Anarchisme, cultures, nations...

Publié le par N.L. Taram

Le blog des groupes libertaires René Lochu (Vannes) et Francisco Ferrer (Lorient)

http://anars56.over-blog.org/10-categorie-11023296.html

 

Anarchiste-1L’anarchisme se fonde sur deux revendications majeures : la liberté des individu(e)s et l'égalité économique et sociale. Le fonctionnement anarchiste d'une société repose donc sur la libre association des individu(e)s qui la composent, l'efficacité étant garantie par la pratique fédéraliste.

 

C'est à la lumière de ces principes fondateurs de l'anarchisme que nous pouvons aborder clairement les questions culturelles ou identitaires.

 

D'une part, la libre association contient le droit sans équivoque de chacune et chacun à se reconnaître, partiellement ou complètement, dans des affinités ou des pratiques collectives, qu'elles soient culturelles, politiques, intellectuelles ou autres. Ces affinités et pratiques peuvent s’exercer sur les bases géographiques qu’elles se choisissent.

 

Cette liberté inclut, comme toutes les libertés, les conditions de son exercice effectif ; cela comprend donc le droit à l'usage des langues quelles qu'elles soient et la possibilité effective d'apprendre ces langues, notamment au sein de l'école publique.

John Lennon 

Le même principe de liberté individuelle contient aussi le droit de chacun(e) à forger sa propre identité, sans être contraint(e) par une pseudo-identité collective, qu'elle se pare des oripeaux de la culture ou de la nation.

 

 Il est important de développer une ou des langues communes qui ne soient pas une ou des langues de domination qui privilégient un groupe particulier. Cette ou ces langues qui pourraient être l’espéranto (reo maohi) ou un langage des signes doivent permettre la compréhension et la solidarité entre tous les groupes humains.

 

D’autre part, au nom de nos principes anarchistes, nous ne pouvons que condamner la politique française de répression des cultures et des langues dites minoritaires, menée pendant des décennies.

 

De même, il est nécessaire de résister à l'instrumentalisation de la culture, de la langue et du sentiment identitaire par les bourgeoisies locales (comme l'Institut de Locarn) et les organisations politiques qui s'en servent pour raviver un consensus interclassiste et finalement maintenir l'oppression de classe.

 

Il faut distinguer les résistances à des oppressions subies par des populations et les tentatives par les mouvements nationalistes de canaliser ces résistances dans une finalité de prise de pouvoir et de construction d’un Etat.

 

Collectif libertaireDe plus, les libertaires sont conscient(e)s que les phénomènes collectifs, les cultures, peuvent être vecteurs d'idées réactionnaires : s'il nous arrive de nous inscrire individuellement, ou collectivement, dans des courants culturels, nous en dénonçons donc les éventuels aspects autoritaires et tâchons d'y promouvoir nos idées, et d'y faire avancer nos luttes pour une société solidaire.

 

Enfin, nous ne confondons pas culture, nation et Etat. Les anarchistes sont internationalistes ou anationalistes, refusent qu’on leur affuble une nationalité et luttent contre l’Etat. Vouloir, sous prétexte culturel, religieux, ethnique..., créer un territoire autour d’un Etat national ou régional revient nécessairement au niveau politique et économique à reproduire la société de classes et d’oppression, et au niveau culturel à reproduire à moindre échelle le mode de domination que nous dénonçons pour tout Etat, à commencer par l’Etat français.

 

Nous, anarchistes, défendons  le fédéralisme libertaire qui permettra, en même temps que résister à la mondialisation capitaliste, le développement d'une société égalitaire et émancipée et le libre épanouissement des individus. C'est dans cette perspective que nos différences, notamment culturelles, permettront l'enrichissement mutuel de chacune et chacun d'entre nous.

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wakrap 08/01/2011 22:46



Sur Arue, je suis passé de 35000 à 50000F cette année.


Pour répondre à ta question, n'oublie pas que la forme de démocratie que nous connaissons est de type représentative et qu'elle est le pouvoir de la majorité et non celle des individus sur eux
même.


Benjamin Franklin :


La démocratie ce sont deux loups et un agneau qui votent pour savoir quel sera le menu.


La liberté , c'est un agneau bien armé qui conteste le résultat du vote.


 


Pour ma part , je ne suis pas du tout démocrate ou alors à la Suisse, avec la possibilité pour les citoyens d'annuler toute loi votée par la représentation, ou aussi de leur en imposer.



wakrap 08/01/2011 20:06



Sur ce fil, que je te recommande chaudement en prenant le temps, tu auras pas mal d'arguments sur l'opposition entre liberté et combat contre la propriété.http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=32755&hl=


Il existe vraiment deux mondes médiatiques anarchistes, le monde libertaire et le monde anarcho-capitaliste.


