ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Publié le par N.L. Taram

Votez TaramCertains correspondants m’ont reproché de faire campagne de façon discrète pour tel ou tel candidat. Non, je confirme ce que j’ai écrit précédemment, je m’abstiendrai ou je voterai blanc (ou noir). Je considère que ce système n’est pas démocratique ; il est le résultat d’un petit arrangement entre « frères ennemis » (Chirac, Jospin) lors du changement du septennat en quinquennat. Cela avait fait l’objet d’un référendum le 24 septembre 2000 , le résultat  de 69,8% d’abstentions  prouve le désintérêt des électeurs pour ce genre de magouille. L’arrangement, c’était de faire les élections présidentielles avant les législatives afin de profiter de la « vague » pour que le président élu puisse avoir une forte majorité à l’assemblée. Le pouvoir qui était déjà assez présidentiel depuis 1958, devenait un détournement du pouvoir législatif - le seul pouvoir démocratique - nous en voyons depuis le résultat . Et cela, je le pense depuis 1958, j’avais 17 ans…

(Lire >>>   REFERENDUM (2)   )

Pour le moment, deux candidats se sont prononcés pour la modification de la constitution : François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon (ce n’est pas moi qui leur ai soufflé   )

----------o----------

Un texte :

Communiqué de Raquel Garrido, avocate à la cour et animatrice du Front de gauche.

Front de gaucheFrançois Bayrou a annoncé ce jour qu’il réunirait un comité de sages autour de lui chargé de préparer un projet de loi cadre pour réviser la Constitution.

Il annonce que les Français devront approuver ou refuser sa proposition, par référendum, le 10 juin. Il ne rend pas public les éléments précis de la révision de la Vème République, qui seront selon lui présentés avant le premier tour, le 22 avril. Les Français auraient ainsi un mois et demi pour se faire une idée.

La Vème République est un régime profondément anti-démocratique. L’élection présidentielle assèche le débat public et le peuple est réduit à un rôle de figurant

Pendant ce temps, le pouvoir est entre les mains de quelques-uns. Ce régime porte un nom : l’oligarchie.

Renverser l’oligarchie commande la convocation d’une Assemblée Constituante, seule susceptible de redonner sa parcelle de souveraineté à chaque citoyen. Jean-Luc Mélenchon a annoncé d’avance qu’il serait le dernier Président de la Vème République. Avec le Front de Gauche, le peuple convoquera par référendum une Assemblée Constituante, dont le résultat sera lui-même soumis à référendum. Seul ce processus permet à l’ensemble des citoyens de participer à la fondation de la VIème République.

Avec François Bayrou, c’est un petit comité qui déciderait de tout. Cela ne changerait pas du régime actuel.

----------o----------

Le fait de publier des textes ne signifie pas que je les approuve, c’est seulement des textes intéressants, instructifs que je partage avec vous (j’apprécie l’écriture de Louis-Ferdinand Céline et je ne suis pas antisémite, j’aime les vers de Paul Verlaine et je ne suis pas homosexuel, j’écoute la musique de Jimi Hendrix et je ne suis pas drogué).

Je publie aussi le dernier communiqué du Tavini Huiraaira dont j’apprécie les termes… et pourtant je ne suis pas adhérent au Tavini.

----------o----------

Tavini entête

 

Papeete, le dimanche 26 février 2012

-----o-----

Indépendance : seuls les Polynésiens peuvent s’exprimer

-----o-----

Dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle, M. François Hollande s’est récemment déclaré opposé à l’indépendance de la Polynésie française. Le Tavini Huiraatira rappelle que c’est avec M. Hollande, alors secrétaire général du Parti Socialiste, que le président du Tavini Huiraatira M. Oscar Temaru a signé en 2004 cet accord de partenariat et de soutien renouvelé l’année passée. Il convient d’en rappeler les termes.

-----

Le préambule de la convention est sans équivoque.

-----

« Les deux formations réaffirment que toute démarche d’accession de la Polynésie à la souveraineté ne peut s’accomplir que dans le respect du préambule de la Constitution française en date du 27 octobre 1946 selon lequel « Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge, à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires, écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire » et conformément à l’article 53 de la Constitution de 1958 qui dispose : « Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n’est valable sans le consentement des populations intéressées ».

Dans ce cadre, le Parti socialiste soutiendra les efforts du TAVINI  HUIRAATIRA NO TE AO MAOHI-F.L.P. visant à mettre un terme à une politique néo-coloniale faisant obstacle à un développement autocentré et durable, respectant l’histoire, la culture et la personnalité des Polynésiens, conformément aux déclarations des Nations Unies, en particulier la résolution 15/14 du 14 décembre 1960 relative à l’indépendance des pays et peuples coloniaux ; les articles 73 et 74 du chapitre IX de la Charte des Nations Unies et les XII principes d’application adoptés le 15 décembre 1960, lors de la 948ème séance plénière des Nations Unies. » Le Tavini Huiraatira reste attaché à cette convention de partenariat.

Lors de la première réunion tenue dans le cadre de la campagne présidentielle à Piafau, M. Oscar Temaru ne s’est pas déclaré étonné par cette prise de position. Il a établi un parallèle entre les richesses minières de la Kanaky et l’immense domaine maritime du fenua, ses potentialités de développement en terme de nourriture et plus tard de minerais.  En Polynésie comme en Kanaky, la France tentera tout pour que ces richesses du futur ne lui échappent pas.

