AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE QU’ILS DISAIENT !!

Publié le par Taram N.L.

Rappel d'un article paru le 02 septembre 2009 sur ce blog, mais toujours d'actualité.

Je vous conseille aussi de lire l'article "Sans importations agro alimentaires, nous serions morts !" sur l'excellent site TAHITI PUNU NEWS  (cliquez sur le lien en bas de page)

 

----------O----------

 

« Autosuffisance alimentaire », voilà un terme qui revient souvent dans la bouche de nos dirigeants depuis quelques temps. Mais par contre, ils ne donnent aucune explication.

Alors, j’ai recherché :

 

D’abord le Petit Larousse Illustré :

autosuffisance = dont les ressources suffisent  à assumer les besoins essentiels et alimentaire = propre à servir d’aliments.

 

Donc nous devons produire de quoi nous alimenter. Comme l’écrivait, un internaute : chacun doit manger ce qu’il cultive ou qu’il pêche…. Comme l’homme de Cro-magnon ! Quoique même lui ne  se gênait pas pour  piquer le stock de son voisin.

Je dois me tromper, cela serait trop absurde !!! A moins que ces dirigeants envisagent de nous appliquer un régime autarcique. Historiquement, aucun état n'est parvenu à établir un système parfaitement autarcique, à l'exception du Japon au XVIIème siècle

Vous allez me dire, mais après tout pourquoi ne produirions nous pas tout ce que nous consommons du point vue alimentaire ? OK, voyons la liste de nos importations pour l’alimentation en 2007 selon l’ISPF :

 

Poids (en Tonnes) , Valeur CAF (en millions de F.CFP)

Poids

Valeur

02 Viandes et abats comestibles

25 518,10

7 591,10

03 Poissons et crustacés, mollusques et autres invertébrés...

1 342,70

1 084,50

04 Lait et produits de laiterie; œufs d'oiseaux; ...

11 929,20

3 616,30

05 Autres produits d'origine animale

1 105,10

86,4

06 Plantes vivantes et produits de la floriculture

45,6

56,2

07 Légumes, plantes, racines et tubercules alimentaires

8 437,40

1 149,10

08 Fruits comestibles, écorces d'agrumes ou de melons

4 064,20

963,2

09 Café, thé, maté et épices

410,1

298,8

10 Céréales

16 485,20

903,5

11 Produits de la minoterie; malt; amidons et fécules….

19 574,50

945,4

12 Graines et fruits oléagineux; graines, semences ...

229,3

74,8

13 Gommes, résines et autres sucs et extraits végétaux

9,6

17,9

14 Matières à tresser et autres produits d'origine végétale

245,7

30,4

15 Graisses et huiles animales ou végétales; produits ...

3 956,10

768,8

16 Préparations de viandes, de poissons, de crustacés…

3 826,40

1 614,40

17 Sucres et sucreries

8 187,90

744,9

18 Cacao et ses préparations

1 153,40

721,1

19 Préparations à base de céréales, de farines, de ...

10 154,50

3 692,40

20 Préparation de légumes, de fruits ou d'autres p ...

12 711,60

2 104,50

21 Préparations alimentaires diverses

7 555,30

2 804,00

22 Boissons, liquides alcooliques et vinaigres

20 397,10

2 839,40

23 Résidus et déchets des industries alimentaires; ...

14 550,80

1 101,90

24 Tabacs et succédanés de tabac fabriqués

288

487,4

TOTAL

172 177,80

33 696,40

Nous sommes très loin du compte… à une éternité !


Voyons wikipedia : « autosuffisance alimentaire » est redirigé sur « sécurité alimentaire ». Cela me  parait plus plausible. Définition de ce nouveau terme selon les Nations-Unies (FAO) :

La capacité d’assurer que le système alimentaire fournit à toute la population un approvisionnement alimentaire nutritionnellement adéquat sur le long terme (STAATZ, 1990).

Peu de rapport avec l’autosuffisance, là, il est question d’échange et de commerce en plus de notre propre production.

