QUE SOMMES-NOUS ?

Publié le par N.L. Taram

Suite de " D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? " publié le 17 septembre 2016.

PIERRE – Rencontre sur un motu

 

Vahine pêchant des o'uma

Vers 1973/74, les travaux publics commencent à draguer le massif de corail devant mon domicile rue Yves Martin à Pirae. Ils récupèrent du corail pour terminer la route double –voie qui doit rejoindre la commune d’Arue.

Le lagon devient blanc du fait de la « soupe » de corail qui surnage, les blogs de coraux sont cassés, les poissons quittent cet endroit. Plus question de se baigner et, surtout, de pêcher.

Il me reste la solution de louer une maison à Hitiaa, côte est de Tahiti,  pk38, pour y passer nos week-ends. Mais la location d’une maison est onéreuse et la meilleure solution est de trouver un terrain à louer pour y construire un petit fare, comme j’ai appris à Moruroa. Au cours d’une partie de pêche, je rencontre sur le minuscule motuTaaupiri, un vieux pêcheur qui me propose un terrain bord de mer, juste en face du motu.

Après visite des lieux, l’accord est conclu ; je construis un fare, nous y viendrons tous les week-ends et ensuite nous y logerons en permanence.

Le propriétaire Charles D. qui habite à côté, est devenu un ami. Nous nous occuperons de lui pour ses quelques déplacements et aussi quand il est malade et lui s’occupera de notre bien-être : légumes de son jardin, poissons, chevrettes de son ruisseau (crevettes d’eau douce), etc…

Motu Taaupiri

Nous n’avons pas l’électricité, pas de télévision, mais le soir Charles viendra nous raconter des légendes, des histoires de tupapau (fantôme).  Je regrette de n’avoir pu l’enregistrer car ses histoires étaient passionnantes. Hum ! je suis sur que parfois, il en inventait uniquement pour nous faire plaisir…

Quelques années après, nous avons dû déménager vers une commune plus proche du collège pour des problèmes de scolarité de nos enfants ; mais cela sera toujours sur la côte est de Tahiti à Mahina, pk12. Une amie nous remplacera dans ce fare et les visites chez Charles continueront jusqu’à son décès et même après pour la pêche.

 

 

Mon épouse, mes enfants et moi, nous avons toujours aimé cette côte un peu sauvage de Tahiti. Et nous pensons souvent à Charles qui nous a fait apprécier cet endroit et nous a appris beaucoup de choses sur l’histoire des maohi.

 

 

 

Maintenant, nous habitons à Papenoo, côte est, pk 17.

                       

(code recherche : SOUPOL)

Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article