Ceci étant, le parti indépendantiste rappelle que sa demande de réinscription sur la liste des pays à décoloniser a été déposée à l’ONU et pourrait être  examinée avant la fin de l’année. Il rappelle qu’au terme d’un contrat de développement  d’une quinzaine d’années, établi entre la France et la Polynésie française sous l’égide de l’ONU, seuls les Polynésiens pourront s’exprimer par référendum sur leur volonté d’être souverains.

Car : 2812

Publié dans Politique

Commenter cet article

wakrap 29/02/2012 16:20


Ces comparaisons de taux sont difficiles et facilement biaisées.


Les prestations ne sont pas identiques en fonction des activités.


La cotisation du salarié est de 5% + 10% de cotisation patronale du salaire brut.


Le non salarié est maintenant à 9.5% ce qui est le double de la cotisation salariale effectivement prélevée sur le salaire des salariés.


Le non salarié ne bénéficie pas de prestation de congé maladie, de rente d'invalidité( il n'aura pas de retraite,normal il cotise pas) et n'aura pas droit à l'assurance maladie une fois à la
"retraite".


Un non salarié coûte beaucoup, beaucoup moins cher qu'un salarié à la caisse. La preuve en est simplement que jusqu'en 2004 ils cotisaient à une assurance privée (MAEVA) pour 17 000f mensuel avec
remboursement à 100%, et cette assurance gagnait de l'argent.

N.L. Taram 29/02/2012 20:09



Bonjour Wakrap,


Je connais tout cela du fait que je m'occupais (et encore maintenant pour 2 sociétés) des assurances des dirigeants de société et autres patrons. A noter que pour les sociétés soumises à l'I/S,
ces cotisations étant obligatoires, elles sont déductibles de l'impôt, donc récupération de 30 à 40 % du total payé.


Je suis d'accord avec toi, un RNS coûte moins cher qu'un salarié et, là, il y a un problème dont personne ne parle : c'est le coût des indemnités journalières. Si elles sont utiles, voire
indispensables, la CPS ne dispose pas de moyen efficace pour faire des contrôles et éviter les abus (dans mes derniers dossiers à ce sujet, les contrôleurs n'étaient pas assermentés...).


Pour les "5% de part salariale et les 10% de part patronale", c'est ce qu'on raconte aux "moutons-salariés", mais pas à moi qui ai 40 ans de profession de comptable d'entreprise... D'ailleurs
même chose pour les autres régimes (AVTS, AF, RET, AC,...) et aussi les congés payés, les jours d'arrêt maladie à la "charge" de l'employeur et autres charges accessoires... 


Pour la retraite, en effet, nous bénéficions de l'assurance maladie mais nous cotisons. Est-il possible à un RNS de cotiser volontairement ? en tout les cas, il peut cotiser à une assurance
privée.


Bonne journée



wakrap 29/02/2012 10:12


Le fait de publier des textes ne signifie pas que je les approuve, c’est seulement des textes
intéressants, instructifs que je partage avec vous (j’apprécie l’écriture de Louis-Ferdinand Céline et je ne suis pas antisémite, j’aime les vers de Paul Verlaine et je ne suis pas homosexuel,
j’écoute la musique de Jimi Hendrix et je ne suis pas drogué).


Je publie aussi le dernier communiqué du Tavini Huiraaira dont j’apprécie les termes… et pourtant
je ne suis pas adhérent au Tavini.


 


Héhé: Tu oublies, wakwak passe les mailles et je ne suis pas libéral.


 


Sinon, suis un peu fatigué là; je viens de recevoir un petit mot de notre CPS chérie, ma cotisation, qui est passée de 7.5% à 8% au premier janvier, passe à 9.54% au premier mars.


Pas mal, 27% d'augmentation en trois mois.


Celle des salariés a baissé cette année;mesure de racisme social?


Bon rien à voir avec le sujet. Désolé.


 

N.L. Taram 29/02/2012 10:39



Bonsoir Wakrap,


Mon cher, je fais une exception avec toi, quoique je ne connaisse pas ton identité, je publie tes commentaires car ils sont toujours constructifs et respectueux des autres.


Au niveau de la CPS, je suis au courant, je viens de terminer à l'instant les payes des salariés de deux entreprises. Pour la cotisation "maladie" des retraités, les taux ont augmenté en 2011
(60%) et 2012 (31%) soit pour moi -5000 francs/mois en 2011 et -4000 en 2012 (tu peux calculer ma retraite  . Mais je trouve cela normal, je ne vois pas pourquoi les retraités payaient 5 fois moins de cotisation maladie que les salariés. Cette différence était justifiée au début, car le
pourcentage de retraités par rapport aux actifs était moindre. Ce que je reproche, le réajustement aurait dû se faire progressivement.


La minuscule diminution du taux maladie des salariés est, à mon avis, inexplicable et injustifiée (de 16,08% en 2011 pour 15,78% en 2012).


Je suis content que tu aies apprécié ma tirade sur mes préférences. Rien ne m'énerve plus, quand je dis que j'aime Verlaine, qu'on me réponde "mais c'est un pédé"