La sécurité alimentaire comporte quatre dimensions :

  1. - disponibilité (production intérieure, capacité d'importation, de stockage et aide alimentaire)
  2. - accès (dépend du pouvoir d'achat et de l'infrastructure disponible)
  3. - stabilité (des infrastructures mais aussi stabilité climatique et politique)
  4. - salubrité, qualité (hygiène, principalement accès à l'eau)
  5. 

Je note qu’en plus de la production intérieure, il nous faut une capacité d’importation et un pouvoir d’achat.

 

Continuons notre recherche sur des sites réputés plus sérieux et plutôt que de belles phrases vident de sens, parlons d’Agriculture durable :

http://www.cedapa.com/pratiquer.htm

http://www.agriculture-durable.org/

et même http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_durable

 

Une agriculture durable, oui, mais équitable.

L’objectif fixé par notre ministre de l’agriculture, à savoir l’autosuffisance alimentaire (ou sécurité alimentaire), est, bien entendu, à soutenir. Mais, nous devons aller encore plus loin : vers une agriculture équitable qui, du producteur au consommateur, vise à assurer une juste rémunération du travail des producteurs c’est-à-dire des plus marginalisés dans ce pays.

A ce titre, le Pays doit créer des opportunités pour les producteurs qui sont économiquement les plus désavantagés et promouvoir un commerce social où des prix justes seront fournis aux producteurs car fixés après dialogue et concertation.

Rappel de la définition du « Commerce équitable » :

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés….. » 

Pour ce qui concerne notre agriculture et nos agriculteurs, avant d’en arriver au commerce international, la priorité sera le paiement d'un prix juste. Un prix juste dans un contexte local ou régional est accepté après dialogue et concertation. Cela couvre non seulement les coûts de production mais permet également une production qui est socialement juste et bien pour l'environnement. Cela fournit un prix juste aux producteurs et prend en compte le principe d'un salaire égal pour un travail égal par les hommes et par les femmes.

Cela concerne aussi l’élevage, la pêche, l’artisanat et toutes les activités de production.

 

Publié dans Economie PF

Commenter cet article

miri 13/10/2013 10:12


C'est bien joli vos chiffres mais je vous signale qu'un uru coute 500 francs vendu au bord de la route. ensuite il faut le faire cuire au four, au feu de bois, bouilli selon si il est +ou- pê.
alors qu'une baguette de pain coute 55 francs et un kilo de riz 120 francs

N.L. Taram 13/10/2013 10:27



Ia ora na Miri et merci de nous rappeler certaines vérités.


Quelques précisions : uru, fruit de l'arbre à pain ; pê, mûr, mou ; avec un kilo de riz on fait 10 bols pour le repas...


Et aussi : 500 fr.cfp = 4,2€ ; 55 fr.cfp = 0,46€ ; 120 fr.cfp = 1€ 


 



SAINT ETIENNE Claude 13/10/2013 01:21


Pas d'accord, un pays ou une île doit d'abord chercher à s'auto suffire et ne prendre le complément ailleurs qu'après, ça c'est de la gestion.argumenté que les autres font mieux et de meilleure
qualité pour moins cher, c'est encore à voir compte tenu du transport et de la qualité, c'est accepté de sortir des devises alors que donner une prime et une formation aux cultivateurs pour
baisser les coûts est peut être plus intelligent et moins honéreux? Et que l'on réserve les devises pour acheter le nécéssaire qui ne peut être fabriquer sur place.


Les produits pas chers en provenances de pays on les connait quue ce soit la viande, aux canapés en passant parles chaussure ou les produits alimentaires traités à outrance aux substances
chimiques, des agrumes élevés en couveuses sans voir la lumière, des bananes vendues au rayon bricolage pour servir de manche aux marteaux...


Je dérape un peu mais je ne suis pas moin de la réalité, ces pommes insipides, ces fruits durs sans goût qui pourrissent dans la corbeille alors que vous avez ce qu'il faut dans votre jardin ou
des terrains pour en faire la culture et faire vivre l'économie locale. Hawaï c'est un état Américain ou l'on parle dollar et ou on en a dans la poche et à la banque, pas à Tahiti.


