CUSTER

Publié le par Taram N.L.

Bonjour à tous,

 

Je m’aperçois que mon bouquin sur « Bélibaste » n’a pas eu tellement de succès (il est vrai que je l'avais mis en marge, sans possibilité de commentaire).

Je vais essayer avec un autre : Histoire plus récente et qui devrait passionner les amateurs de western.

Après avoir visionné le film phare « La charge fantastique » de Raoul Walsh avec Eroll Flynn dans le rôle de Custer, j’ai immédiatement recherché des livres sur Custer avec amazon.fr. Car j’étais resté sur son image négative de massacreurs d’indiens (voir le magnifique film « Little Big Man »).

Je vous propose donc « CUSTER, La vérité sur les guerres indiennes des grandes plaines d’Amérique du Nord »

 

Custer


« Je n'ai pas l'habitude de dire des mensonges à propos d'hommes qui sont morts. Les hommes de "Longs Cheveux" faisaient partie des plus braves que j'aie jamais combattus.» Sitting Bull, après Little Big Horn.


Le 25 juin 1876, une coalition de Sioux et de Cheyennes extermine le 7e régiment de cavalerie de George Armstrong Custer, héros de la guerre de Sécession. Il n'y a pas de survivants. Les blessés sont achevés, tous les cadavres atrocement mutilés. C'est un désastre. La réaction sera brutale. Les régiments américains traqueront sans merci les derniers Indiens rebelles, ceux qui refusent de rester dans les réserves. Les grands chefs - Crazy Horse, Sitting Bull, Gall, Red Cloud – se rendront ou seront tués.

Longtemps considéré comme un héros national, Custer devint insidieusement le symbole du colonialisme honni, une brute raciste, voire un criminel pour ses plus farouches détracteurs. On passa de la charge fantastique au châtiment mérité.

Ce livre, issu d'un long travail de recherches, fait toute la lumière sur les guerres qui ont ensanglanté les plaines dans les années 1860. Il montre, sans parti pris, les terribles confrontations entre les Indiens et les nouveaux arrivants. Respecté par ses adversaires, vénéré par la nation, Custer se battit rudement pour protéger la piste et sécuriser les familles des émigrants. Loin des salons mondains et des cercles politiques, il combattit sans faiblir une guérilla atroce.

Ce livre, qui ouvrira peut-être une polémique, rétablit la mémoire d'un officier hors du commun qui fit courageusement son devoir jusqu'au sacrifice suprême.



Journaliste et écrivain, Eric Joly a publié de nombreux ouvrages sur des sujets divers touchant aussi bien la politique que la nature, l'environnement ou l'économie. Intéressé par les débats de société et l'évolution des idées, il s est passionné pour la pathétique destinée du général George Armstrong Custer, devenu le symbole d'une nation avant de disparaître dans la trappe de l'infamie.

 

 




Georges Armstrong Custer. Le "cavalier bouclé", comme on l'appelait, est devenu un héros national au cours de la guerre de Sécession.

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Penilla y Perella Christian 26/08/2009 10:23

        Bonjour ou bonsoir  les nouveaux venus ..............................par moment on se sentait  bien seuls .        Nous ne devons pas baisser les bras . Internet nous permet d'échanger des idées et de sortir de cet engrenage quotidien qui fini par délaver notre pauvre cerveau par une saturation d'information dont les trois quart sont du recyclage en boucle . L'essentiel s'en trouve étouffé et même souvent noyé  .         Voyez les chaînes d'information , les journaux locaux ou métrolitains , 75% de rabachage , a part quelques rares jourrnaux . Presques tous veulent faire < peuple > ..........Sûr que l'humain a besoin de décompresser ,...... mais ce n'est pas en le rabaissant que l'on apportera une solution à ses problèmes .         Sûr qu'un Coluche , on en a tout au plus un ou deux par génération . Il était < peuple >en réalité et en apparence . Je m'explique : il a été un homme pertinent pour certains et impertinent pour d'autres  , ayant le génie d'être compris par toutes les couches de la société . Il re mettait les pendules à l'heure .        En réalité il n'a pas été le seul , heureusement . Georges Brassens par exemple en faisait aussi partie .                   

Taram 26/08/2009 10:40


Bonsoir Christian,
Excuses-moi d'avoir tardé à "moderer" ton commentaire... Je sors d'une réunion et je suis épuisé.... mais je continue... tant que je pourrais lire ou écouter Brassens, Ferré ou Brel !


Charlie 25/08/2009 22:20

J'adoooore Henri Gougaud... vive les articles culturels... ça fait du bien...

25/08/2009 23:11


Ia ora na Charlie,
Merci de ta visite et de tes encouragements. Je vais essayer de persister dans cette voix...
Mais c'est pas évident ! (serait-ce la 3ème voix, chère à nos ami(e)s ? )


sylvie-anne 24/08/2009 13:23

"Je n'ai point d'heure pour écrire, car mon envie d'écrire décide seule de l'heure"; C'est du Balzac si ma mémoire est bonne , Henri Bayle plus exactement. Je ne veille pas tard, je suis mon inspiration indomptable ! Pour faire court "scripta manent, verba volent".  C'est mon intime conviction."mes nuits sont plus belles que vos jours " (Raphaële Billetdoux). Encore une autre intuition !  nana

24/08/2009 13:41


Voici ce que je viens d'écrire à l'instant à des amis sur un autre forum, en particulier celui qui m'avait transmis le lien de ton blog (ils me signalent une émission sur Tahiti sur M6) :

Merci de l'intérêt que vous portez à nos problèmes...
Mais nous avons tous des problèmes...
Celui de Tahiti, c'est mon combat de tout les jours depuis des années...
Parfois, je suis découragé et épuisé...
J'ai même pas envie de regarder cette emission,
car c'est ce que je vois tout les jours !
Je viens de me relever, pour répondre à une dame qui avait trouvée mon blog intéressant...
Je lui ai dédié un poème.... c'est tellement plus passionnant que la politique politicienne de m....

