ÉCOLOGIE : TOUTE UNE RÉFLEXION !

Publié le par N.L. Taram

Un peu de bon sens, nom de dieu !

 

          À la caisse d'un super marché une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui a alors reproché de ne pas se mettre à « l'écologie » et lui dit :

       "Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! "

       La vieille femme s'est excusée auprès de la caissière et a expliqué: "Je suis désolée, nous n'avions pas de mouvement écologique dans mon temps."  Alors qu'elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta:

       "Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps! "

 

Papenoo       

 La vieille dame admet qu'à  l'époque, on retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de Coke et de bière au magasin. Le magasin les renvoyait à  l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau ; on utilisait les mêmes bouteilles à  plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

       "De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait jusqu'à  l'épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.      

       À l'époque, on lavait les couches de bébé ; on ne connaissait pas les couches jetables. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge ; pas dans un machine avalant 3000watts à l'heure. On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.

       À l'époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une sœur à l'autre. C'est vrai ! On ne connaissait pas le mouvement écologique.

       À l'époque, on n'avait qu'une TV ou une radio dans la maison ; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boite de pizza, pas un écran de la taille de l'état du Texas.

energie-pas-si-verte       Dans la cuisine, on s'activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDT en produit.

       Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà  servies, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

       À l'époque, on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon; on n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées.

       À l'époque, on travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité. Mais, vous avez raison : on ne connaissait pas le mouvement écologique.Pape Moe

       À l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif ; on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau.

       On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

       À l'époque, les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale (souvent tout-terrain !) et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.

       À l'époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers à jeter fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

       On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui."

      

       ALORS VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON MINISTÉRE ÉCOLOGIQUE !"

      

       La vieille dame avait raison : À  son époque, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l'environnement.

 

ANONYME

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jeff Renault 06/04/2012 12:08


Oui, le chemin sera long et difficile, d'autant que le déni est un réflexe humain, tout comme il est humain d'être plein de contradictions (nous en avons tous). Amitié. Jeff

Jeff Renault 06/04/2012 11:40



Bon, cette parabole est sympathique, mais il n’est pas tout à fait exact de considérer qu’à l’époque de la vieille dame (dont on ne sait pas exactement l’âge) on était plus économe des
ressources que le jeune qui lui reproche l’état du monde.


D’abord, parce que l’époque de la vieille dame n’est pas QUE sa jeunesse, car on peut imaginer que les éléments qu’elle décrit se situent dans sa jeunesse (sans doute en écho à la jeunesse de
l’interlocuteur).


C’est un peu facile de se dédouanner avec le mode de vie “sobre” de sa jeunesse et d’occulter la suite qui a vu exploser le pillage des ressources.


Ensuite, la “sobriété” qu’elle décrit n’était ni consentie ni consciente. C’était ainsi. Dès que les gens ont eu les couches jetables, ils les ont adoptées. Personne ne voulaient se coltiner
les couches maculées à nettoyer.


Il n’y avait pas de volonté de préservation des ressources pour les générations futures, donc pas d’écologie. Car l’écologie n’est pas la préservation effective de l’environnement, mais la
conscience qu’il faut le préserver.


Et c’est bien pourquoi, sans sobriété volontaire, on se retrouve à ne plus avoir de notions de limites quand elle n’est plus de facto imposée.


Donc, très mitigée sur cette parabole… et en même temps, elle a l’intérêt de démontrer que culpabiliser n’est en rien utile. Si même on trouvait des coupables, on n’aurait rien réglé. Le passé
est ce qu’il est. Seul l’avenir pourra nous apporter des solutions.

N.L. Taram 06/04/2012 12:00



Bonjour Jeff et merci pour ton commentaire,


je vois que tu as bien compris le côté "humour" de l'histoire de la vieille dame, cela nous a permis de débattre du sujet.


Bien sur, je suis 100% d'accord avec toi et je pense aussi les autres intervenants. Ce que je déplore, c'est que certains donneurs de leçons (en écologie) sont du genre "faites ce que je dis mais
pas ce que je fais". Je ne sais pas comment cela se passe en France mais ici à Tahiti, je vois de grands prédicateurs "Économisez l'énergie" qui ensuite vont prendre des repas (intimes) dans une
auberge de montagne avec hélicoptère A/R (c'est un exemple parmi tant d'autres).


Je crois qu'il nous reste encore du chemin à faire.


Fa'aitoito ! (courage)



OSSAU 04/08/2011 21:04



Vouilà l'exemple type de pénalisation du consomateur que cette vieille dame. La caissière devrait plutôt se demander pourquoi son employeur (grande surface) met toujours des sacs plastiques à
disposition des clients.


Ici on nous rabat les oreilles par des recomandations pour "réduire nos emballages" dans nos poubelles que ne prodigue -t-on cemçeme conseil aux industriels,


Faites ce que je vous dit et taisez vous !


Bernard NOGUES


 



N.L. Taram 04/08/2011 21:32



Bonjour Bernard et merci de ta visite.


