DISPOSITIONS PARTICULIÈRES À LA VILLE DE CAHORS :

a - Nous déclarons vouloir ajouter au nom de notre ville le mot MUNDI (du monde) : CAHORS-MUNDI

b - Nous désirons envoyer par priorité ce message aux deux municipalités de NEW-YORK et MOSCOU. 

 

LE 25 JANVIER 1950
Une lettre de l'inspecteur d'académie du Lot est transmise aux enseignants pour être lue 
dans les établissements scolaires lotois.
Elle explique le sens de la mondialisation du département.
« (...) en se mondialisant, le LOT lance un appel aux autres Départements et Territoires
du Monde pour qu'ils suivent son exemple et que se crée peu à peu la communauté
mondiale, pour que bientôt les hommes du monde entier puissent élire leurs députés à
une Assemblée Mondiale chargée d'organiser la paix pour le bien-être de tous les
hommes et de tous les peuples (...) ».

 

 

 

 

 LE 16 FÉVRIER 1950

Le maire de Cahors, le docteur Calvet, et le maire de Revel, M. Sudre, 
posent une borne de mondialisation sur la place du parvis de Notre-Dame de Paris.

 

LES MAIRES DE CAHORS ET DE REVEL DEVANT NOTRE-DAME DE PARIS LE 16 FÉVRIER 1950

 « Depuis vous la devise des hommes qui ne veulent plus être des hommes de peine, la devise des hommes d'amour approfondit celle de 1789, réduite à faner aux frontons fatigués des édifices publics - "liberté - égalité - fraternité" prudemment amputée de son terme ultime "ou la mort" ; elle devient cette devise : "Liberté mondiale, égalité mondiale, fraternité mondiale" et si nous ne l'obtenons pas, ce serait en effet la mort...

Merci à eux, merci à vous gens de Cahors, qui les premiers, comprenant le geste de Garry Davis, avez entrepris de réaliser cette République Universelle que prophétisait Victor Hugo au Congrès de la Paix de Lausanne en 1869 : il n'a fallu que 90 ans pour arriver à ce pas capital, à cette pose solennelle de la première pierre... Vous prolongez les plus purs initiateurs de 1789... »

Jean Cathelin, Salut à Cahors-du-Monde, Le Citoyen du Monde, 3 mars 1950

 

http://lotoisdumonde.fr/cahorsmundi/photos/citdis.jpg
À PARIS, LE 17 FEVRIER 1950, CONFERENCE DE PRESSE A LA MAISON DES JOURNALISTES 
(DE GAUCHE A DROITE : BEYNAC, SAUVET, CALVET, LATREMOLIERE, SUDRE, DEHAN, SARRAZAC)

 

 

LA ROUTE SANS FRONTIÈRES

LES 24 ET 25 JUIN 1950, des cérémonies consacrant la mondialisation du Lot sont organisées et le premier tronçon d’une route mondiale devant faire le tour de la terre est inauguré par Lord Boyd Orr (prix Nobel de la Paix 1949), entre le Pont Valentré et Saint-Cirq-Lapopie.

Dans sa demande de soutien au Conseil Général, Louis Sauvé, président du Conseil de mondialisation du Lot, reprenait les arguments de Robert Sarrazac : « Le geste généreux accompli par le Lot peut devenir pour lui 
l'occasion d'une renaissance. C'est de chez nous que partira l'Appel qui doit changer la face du monde, comme est partie de Vizille en 1788 l'idée des États Généraux et de la Révolution
 ».


LOUIS SAUVÉ DEVANT UNE BORNE DE LA ROUTE SANS FRONTIÈRES, LE 25 JUIN 1950

« Ces journées resteront - quoi qu'il advienne - gravées dans l'Histoire du Lot, de la France... et même du Monde.
Des drapeaux aux couleurs mondiales flottèrent sur certains édifices publics à côté du drapeau tricolore, la foule en liesse se massait au pied de la Mairie pour écouter religieusement le prix Nobel de la Paix 1949, Lord BOYD ORR, fondateur à l'ONU de la FAO, venu de sa lointaine Écosse.
Le pont VaIentré fut l'objet d'un des premiers spectacles " Sons et Lumières ". J'avais même composé le programme musical : le premier mouvement de la 1° Symphonie de Beethoven éclata dans un feu d'artifice ... Ensuite tout le monde, accompagné des délégations étrangères, emprunta la " Route Mondiale N' 1 ".
Sur les hauteurs, les paysans avaient allumé d'immenses feux de la Saint-Jean. Arrivé à Saint-Cirq-Lapopie devant le village médiéval embrasé, André Breton, lui-même participant, fut frappé par l'ambiance surréelle. »
Entretien avec le Docteur Louis Sauvé (brochure pour le 50° anniversaire de Cahors-Mundi, juin 2000)
Cahors 2006 (photo Taram)

 

 

à suivre...

(code recherche : SOCCIT)

 

Source :

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article