 

N.L. Taram 13/10/2013 03:44



Bonjour Claude,


Bien sur, nous sommes tous d'accord qu'il nous faut améliorer notre production et surtout arriver à un prix et une qualité compétitive par rapport au même produit importé. Le problème c'est que
notre production (agricole en particulier) est limitée à certains produits pour des raisons géographiques, climatiques et pédologiques. En 2011, nous avons importé 25 milliards cfp de produits
agro-alimentaires alors que notre production s'élevait à 7 milliards. Par contre le tourisme a rapporté, dans ces meilleures années, environ 50 milliards cfp en devises. Il faut savoir aussi que
la Polynésie a totalement changé depuis 50 ans : elle est passée de l'ère de l'autoconsommation à la surconsommation diversifiée et, surtout, que maintenant 75% de la population vit aux IDV
(Tahiti/Moorea, recensement 2012).


Enfin, encore quelques chiffres : en 2011, nos importations totales s'élèvent à 154 milliards cfp et nos exportations à 11,33 milliards (7,5 produit perlier, 0,85 poisson, 0,78 noni, 0,74 huile
de coprah, 0,29 nacre, 2,22 vanille 0,26 monoï et 0,064... bière). On constate quand même une baisse sensible de nos importations alimentaires par rapport à 2007. Il nous faut donc continuer dans
cette voie... mais l'autosuffisance c'est de l'utopie !



Penilla y Perella Christian 02/09/2009 23:18

ISPF .      On y trouve aussi la production locale .     Ce que l'on ne connait pas c'est l'auto consommation qui pour l'ensemble de la population est dérisoire . Elle est plus importante dans certaines îles .       Il y a trois décenies je me trouvais aux Tuamotu , le maire implorait Papeete d'envoyer un bateau , la population allait mourir de faim ; Plus de poulets conjelés , plus de punu puatoro mais à ma surprise seuls moi , mon ouvrier et une famille pomutu allaient  à la pêche . Le bateau est arrivé , c'était la ruée pour le punu puatoro et le poulet congelé . On allait mourir de faim au milieu des poisson et ils n'étaient pas empoisonnés . Les cocoterées ce n'est pas sur les mutu mais c'est dans la main .       Comment des pomutu que mon grand pére maternel admirait le courrage et la force au travail pouvait cent ans aprés en arriver là à notre époque .

Penilla y Perella Christian 02/09/2009 22:50

       Ce qui est révoltant c'est que même les voyoux se sont lancé dans le commerce équitable de la même façon qu'ils se sont lancé dans le bio .        Commerce soit disant équitable de certainnes grandes surfaces ( café , chocolat ..etc )        Commerce bio ?  toujours ces grandes surfaces ,( produits venant d'Egipte par exemple qui en plus n'est pas équitable pour les ouvriers agicoles égiptiens payés au lance pierre  ), produits aux contrôles incertains .         Toujours ce fric qui vient tout faisander ! ! !

Penilla y Perella Christian 02/09/2009 22:27

Petit détail ,      Nous sommes condamnés à exporter pour avour un échange de matières premières comme le minerai  fer et la houille si nous désirons tout produire de l'acier pour fabriquer  pelles , pioches jusqu'au tracteurs .      Vive le cours du taro à la hausse ! ! !       Parole d'un indépendantiste réaliste . Ce n'est pas opposé .

Taram 02/09/2009 22:46


Ia ora na Christian,
Ton message tombe bien, mon prochain sujet titrera "Inflation ou dévaluation...
Parole d'un VRAI autonomiste.....


sylvie-anne 02/09/2009 10:05

A défaut d'agriculture tahitienne de pointe, j'admire ta culture et ta méticulosité dans tes recherches et tes liens très pertinents. Travail de pro ! Bravo. Nana - Sylvie-Anne

Taram 02/09/2009 10:19


Ce que je sais est infime et... "Tout le savoir de l'humanité n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan de l'inconnu"