DÉCOLONISATION

Publié le par N.L. Taram

Voici le dernier courrier de notre ami Opahi Buillard :

 

Planisphère 

 

 

INSCRIPTION SUR LA LISTE DE L’ONU

 

J’ai bien aimé la photo des  « vrais autonomistes » comme les appelle GTS. Tous unis pour diaboliser l’inscription de la Polynésie française sur la liste des pays à décoloniser… et toujours aussi incapables de  s’entendre lorsqu’il s’agit de redresser l’économie. On se croirait revenu 10 ans en arrière à l’apogée du Tahoeraa, où tous ils nous juraient la main sur le cœur que notre pays avait réussi sa reconversion économique. Le CEP est mort, vive la Flossocratie !  

La réalité on la connait : 2001 marqua le tournant de 10 années de récession économique. Il parait qu’il faut le temps d’une génération, pour revoir les schémas de développement d’une société. Car c’est bien de choix de société dont il est aujourd’hui question. Au regard de notre histoire récente, la question est simple : souhaitons-nous continuer à faire comme avant, où souhaitons-nous évoluer vers de nouvelles perspectives ?

onuC’est ici que la question de l’inscription sur la liste des pays à décoloniser prend tout son sens. Dans la pratique, elle permettra à une instance internationale, l’ONU d’avoir un droit de regard sur la politique de la France dans notre pays. Il s’agit là d’une nouvelle forme de partenariat. Aujourd’hui, même les loyalistes calédoniens reconnaissent publiquement les avantages d’être inscrit sur la liste de l’ONU.  Pour Harold Martin président du Gouvernement Calédonien,  l’enjeu consiste à « être avec la France et non plus dans la France ». C’est ce qu’Oscar Temaru, appelle « le véritable partenariat ». Sortir du cadre aménagé de la collectivité territoriale au même titre que les communes, pour évoluer vers un statut dont les contours sont à définir. Grandir, s’émanciper c’est stimulant pour nos enfants qui cherchent à s’affranchir de notre tutelle. Pourquoi en serait-il autrement à l’échelle d’un pays ?

 

Opahi BUILLARD

 

 

Ia ora na Opahi,

Merci pour ce texte. Voilà une explication claire et précise. J'ai un peu râlé sur la façon dont il a été voté et sur le fait qu'il y avait d'autres urgences. Je pense que nous devons en conclure, une fois de plus, que la communication du gouvernement est... heu ! déficiente.

 

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian Penilla y Perella 25/08/2011 03:56



Taram


 


Par ce que les colonisés sont malins et fainéants. Pourquoi travailler si on peut avoir de l'argent à rien faire. Juste à tendre la main( c'est déja un effort ! ! ).....T'a pas dix
milliards ?


.........................................Ils sont fous ces investisseurs, ils veulent nous faire travailler. ! ! !



N.L. Taram 25/08/2011 05:48



Ia ora na Christian,


En mai 2010, j'avais commencer un article intitulé "Production/Subvention", pour essayer de démontrer que les subventions (hors le cas d'investissements lourds mais rentables) étaient
antiproductifs. Pas facile à prouver, j'ai suspendu mon article faute d'argument.



christian Penilla y Perella 24/08/2011 08:32



Un autre point important.


 


J'ai de nombreuses preuves que l'on fait tout pour décourager les investisseurs étrangers en Polynésie; Celà n'est pas d'hier.


Sans investisseurs nous n'irons pas loin.



N.L. Taram 24/08/2011 08:38



Intéressant, soldat Christian ,


et ces gens de pouvoir qui font tout pour décourager les investisseurs, font partie des colonisateurs ou des colonisés.


(Excuses-moi pour l'humour, j'ai envie de temps en temps de décompresser)



christian Penilla y Perella 24/08/2011 06:49



Bonsoir Taram et Opahi Buillard.


 


En premier, miracle , je peux accéder au blog, pourvu que cela dure.


 


En second, je suis d'accord avec Opahi Buillard, à une condition: que l'on se conduise d'une façon plus intelligente dans notre pays. Pour le moment ce n'est pas brillant et ce n'et pas gagné.