"Le Heiva n'est pas une tribune politique !"

Publié le

déclare Jeanine Maru présidente du jury

le 26 juillet 2009 à 18:04  | source: Tahitipresse  | 20 commentaires

Bien que la présidente du jury du Heiva i Tahiti, Jeanine Maru n'a pas encore remis sa synthèse sur l'édition 2009, elle confie à Tahitipresse son analyse et livre ses impressions en rappelant aux groupes de danses et de chants, que "le Heiva n'est pas une tribune politique, ni un forum d'historiens. D'ailleurs, le nom de Heiva signifie la fête", rappelle-t-elle. Entretien.

"Ceux qui se déplacent jusqu'à To'ata, au Heiva, veulent voir de l'authentique !" explique Jeanine Maru, la présidente du jury du concours de chants et danses, qui s'est achevée vendredi soir avec la traditionnelle soirée de gala des lauréats. Unanimement, chacun s'accorde à dire que le cru 2009 a été exceptionnel.

 "Vraiment exceptionnel. Tout d'abord, parce que les grands groupes sont revenus à To'ata. Ce qui n'en a rendu la compétition que plus intense. De plus, ils sont revenus en jouant la carte de l'authenticité, et avec leur propre style et personnalité", commente quant à elle, Marion Fayn, docteur en anthropologie de la danse.

"On ne vient pas à To'ata faire sa prière !"
(code recherche : ARTDAN)
………………………

 

BALLADE DES DAMES DU TEMPS JADIS
 

Prince, n’enquérez de semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Qu’à ce refrain ne vous ramène :
Mais ou sont les neiges d’antan ?
(François Villon)

Publié dans Arts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Penilla y Perella Christian 24/08/2009 10:14

Le modélisme étant un art .............Je me permets d'y insérer mes réflexions .   Sur le site modélisme en Polynésie on ne voit ni planeur , ni avion ou hélicoptère , sont ils devenus si frileux ou bien on ne veut pas leur préter la piste de Faa'a .   Comment rencontrer les modélistes de Tahiti et autres iles , as tu leur adresse ?  J'aimerai les rencontrer et admirer leur travail .

Taram 24/08/2009 10:20


Je ferais suivre ta demande. L'administrateur de ce site est un artiste dans le modélisme naval et, pour le moment, les seuls qui ont participé, font du modélisme naval. Mais je te rassure, il y a
de nombreux amateurs d'avion, hélicoptère et planeur. Suite à une annonce, certains m'avaient contacté.


Penilla y Perella Christian 23/08/2009 23:03

Pas de problème , c'est un milieu de réveurs et de perfectionnistes que j'adore . Il faut être aussi amoureux du détail . C'est même une passion qui se poursuit dans les rèves ( Quand on dort )

Penilla y Perella Christian 23/08/2009 05:26

      Je me permets de classer le modélisme dans l'ART................Ma péroide de modélisme a duré quatre ans , de 14 à 18 ans . Des maquettes de bateaux propulsés par des moteurs à l'alcool ( des blocs d'alccol qui ressemblaient à des carrés de sucre ). Ce moteur marchait en utilisant et chaffant l'eau du lieu d'utilisation et faisait un bruit sec comme toc...toc...toc...l'eau était aspirée et  resortait à l'arriére  comme un réacteur . Par contre dans l'eau de mer il tombait rapidement en panne se remplissant de sel impossible à nettoyer .      Quant aux planeurs ils finissaient presque toujours dans les arbres ainsi que les maquettes propulsées par le fameux et merveilleux moteur Micron qui tournait à l'éther . que d'heures passées en réparations . Nous ne connaîssions pas les télécommandes radio , existaient elles?  ( 1952 / 1956 ) En tout cas pas à Tahiti . Autre fois Tahiti était couvert d'arbres . Du large la ville de Papeete était invisible hors le clocher blanchâtre de la cathédrale et le clocher rouge du temple de Paofai . Les districts Faa'a et Pirae c'était pire .         Tous les matériaux étaient importés , balsa , colles rapides qui sentaient si bon , colles lentes un peu sucrées , papiers spéciaux pour entoiler et les vernis .Et j'allais oublier les peintures spéciales et les auto collants pour faire plus vrai  .         Naturellement les plans auquels j'étais abonné  venant de France  , que nous attendions par bateau avec impatience tous les quatre mois ! ! ! . ( il n'y avait pas à l'époque une liaison aérienne avec l'extérieur )  .        Nous passions quatre fois plus de temps pour réparer nos planeurs et avions endommagés que à les fabriquer . Mais les minutes de vol étaient un délice . Nous les remémorions mille fois .        Je comprends aujourd'hui pourquoi on nous prenait pour des dingues .     .  

