CLIENTELISME POLITIQUE

Publié le par N.L. Taram

Le clientélisme politique est-il un délit pénal ?

Quelques affaires…

 

justice1Andrieux, la spirale du clientélisme

http://front.liberation.fr/politiques/0101646231-andrieux-la-spirale-du-clientelisme

 

«Qu’on dise que subventionner des associations sur son secteur et pas sur d’autres, c’est peut-être critiquable, OK. Mais c’est de la politique », affirme Me Bernardi, par  ailleurs élu PS.

 

L’affaire Penchard ou la légitimité du clientélisme

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-affaire-penchard-ou-la-70163

 

… Rappelons d’abord les propos tenus par la ministre de l’Outre-mer :

"Je n’ai envie de servir qu’une population, c’est la population guadeloupéenne. (...)

 

Nicolas Sarkozy en flagrant délit de démagogie et de clientélisme

http://mapresidentielle.free.fr/index.php/2007/03/01/11-nicolas-sarkozy-en-flagrant-delit-de-demagogie-et-de-clientelisme

 

Ce matin, très bonne chronique de Léon Mercadet sur l'affaire du vin et de Nicolas Sarkozy. Il a dit qu'il n'était pas normal de parler de drogue concernant le vin. Sauf que le vin est une drogue.

......????

 

Procès des contrats dits fictifs : Ils ont été ''validés par les hauts-commissaires'' se défend Gaston Flosse

Tahiti Presse - Publié le 27 avril 2011 à 19:08 

http://tahitipresse.pf/2011/04/proces-des-contrats-dits-fictifs-ils-ont-ete-valides-par-les-hauts-commissaires-se-defend-gaston-flosse/

 

Procès des emplois fictifs : Gaston Flosse à la barre

Tahiti-Fenua - 21 Avril 2011

http://www.tahiti-infos.com/Proces-des-emplois-fictifs-Gaston-Flosse-a-la-barre_a22445.html

 

« Ces agents étaient à la disponibilité de la population » explique le sénateur, pour justifier l'existence de ce service,

 « Pourtant, pour Me Quinquis, il n'y a pas la moindre trace de propagandisme ou de clientélisme dans ce dossier. »

 

LA DEFINITION

 

Du clientélisme politique par Pierre Tafani

 

http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2005-1-page-259.htm

 

 Clientélisme et société française, fonctions générales, définition, remise en cause…

 

----------o----------

 

Alors, le clientélisme politique est-il un délit ?

 

A priori, non… Je n’ai rien trouvé dans les textes de lois qui condamnent cette relation entre un élu et l’électorat. Ce terme de « clientélisme » est proche des termes « démagogie, populisme, népotisme, électoralisme ». On ne peut pas condamner un élu qui privilégie et défend les intérêts de son électorat, sa ville, sa région,… Il est quand même élu dans ce but ! .

L’avocat de l’un des prévenus a déclaré : « C'est comme si on reprochait à Lionel Jospin les 35H parce qu'il a réussi à s'attirer les bonnes grâces de l'électorat. C'est un peu la même chose! »

 

L'assemblée.jpg

Je comprends pourquoi les représentants qui nous gouvernent, en font le moins possible pour aider la population, on pourrait leur reprocher le « délit de clientélisme ».

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

N.L. Taram 05/05/2011 22:56



Ia ora na outou,


Quelques définitions d’après
« La Toupie - Toupictionnaire »


http://www.toupie.org/Dictionnaire/Clientelisme.htm


D’après le Petit Larousse Illustré,
je pourrais résumer ainsi :


Démagogie : Attitude
consistant à flatter les aspirations à la facilité pour accroître sa popularité. Disons « langue de bois ».


Populisme : Attitude
politique consistant à se réclamer du peuple, de sa défense. Disons « flatter les bas instincts ».


Electoralisme :
Attitude d’un parti ou d’un gouvernement qui oriente son programme en fonction de considérations électorales.  Mais n’est-ce pas le but des
élections ?


Népotisme : Abus
d’une personne détenant un pouvoir en faveur de sa famille ou de ses proches. C’est un délit appelé « prise illégale
d’intérêts ».


Clientélisme :
Attitude d’un parti ou d’un homme politique cherchant à augmenter son électorat. Cela pourrait être une activité normale de toute entreprise, qu’elle soit privée, publique  ou politique, à la condition d’être autofinancée par l’entreprise elle-même. Si le financement de cette activité par un parti ou un homme politique, détenant le
pouvoir, provient de fonds publics, c’est un délit appelé « détournement de fonds ».



petites gens 05/05/2011 10:45



Ia orana


oe e christian tane


ote moi d'un doute, la notion de bien public c'est une truc occidental non? Est ce que ça existait dans le temps? Ce que j'en sais, c'est qu'il fut un temps ou on faisait le rahui et c'était
redistribué, tt le monde avait sa part. Ceci expliquant celà...peut être.


Quand à l'Etat, c'est un instrument neutre piloté par des humains qui ne le sont pas. Ben si Etat voyou ça existe avec tout ce que celà comporte en prévarication et nous le subissons en ce moment
même.


mauruuru


te arha ia rahi


petites gens


parahi ana'e


 



Christian Penilla y Perella 04/05/2011 20:13



Tout cela n'est que détournement de fonds publics à des fins personnelles.


Que cela ait profité à des tierces personnes ne change rien par le fait que celui qui est responsable de ce détournement en tire le bénéfice de la reconnaîssance quand ce n'est pas
plus.


C'est de l'argent public , taxes et impôts qui ont été détournés, il ne faut pas l'oublier.


Quand à une" tradition polynésienne "cela veut dire que tous les polynésiens sont des voleurs.


 Merci messieurs les élus , nous n'avons pas élevé les cochons avec vous à ce que je saches.


Ce sont les excuses de voyous.


...........................................................................................................


Quand à la défence de l'un des prévenus.........."C'est la faute à l'Etat qui a laissé faire"


A d'autres !


C'est la pire des défences. Cela ferait  donc un voyou de plus .


Ce n'est plus de l'immoralité mais de l'amoralité généralisée. Des gens qui n'ont aucune morale et qui ne savent pas ce que c'est l'honnèteté.


On vole , c'est normal.


Heureusement que l'antropophagie n'est pas resté" une tradition" en Polynésie, les grassouillets seraient en danger permanent  avec des zozo pareils.


Parole de polynésien.