DIANE DE POITIERS (4)

Publié le par N.L. Taram

Diane entête

Anne de MontmorencyA l'instar du roi, le pontife passe Diane avant la reine.

D'autres orages se profilant à l'horizon, le connétable Montmorency voulait la paix alors que François de Guise voulait la guerre. Le roi hésitait. Diane intervint auprès de cet irréductible duc de Guise pour qu'il continue, il promit en échange de son soutien de marier son fils à la petite fille de Diane. Le souverain pontife ignorant la reine de France, s'adressa directement à Diane pour lui demander de faire la paix. A cet effet, il lui fit une lettre, "Ce devoir est particulièrement impérieux, pour ceux qui peuvent se prévaloir d'autorité sur les princes ou de faveurs de leur part". François de Guise

Diane rangeait ainsi dans son camp, en plus du roi, le pape.... Les chroniqueurs qui avaient, quoi qu'on en dise, leur franc parler, écrivirent que le "Saint-Père venait de reconnaître comme bon et honorable le visqueux état de putain". Diane mit autant d'enthousiasme à faire signer la paix au roi qu'elle en avait mis à lui faire signer la déclaration de guerre. Le roi perdait beaucoup, Catherine se jeta à ses pieds et le pria de garder le Piémont, et ses droits sur Urbain, Florence et Naples, puis critiqua le connétable... Mal lui en prit il la rabroua, hors d'elle, elle laissa échapper "En ce royaume les putains ont souvent dirigé les affaires des rois".

 

Philippe II EspagneL'entente cordiale

Il s'ensuivit un ballet d'alliances destiné à fortifier l'entente cordiale, mais en réalité la diplomatie avait d'autres idées, pour la France, Diane dirigeait les opérations, elle dota du Piémont et de la Savoie, Marguerite la sœur du roi, vierge de 36 ans et la donna en mariage au duc de Savoie qui recouvrait ainsi son fief. Mais ces provinces étaient encore occupées par les troupes Françaises qui refusaient de partir, puis enfin elles obéirent, apportant pour preuve que l'armée royale n'était pas pour la paix et qu'elle n'était pas muette. Brantôme relata l'état d'esprit de l'armée ... "Que maudit soit le C... qui tant nous coûte" et "Faut-il que pour cette petite pièce de chair qui est entre les jambes de cette femme on rende tant de belles et grandes pièces de terre".Elisabeth de France

Tenus par le traité qu'ils venaient de signer, les souverains donnèrent au roi d'Espagne leur fille Elisabeth en mariage. Celui-ci ne désira pas s'avancer sur le sol Français. Prétextant l'usage, il fit "consommer" le mariage par son représentant, le duc d'Albe. Rien de salace : La future reine âgée de 14 ans se maria à l'église, puis une fois la cérémonie terminée elle se coucha sur un lit, jambe droite dénudée, le duc d'Albe s'allongea à ses cotés l'effleurant de sa jambe gauche également dénudée. A l'instant de ce contact fugace, la promise fut instantanément déclarée reine d'Espagne. Il n'en fallait pas plus.

 

tournoi.jpgLes fêtes de la Paix

Le roi ordonna les réjouissances pour fêter la paix, Catherine elle, considérait qu'il s'agissait d'une défaite, suivie en cela par le peuple qui bouda les préparatifs. Henri II fit dépaver la rue Saint-Antoine, seule artère de Paris suffisamment large (30 m) pour y mettre du sable afin d'amortir les chutes car il désirait des combats virils, dignes de l'ancienne chevalerie. Afin que les affrontements soient rendus les plus rudes possibles on confectionna des palissades à la hauteur du garrot des chevaux, les chevaliers se tenant de part et d'autre avaient ainsi suffisamment de longueur pour lancer puissamment leur monture et désarçonner le rival. Le long des lices, s'élevaient des tribunes richement décorées. Ces tribunes étaient élevées à même la façade des maisons. Les habitants rendus dans le noir, s'ils désiraient voir le combat, étaient obligés de se rendre sur les toits. Catherine, sous l'influence de mages et autre bonimenteurs, avait quelques années auparavant reçu de l'un de ses astrologues (Siméoni, dit Lucas Gaurie) un mauvais présage sous forme de prédiction "celui de la mort de son mari". En effet, il avait prédit que le roi dont l'avènement avait été marqué par un duel (Jarnac) perdrait la vie au cours d'un autre vers sa quarantième année, d'une blessure qui le rendrait aveugle... De plus, Nostradamus, son consultant depuis peu, venait de faire paraître ses "centuries" contenant la prophétie suivante :

Le lion jeune le vieux surmontera

En champ bellique par singulier duel

Dans cage d'or les yeux lui crèvera

Deux classes une, puis mourir, mort cruelle.