A +


sylvie-anne 24/08/2009 12:41

Epoustouflée, ébahie, admirative devant toute votre culture ethonologique universelle. C'est magnifique, merveilleux, grandiose.! Mauruuru - Ne changez rien ! Quel régal ! Merci de vous interesser à mon modeste blog en Polynésie. Nana - Sylvie-Anne

Taram 24/08/2009 13:01


Bonjour Sylvie-Anne,
Tu veilles tard....
Merci pour ton commentaire, mais ce que je sais est infime et "Le savoir de l'humanité entière n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan de l'inconnu". Compte-tenu de mon âge avancé, je me fais un
devoir de transmettre tout ce que j'ai pû accumuler durant ma vie.
N'arrivant pas à dormir, je me suis relevé pour supprimer mon poème improvisé (et nul) et le remplacer par un texte que j'ai promis à mon ami Christian.
A bientôt... peut-être pour une écoute de blues ou de jazz.


Penilla y Perella Christian 24/08/2009 10:51

A Tahiti en politique on a souvent .......pas encore de < renard et de lapin > .....encore que des renards s'il n'y en a pas dans la nature il y en a pas mal en politique à Tahiti . .....pas vrai?   Je te taquine .

Penilla y Perella Christian 24/08/2009 10:18

Cela donné combien de petits ! ! ! ! Je te taquine !

24/08/2009 10:24



Conclusion : quand on a pas de muscle, il faut connaître Pagnol par coeur....
Je vais publier dans la colonne littéraire, ma dernière fable, écrite cet après-midi "Le renard et le lapin"



Penilla y Perella Christian 24/08/2009 09:21

      Je dois préciser que c'est surtout Marcel Pagnol qui à l'époque m'avait fait découvrir la Provence et mavait incité à aller plus loin dans la découverte de cette région .

Taram 24/08/2009 09:27


Pagnol, mon phare, ma référence...
Quand j'ai fait connaissance en 1965 de celle qui est toujours à mes côtés, je l'ai baratinée en lui récitant des passages complets de la "Trilogie marseillaise"... et encore aujourd'hui !


Penilla y Perella Christian 24/08/2009 09:07

       C'est la particularité d'un pays comme la Polynésie . Nous nous enrichissons de tout ce qui vient d'allieurs , nous absorbons tout comme des buvards .......le bon et malheureusement souvent aussi le mauvais . Toi l'occitan déteint involontairement malgrés toi  ou volontairement dans ton pays d'acceuil . Ce sont tous ces petits plus qui devaient enrichir le pays .         Depuis un peu plus de vingt ans c'est plus tot le mauvais qui semble avoir déteint sur notre fenua .

Penilla y Perella Christian 24/08/2009 08:57

     Il faut reconnaître que la richesse de ce Sud de la France est bien plus immence que ce que l'on peut trouver en Polynésie . Ici nous sommes une goutte ......dans l'océan .     Cette histoire débute à l'époque des phéniciens il ne faut pas l'oublier .    Toutes ces civilisations  du pourtour méditérranéen se sont  mutuellement enrichies alors que le centre et le nord n'était à l'époque peuplés que de tribus . ( aux yeux bleux et à la barbe fleurie ......pourquoi fleurie ? ? .......nos livres d'histoire de France de ma jeunesse .....et qui en plus à Tahiti prétendaient être nos ancètres ! ! ! )   

Taram 24/08/2009 09:14


Quand j'étais bidasse à Moruroa en 1963, mon meilleur ami était un ch'ti (nord de la France). Je lui disais "la Méditérannée est le berceau de la civilisation" et il me répondait "oui, mais vous
êtes toujours restés au berceau !"
Enfin, heureusement aucun rapport avec l'article et Custer....


Penilla y Perella Christian 24/08/2009 07:05

Bélibaste , le dernier des occitans brulé à Villerouge- Termenes ( ai je bien orthographié ? ) Il ne me reste que trés peu de souvenirs , c'est si lointain dans mes lectures .    La langue d'oîl ayant surplanté la langue d'oc  , c'est un pan complet et énorme d'une histoire de France qui a balayé ce monde foisonnant du sud de la France . Encore la politique .    Quelle belle litérature , que de beaux poêmes sont restés inconnus des élèves de France , de Navarre et de l'espace francophone .     Ce Sud sentant d'ail , la lavande ainsi que ces  cigales et ces conteurs ( je l'avoue je ne l'ai vécu que par la littérature , des films et des amis provençaux )( Marcel Pagnol .......entre autre ) . Ainsi va la vie et l'histoire de chacun de nous , cette histoire qui nous façonne ..

24/08/2009 07:17


Bonjorn Cristian,
Eh oui, malgrès mes, bientôt 50 ans de rennaissance dans mon nouveau pays... l'occitanie me colle à la peau...