Taram 23/08/2009 05:54


Mon cher Christian,
me permets-tu de transmettre ton témoignage à notre ami Jacques, Grand Maître du Modélisme en Polynésie http://www.modelismeenpolynesie.com/introduction/index.html


Penilla y Perella Christian 03/08/2009 08:50

Antoine de Saint Exupéry ,que je classerais humaniste ! ! !    le Petit prince , lu à 18 / 17 ans ou plus jeune ,devient un autre monde lu à 30 / 40 ans , j'en ai fait l'expérience . Plus âgés nous n'avons plus les même yeux ni le même coeur . Le coeur est plus blasé mais en même temps paradoxalement plus sensible marqué par certaines souffrances que nous inflige la vie . Je crois qu'à un âge trés avancé il doit encore nous marquer mais pour  encore des raisons  trés différentes . C'est un livre à lire toute sa vie pour se ressourser des vraies valeurs dans toute leur simplicité . Encore ne faut il pas oublier que nous vivons dans un mondes de fauves .        Ses autres livres sont différents que se soit Vol de nuit , Terre des hommes , Plote de guerre , Courrier du sud , Lettre à un otage et aussi Citadelle livre que j'avais trouvé trés étrange  celui ci touchant au spirituel .  Il a dû écrire d'autre livres que je n'ai pas lu . Le Petit Prince est son seul livre que j'ai lu et relu . Ainsi va la vie .  

Penilla y Perella Christian 02/08/2009 23:09

Taram , bonjour ,      Les polynésiens de notre époque ne sont plus les polynésiens d'autre fois . Une mère polynésienne il y a soixante ans n'était pas occidentalisées comme les mères d'aujourd'hui . Beaucoup de valeurs ont évolué . Par exemple pour ma mère le matériel et le spirituel ne faisait qu'un , la famille était trés étendue , les liens étaient charnels même les liens par alliance . La notion du temps complètement différente de celle des europeens . Dix ans plus tard était souvent hiers . L'expression <  loin des yeux loin du coeur > laissait perplexe . La vie en < tribu > est là où l'on se sentait le mieux . L'usage de la terre , son produit  pouvaient être un  droit , mais pas sa possession exclusive . Nous vivions dans un monde différent . Notre relation avec la mort était celle que nous avions avec la vie . Celà nous imprégnait de la façon la plus inconciente . Je peux en mettre des pages de ces différences . Personnellement beaucoup de ces valeurs ne m'ont pas quitté .       Ce qui n'empêche que beaucoup de sentiments , de ressentiments , d'amour , de haine , de peurs sont communes à tous les peuples. L'un n'empêche pas l'autre .          

Taram 02/08/2009 23:30



"Nous n'avons pas hérité la terre de nos ancêtres; nous avons emprunté les terres de nos enfants" (Antoine de Saint-Exupéry)



Penilla y Perella Christian 02/08/2009 03:44

     J'approuve ta délicatesse . Quand on a eu comme  père un europeen et comme mère une  polynésienne et que l'on a vécu deux mondes parfois bien différents , on apprécie . C'est le respect de ces deux mondes et de leurs valeurs qui nous enrichissent tous .     En plus cela n'est pas toujours facile .

Penilla y Perella Christian 02/08/2009 03:05

T'est dur avec les curé .      L'église ferait mieux de rétablir le mariage des prêtres il y aurait moins de scandales . Le mariage des prêtres a été décidé par l'Eglise vers l'an 1200 pour un problème du droit d'héritage des enfants de prêtres ce qui dépossédait l'église de dons des ouailles d'argent ou de terres . Dons pour se réserver une place au ciel .

Taram 02/08/2009 03:17


C'est une citation de Victor Hugo. J'ai jamais osé la publier sur TRC


Penilla y Perella Christian 01/08/2009 23:28

François Villon ..............Ballade des pendus , Petit Testament , Grand Testament .      Tout cela est si lointain mais m'a marqué à jamais ( j'avais 17 / 18 ans ) ........Cet auteur fait partie de ceux qui m'ont fait aimer la langue française et surtout apprécié sa richesse .       Le français est une des langues que mes ailleux ont adopté ce qui explique pour eux même et nous les descendants  notre amour et notre grand respect de ces langues .       ...............      Lisez aussi la totalité de l'euvre de Victor Hugo , je dis bien la totalité , même ces euvres frivoles bannies dans nos écoles  , cet homme était aussi un coquin plein d'esprit ! ! ! .

01/08/2009 23:36


Ia orana Christian,

Victor Hugo a écrit :

« Abrutir est un art. Les prêtres des divers cultes appellent cet art Liberté d’enseignement. Ils n’y mettent aucune mauvaise intention, ayant eux-mêmes été soumis à la mutilation
d’intelligence qu’ils voudraient pratiquer après l’avoir subie. Le castrat faisant l’eunuque, cela s’appelle l’Enseignement libre. » (Victor Hugo – Paris et Rome)


 



Penilla y Perella Christian 01/08/2009 22:48

     Le Heiva c'est la vie , la dance c'est aussi l'expression la vie et ceci sans exclusive . Depuis ma jeunesse , bien lointaine ,  le Tiurai et maintenant le Heiva ont toujours été  le reflét de notre société dont  la politique et la religion en font partie . La politique est un acte noble . C'est se mettre au service de la cité , au service de l'autre . Il ne faut pas confondre politiciens et politicards .