AUJOURD’HUI PEUT-ÊTRE…

Publié le par N.L. Taram

http://tahitipresse.pf/

 

Commission des finances: étude du budget du Pays reportée à la semaine prochaine

Tahiti Presse - Publié le 11 janvier 2011 à 11:33   

...........

Gaston Tong Sang veut ''avoir la garantie que le budget sera voté''

Tahiti Presse - Publié le 19 janvier 2011 à 14:22  

La commission des Finances a finalement été reportée à demain jeudi.

..........

Nouveau report pour l'étude du budget 2011 du Pays par la commission des Finances

Tahiti Presse - Publié le 20 janvier 2011 à 16:56  

..........

 


 

 

UPLD GTS

 

Les retards de GTS

 

L’encore Président Tong Sang doit arrêter d’invoquer le « vote tardif du budget » pour tenter d’expliquer les dysfonctionnements et l’échec de sa « politique ».

Il est en effet la principale cause de l’examen tardif dudit budget :

 

1. Les lois fiscales ne sont parvenues complètement à la représentation qu’au 22 décembre 2010. Le délai statutaire de 12 jours avant l’examen en commission reportait donc déjà, du fait de Tong Sang, au début de cette année.

2. Lors de la réunion de la commission des finances la semaine dernière, c’est encore Tong Sang qui a demandé le report à ce matin, pour « donner plus d’explications » aux représentants.

3. Et voilà que ce matin, il demande à nouveau 24h de report, au motif de pouvoir « offrir une lecture plus structurée » des éléments budgétaires …

 

Devant toutes ces défausses, on est en droit de s’interroger : S’agit-il vraiment pour l’encore Président Tong Sang de travailler sur le budget ? N’a-t-il pas en fait besoin de plus de temps pour finaliser ses négociations de marchand de tapis avec des « alliés » aussi fébriles que gourmands ?

 

L’UPLD ne cautionne pas la mauvaise foi de GTS qui n’a de cesse que de rejeter les retards sur la représentation qui passe son temps à l’attendre.

En tout état de cause, si ce budget est examiné en retard, l’encore Président voit le fautif tous les matins en se rasant, dans son miroir …

 

Et s’il n’arrive pas, in fine, à s’assurer une mijorité de bric et de broc pour le voter, il devrait, par respect pour lui-même et pour le Peuple, démissionner, enfin.

 

Groupe UPLD

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

able 22/01/2011 04:58



" ... L'être humain est ainsi fait qu'il se veut surtout autonome . La personne cherche l'autre qui la complètera , mais si l'autre lui apparait comme une menace à son autonomie , elle se
détounera .C'est pourquoi les forts sont condamnés aux faibles ..."  François HERTEL  romancier canadien .


 



Christian Penilla y Perella 21/01/2011 23:14



Taram


Tu dis:


Une révolution ou la reprise en main par Nicolas Sarkosy ? Abolir notre statut ?


C'est révolution pour révolution. Le résultat sera ravageur surtout pour la deuxième solution.


Là ce sera la révolte qui éclatera à plus ou moyen terme au niveau de la trés grande majorité des polynésiens.


Résultat garanti. Autonomistes et indépendantistes polynésiens réunis pour une bonne fois.



N.L. Taram 22/01/2011 00:25



Bonjour Christian,


J'ai posé une question, mais je suis preneur de toute autres propositions... s'il y en a !


Je crois que tu as trouvé un début de solution "Résultat garanti. Autonomistes et indépendantistes polynésiens réunis pour une bonne fois."



leon tautu 21/01/2011 23:05



Mieux vaut en rire que de pleurer! merci pour cette chanson de Fernandel au moins il nous a fait rire celui-la!


Quand à nos pignoufs de l'AP, ils feraient mieux de se remettre en cause, ils sont vraiment déplorables! Bof.......



Maiarii 21/01/2011 22:24



Taram,


Je ne pense pas que seul GTS doit démissionner, mais tous les pignoufs qui lui font des marchandages éhontés et réclament des postes
(responsabilités ils disent) et en ont rien à fiche du budget 2011 !