En effet, on nous impose tous ces emballages, au point que quand tu remplis ton caddy de produits alimentaires, il pourrait être aussi plein par les emballages après avoir consommé les produits.
Il faut quand même savoir que ces emballages, de + en + solides, sont imposés du fait du vol à l'étalage..... mais pourquoi ?


Avant, le client n'avait pas accés à l'étalage et c'était l'épicier*, derrière son comptoir, qui nous servait (*ou la charmante boulangère, dirait l'un de nos amis communs ).



wakrap 26/07/2011 03:54



L'écologie est mère de tout.


Le premier acte écologique connu est celui de l'homme de néanderthal.


Ayant tué un ours et la panse rassasiée, il vit une femme de néanderthal, et, l'oeil humide et la pupille dilatée,  il eut l'idée de recycler la fourrure et l'offrir.


De là naquit le langage avec les deux premiers mots, RHHHHôôôô et rhââââA



N.L. Taram 26/07/2011 05:54



Bonjour Wakrap et merci pour ton humour.


Si j'ai bien compris, l'homme n'a pas changé depuis, par contre la femme ne se contente plus de la peau de l'ours...



christian Penilla y Perella 21/07/2011 21:48



Bonjour tout le monde.


 


Savez vous qu'aujourd'hui, si toute la population de  le planète terre avait le standing des pays du nord, il faudrait trois planètes pour satisfaire les besoins des
terriens.


J'ai l'impression que seule une catastrophe planètaire pourra arrêter cette évolution. C'est un véritable suicide collectif.



christian Penilla y Perella 21/07/2011 12:49



Bonsoir tout le monde.


 


J'utilise les sacs plastiques renforcés que l'on peut acheter aux caisses à 100 francs et qui durent très long temps. Ils sont presque indestructibles si on ne les charge pas trop.
J'en ai toujours cinq ou six dans la voiture.


 


Côté gaspillage de notre époque, il y a la nourriture et pour commencer:  le pain.


En premier, autre fois le pain se conservait long temps, aujourd'hui le lendemain il ressemble à un bois sec. Autrefois le pain rassi n'était pas jeté à la poubelle , c'était impensable .
Le pain était le symbole du travail , de ce qui se cultivait , se fabriquait dans la sueur. Maintenant il y en  a dans presque toutes les poubelles. Allez visiter un dépotoir ,
c'est une honte le pain que l'on peut trouver qui jonche le sol, même des pains entiers.


 Le pain perdu ( pain rassi, lait , oeufs et sucre ) , vous connaissez ? Pas les enfants d'aujourd'hui.


 Il y a aussi une génération qui disparait c'est celle qui ne jetait rien. On entretenait et on réparait.


Ce jour , à peine acheté , aussitot démodé par un nouveau modèle.


78 tours, 33 tours, Cassettes, .......Dicquettes, CD, DVD, Pen Drive, etc,..........Chaque fois un nouveau lecteur . 


Et les GSM ! ! ....je m'arrête là.



SAINT ETIENNE Claude 21/07/2011 08:57



Les plastiques sont ceux qui servent d'emballage aux fruits et légumes, mis d'office ou non. Pour les courses, le chariot du magasin, dans la voiture des cartons ou petits  et
cagettes(récupérés pour le barbecue). Les petites courses, ma femme a un cabas(plasique maintenant) ou panier, toujours les même. Maintenant, l'âge venant, un petit caddie personnel à deux roues,
beaucoup moins fatigant



N.L. Taram 21/07/2011 09:32



C'est vrai qu'il y a les fruits et légumes, mais quand je vais chez Carrefour (une fois par mois), c'est vins, cafés, miels, confitures d'orange et de figues, gelée de goyaves et boites pour mes
amis à 4 pattes. Quand à mon épouse, en digne vahiné, elle a toujours un panier en pae'ore (pandanus).



SAINT ETIENNE Claude 21/07/2011 08:14



Bonjour Taram, je connais ce texte. Je pense que cette veille dame aurait utilisé à bon escient ce sac plastique comme le fait ma femme qui n'en jette pas un seul, mais les conservent dans une
sorte de chaussette pendue au plafond, il suffit de tiré vers le bas pour les extraire un à la fois. Quand ils sont jetés c'est qu'ils sont morts, et encore, en fin de vie ils servent de
poubelle. Pas besoin de mettre des sacs neufs fabriqués pour cela. Nous ne sommes ni écolo ni pingres, simplement nous n'aimons pas le gaspillage gratuit. Hélas, nous faisons certainement bien
d'autres choses interdites, mais sans le savoir car nous fermons les yeux...



N.L. Taram 21/07/2011 08:27



Bonjour Claude,


J'ai reçu ce texte ce matin de la part d'un ami, j'étais plié de rire. Et pourtant, c'est tellement vrai et pas marrant du tout...


Il y a fort longtemps que je n'utilise plus de sac plastic. J'ai toujours un carton ou un panier pliant dans le coffre de ma voiture. Je transfère directement du caddy au coffre, chez Carrefour.
Par contre quand je vais chez Brico, c'est des paniers qu'il faut laisser à la caisse. Mais si je suis chargé de plusieurs bricoles, il y a toujours un vendeur pour m'aider. Je les connais
presque tous...