 



N.L. Taram 08/01/2011 20:27



Il y a quelque chose que je ne comprends pas. Je suis démocrate, nous vivons en démocratie, système qui n’est pas parfait mais qui est accepté
et apprécié par la grande majorité d’entre nous.


Et pourtant, nous sommes toujours en train de rouspéter et de nous plaindre : par exemple, NOUS  avons choisi d’augmenter les impôts, les taxes, les cotisations sociales en 2011 et cela démocratiquement. Pourtant tout le monde monte au créneau et menace de
faire la révolution !


Alors ?


Note : J’ai reçu, 3 jours avant Noël, ma facture pour le ramassage d’ordure et la fourniture d’eau en 2010. Elle avait augmenté de 83%, pourtant les ordures ne sont pas triées et sont toujours
balancées dans la Papenoo, quand à l’eau elle est la même depuis plus de 20 ans où j’habite à Papenoo. Mais je suis satisfait (hum !), c’est NOUS  qui avons élu ce conseil municipal….



N.L. Taram 08/01/2011 19:31



Bonjour Claude, Christian, Wakrap,


Si je vous ai bien compris, notre système actuel est le moins mauvais (j'ai failli écrire le meilleur), le problème c'est les "AUTRES"....



wakrap 08/01/2011 17:34



Bonjour,


 


le monde libertaire tel que décrit ci dessus est tout le contraire de "doux" comme voudrait le croire Christian.


On ne peut associer liberté et égalité économique, sauf à user de contrainte comme l'impôt ou la force brute qui serait la seule disponible dans un monde sans Etat(bien que les Etats en
raffolent).


 


Tous les systèmes qui ont été pensés, ont cherché à maîtriser l'Envie d'une manière ou d'une autre, que ce soit par la religion, par la morale, par la force ou par la démocratie. Chez les
libertaires, j'ai l'impression que c'est par la force brute avec ses attaques constantes contre la bourgeoisie et la propriété.



Christian Penilla y Perella 08/01/2011 11:38



Taram


 


Nous ne progressons que en nous posons des questions. Si nos amis les animaux se posaient plus de questions ils se seraient depuis long temps révoltés et combatus les hommes.


..........................................................................................................................................


Je suis tombé dans l'oeuvre de Rousseau je n'avais que 16 ou 17 ans , c'est une oeuvre magnifique et gigantesque. Il m'avait vite conquis.


Malheureusement j'ai vite déchanté , la vie s'en est chargée.


Cela a été d'autant plus facile que je vivais au paradis terrestre. Du moins tous les écris sur la Polynésie étaient à ma disposition pour le prouver. Ayant des racines du "bon sauvage"
j'étais perplexe devant ce "doux réveur" "occidental "que mes lectures faisait découvrir.


 


Quand aux anarchistes c'est comme un virus par rapport à un anti virus, l'anti virus étant l'esprit de JJ Rousseau.



SAINT ETIENNE Claude 08/01/2011 11:35



L'idée est excellente, les déclarations sympathiques les intentions séduisantes.... Sauf que cette profession de foi n'est pas celle d'une religion
(quoique). Il s'agit d'un masque totalitariste qui une fois baissé et passé n'est que cendres, et pas celles de l'ennemi avec lequel on pactise en dernière minute, mais bien celles des pauvres
types qui ont cru à ces fadaises. Et pourtant on se dit tous "anar"....


Faire table rase, repartir à zéro, sauf par la contrainte des événements, personne ne le fait et n'a l'intention de le faire. L'être humain est trop
occupé à protéger ses acquits, il vise toujours plus haut sans envisager sérieusement un retour en arrière, de plus incertain.


Je me méfie des mots employés par cette secte, fédéraliste, interclassiste, internationaliste et même
inventés, comme "anationaliste". Trop de lectures historiques me font dire "non, ce n'est pas pour moi".


Attention à tes lectures Taram!



Christian Penilla y Perella 08/01/2011 11:08



Je ne pense pas que l'anarchisme puisse fonctionner ce n'est pas mieux qu'un monde à la Jean-jacques Rousseau. Ce sont tous des doux réveurs dangereux.


L'homme , ce mamifère qui se dit suppérieur n'est pas naturellement discipliné et bon, il a besoin de règles et de "gendarmes" pour les respecter.


Ces mondes parfaits ne pourraient exister que si l'homme était.............parfait.


Ce n'est tristement pas le cas.


 


Pourtant , heureusement que ces doux réveurs existent , ils sont les barrières des dérives de l'homme.



N.L. Taram 08/01/2011 11:15



Bonjour Christian,


Je suis avant tout "démocrate", mais parfois je me pose des questions, je doute...


Ne faut-il pas se remettre en cause de temps en temps ?


Ces temps derniers, je doute beaucoup (mon curé préféré va encore dire que tout n'est pas perdu pour moi  )