Ils ne feront pas mieux, car la PF est au bord du gouffre et les charognards se battent becs et ongles devant le cadavre pour en tirer
le meilleur en se fichant pas mal du peuple.


Je peux comprendre que ce lamentable scénario a lassé les polynésiens qui restent indolents et impassibles devant une telle
curie.


Que va faire l'Etat devant une telle situation peu glorifiante ?


Fermer les yeux comme d’habitude, pour éviter les vagues !


Politique du laisser faire qui risque de durer encore et encore. Et dont nos faignasses d'élus surpayés ont bien compris la
tranquillité de la situation. L'après CEP est pire que le CEP lui même. Ceux qui n'ont pas encore touché, réclament leur part.


Tous coupables ! à mon avis. Les intérêts de 200 familles (environ) nantis, passe avant le devenir de 260.000 Habitants. Peu leur
chaud que ceux des îles n'auront plus aucun accès aux soins de santé élémentaires.


Dictature de la nomenklatura Polynésienne parvenue. .


 



N.L. Taram 21/01/2011 22:28



Ia ora na Maiarii,


Il faut savoir la différence importante qu’il y a entre une motion de défiance et la démission du président.


- Dans une motion de défiance, le futur président doit être clairement précisé dans le texte de la motion. Si celle-ci est votée par
une majorité absolue (un seul tour et au moins 29 voix) : le président rentre immédiatement en fonction, l’ex président et son gouvernement sont démissionnés d’office et ceux qui étaient
représentants retrouvent immédiatement leur siège.


- Dans une démission du président, le gouvernement est déclaré entièrement démissionnaire. L’assemblée doit revoter pour
élire un nouveau président (3 tours). N’importe quel représentant peut être candidat. Lors des deux premiers tours, un candidat doit avoir la majorité absolue pour être élu. Pour le troisième
tour, seul les deux candidats en tête restent en ligne. Donc lors de ce troisième tour, un candidat minoritaire peut être élu (et il va faire quoi après, s’il est minoritaire ?). Selon
l’article 78, le président sortant ainsi que ses ministres, ex-représentants, ne retrouvent leur siège qu’après 3 mois (voilà qui est intéressant pour éloigner de l’assemblée GTS et ses
supports). MAIS !!! le statut débile de 2004/2007 ajoute dans l’article 78 sauf « dans les cas prévus aux articles 80… » et l’article 80 dit « La démission du gouvernement de la Polynésie française est
présentée par son président » ???


Un
vrai foutoir, ce statut !


J’ai
proposé la démission des 57 représentants, histoire de mettre le gouvernement central devant ses responsabilités. Mais là encore ce statut ne prévoit pas de minimum de représentants pour une
dissolution d’office, donc si un seul représentant refuse… il gouvernera tout seul !!!! En janvier/février 2005, c’est seulement 20 représentants (ISLV, TO, TG, MARQ, AUSTR) qui ont eu tout
pouvoir à la suite de l’annulation des élections aux IDV.


Alors quelle
solution ? Une révolution ou la reprise en main par Nicolas ?



Christian Penilla y Perella 21/01/2011 20:15



Taram


 


La branche on l'a déja pris sur la gueule et la frénésie ce n'est pas pour demain. (Ecoutez Fernand d'elle ! )



Christian Penilla y Perella 21/01/2011 20:04



Taram


 


Au moins Fernandel était marrant et ne coûtait pas un sous.



Sylvie-Anne 21/01/2011 11:25



Merci pour Fernandel. Peut-être pourrais tu rajouter les textes ridicules de La danse du canard ? Air archi connu. Avec ou sans budget 2011, la CPS a déjà  passé le ticket modérateur de
20 à 30% . Cela c'est acquis et personne n'en parle ! même pas les médias ! C'est le prix du thon qui m'interpelle .



N.L. Taram 21/01/2011 19:52



Bonjour Sylvie-Anne,


Hier soir mon épouse m'a demandé de faire quelque chose, j'ai répondu "aujourd'hui peut-être ou encore demain..." avé l'assent de Fernandel, té !


C'est comme cela que j'ai pensé à notre gouvernement.