Tournoi-au-15eme-siecle.jpg 

Les joutes du roi

Catherine, certaine de la mort prochaine du roi essaya, mais en vain, d'annuler sinon le tournoi, au moins sa participation. Sans résultat, ce dernier s'y refusant. C'est donc la peur au ventre qu'elle assiste ce 30 Juin 1559, aux joutes. Le roi apparut empanaché de plumes noires et blanches, son cheval également. Il portait les couleurs de sa dame, qui malgré ses soixante ans, tenait toujours sa place de favorite, bien conservée grâce à ses bains matinaux d'eau froide, son refus de maquillage et son entraînement sportif journalier. Les chroniqueurs disaient d'elle, qu'elle était toujours belle et désirable. Montgommery

Le roi affronta deux chevaliers le matin, vers midi, en nage, on lui retira son heaume pour éponger la sueur qui ruisselait. Catherine tremblante, le supplia une fois de plus d'arrêter. Excédé, mais galant, il lui répondit "C'est justement pour vous que je combats", puis se tournant vers Montgommery, comte de Lorges, il lui demanda de courir contre lui. Montgommery refusa l'honneur, car dans son jeune temps, lors d'un amusement guerrier avec François Ier, il avait jeté une bûche enflammée à la tête de ce dernier, manquant de peu de tuer net le roi.

Henri II répondit à Montgommery "C'est un ordre".

 

à suivre...

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Bravo pour la série d'article sur Diane de Poitiers.


C'est un personnage qui ne me laisse pas indifférent, parce que dans mon existence, modestement, j'ai croisé plusieurs fois ses pas.
Quelques exemples ...


a.. Elle était baronne de Privas, où j'ai passé une partie de mon enfance chez ma grand-mère maternelle. Elle est très présente dans la
mémoire collective des privadois. Aussi, très tôt j'ai su qui elle était (ci-joint une photo de la tour Diane de Poitiers à Privas).


b.. A une certaine époque, je fréquentais un restaurant situé à l'étoile-sur-Rhône, aménagé dans une partie des vestiges du château des
Poitiers. On n'est pas très fixé, sur le lieu de naissance de Diane de Poitiers (le château de Saint-Vallier ou celui de l'étoile-sur-Rhône) et sur
sa date de naissance (1499 ou 1500).


c.. Plus inattendu est cette découverte récente. Durant mon enfance à Pierre-Bénite (banlieue Sud de Lyon) nous habitions dans une très
vielle bâtisse (*). Je savais confusément qu'elle avait joué un rôle important à l'époque de François 1er. Ces dernières années j'ai eu la
confirmation qu'il en avait fait son étape habituelle, lorsqu'il allait guerroyer en Italie. Henri II, Diane de Poitiers, mais surtout Catherine de
Médicis y séjournèrent fréquemment.


(*) Les gens de la région ignorent cette histoire. Seule la propriétaire du lieu en parlait à qui voulait bien l'entendre. Je suis sans doute, avec
mon père, l'un des rares à s'y être intéressé.


La majeure partie des bâtiments a été détruite dans l'indifférence totale, dont celle où nous habitions (ci-joint une photo de ce qu'il en reste).


Depuis trois ans, je compile des informations pour essayer de reconstituer l'histoire du lieu.


L'Université de Lyon semble vouloir s'y intéresser, puisqu'elle vient d'installer une délégation dans la partie qui a été préservée.





Tour Diane à Privas






Répondre
N


Bonjour Christian,
Merci pour ta visite, ton commentaire et tes photos.
Comme tu le sais, les commentaires encouragent le travail des blogueurs et de ceux qui publient. 
Je ne fais pas de clientélisme, je passe sur mon blog comme sur d'autres forums, ce qu'il me plaît et s'il y a "un seul" lecteur, j'en suis très satisfait. Je me suis fait des amis par cet
intermédiaire, je reçois des mails d'un peu partout même de l'étranger. Un historien m'a fait remarqué une petite erreur de date dans le texte sur Jeanne d'Arc, cela m'a fait très plaisir....


Amitiés



S


Bonjour à tous, toujours une belle mise en page, belle iconographie. Merci Taram



Répondre
N


Bonjour Claude,


Sur tes textes toujours passionnants, je ne pouvais pas faire moins...



S


Le suspence est à son comble ! Vivement l'épisode n° 5



Répondre
N


Cela ne saurait tarder. A moins que "les Loups, les Moutons et les Rats" me donnent du travail.... J'ai déjà deux articles presque prêts, manque plus que les finitions !!!