FAITES VOTRE B.A.

Publié le par N.L. Taram

Lettre adressée au PKO de la cathédrale :

 

 

AumôneBonjour mon frère,

Quoiqu’athée et anticlérical, je dois te dire que j’apprécie ton billet « HUMEURS » publié chaque dimanche.

Toutefois, ce dimanche, tes propos m’ont fait tiquer. Bien sur, je ne désapprouve pas toutes ces œuvres de bienfaisances qui vont soutenir les plus démunis pendant cette période de fête ; Mais, d’abord je suis atterré par l’augmentation de l’exclusion et le constat que tu rappelles « L'enquête de PAFD publiée cette semaine nous le rappelle douloureusement ».

Alors les associations, les particuliers, les nantis… vont faire leur Bonne Action.

 Je ne crois pas qu’une étoile brille dans le ciel de la Polynésie !

 Après réflexion, je rectifie : Je crois qu'une étoile brille dans le ciel de la Polynésie... mais 15 jours par an seulement. 

 

J’avoue que je préfère tes billets du genre :egocentrique

« …Il s’agit là d’un individualisme profond : « Après moi le déluge »… « Moi ! Rien que moi ! Seulement moi ! »… la foule d’hommes et de femmes qui s’affirment « chrétiens » et dont le comportement est cependant égocentrique ».

Encore mieux : « Appel à la Révolution et à la Grève !... A la révolution de nos mentalités… A la grève de nos avantages acquis, de nos droits afin de rétablir les droits fondamentaux de ceux qui en sont réduits à faire l’aumône… ».

 

Je pense que tu as compris ce que je voulais dire et qu’en fin de compte, nous ne sommes pas si éloignés…

Merci pour ton billet « HUMEURS », courage pour continuer ton combat…

Et bonnes fêtes de fin d’année.

 

 Note : Je n’ai pas l’adresse du PKO (et fréquente rarement ce lieu), si l’un de mes lecteurs veut bien faire suivre… Merci !

Quelle est donc la matière de l'aumône? c'est le superflu des riches. Ainsi l’enseigne saint Paul (Louis Bourdaloue 1834)

----------o----------

gibran-potraitLe Don – Khalil Gibran

Alors un homme riche dit, Parlez-nous du Don.

Et il répondit :

Vous donnez, mais bien peu quand vous donnez de vos possessions.

C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez véritablement.

Car que sont vos possessions, sinon des choses que vous conservez et gardez par peur d'en avoir besoin le lendemain ?

Et demain, qu'apportera demain au chien trop prévoyant qui enterre ses os dans le sable sans pistes, tandis qu'il suit les pèlerins dans la ville sainte ?

Et qu'est-ce que la peur de la misère sinon la misère elle-même ?

La crainte de la soif devant votre puits qui déborde n'est-elle pas déjà une soif inextinguible ?

Il y a ceux qui donnent peu de l'abondance qu'ils possèdent - et ils le donnent pour susciter la gratitude et leur désir secret corrompt leurs dons.

Et il y a ceux qui possèdent peu et qui le donnent en entier.

Ceux-là ont foi en la vie et en la générosité de la vie, et leur coffre ne se vide jamais.

Il y a ceux qui donnent avec joie, et cette joie est leur récompense.

Et il y a ceux qui donnent dans la douleur, et cette douleur est leur baptême.

Et il y a ceux qui donnent et qui n'en éprouvent point de douleur, ni ne recherchent la joie, ni ne donnent en ayant conscience de leur vertu.

Ils donnent comme, là bas, le myrte exhale son parfum dans l'espace de la vallée.

Par les mains de ceux-là Dieu parle, et du fond de leurs yeux Il sourit à la terre.

Il est bon de donner lorsqu'on vous le demande, mais il est mieux de donner quand on vous le demande point, par compréhension ;

Et pour celui dont les mains sont ouvertes, la quête de celui qui recevra est un bonheur plus grand que le don lui-même. artwork012

Et n'y a-t-il rien que vous voudriez refuser ?

Tout ce que vous possédez, un jour sera donné ;

Donnez donc maintenant, afin que la saison du don soit la vôtre et non celle de vos héritiers.

Vous dites souvent : "Je donnerai, mais seulement à ceux qui le méritent".

Les arbres de vos vergers ne parlent pas ainsi, ni les troupeaux dans vos pâturages.

Ils donnent de sorte qu'ils puissent vivre, car pour eux, retenir est périr.

Assurément, celui qui est digne de recevoir ses jours et ses nuits est digne de recevoir tout le reste de vous.

Et celui qui mérite de boire à l'océan de la vie mérite de remplir sa coupe à votre petit ruisseau.

Et quel mérite plus grand peut-il exister que celui qui réside dans le courage et la confiance, et même dans la charité, de recevoir ?

Et qui êtes-vous pour qu'un homme doive dévoiler sa poitrine et abandonner sa fierté, de sorte que vous puissiez voir sa dignité mise à nu et sa fierté exposée ?

Veillez d'abord à mériter vous même de pouvoir donner, et d'être un instrument du don. Car en vérité c'est la vie qui donne à la vie - tandis que vous, qui imaginez pouvoir donner, n'êtes rien d'autre qu'un témoin.

Et vous qui recevez - et vous recevez tous - ne percevez pas la gratitude comme un fardeau, car ce serait imposer un joug à vous même, comme à celui qui donne.

Elevez-vous plutôt avec celui qui vous a donné par ses offrandes, comme avec des ailes.

Car trop se soucier de votre dette, est douter de sa générosité, qui a la terre bienveillante pour mère, et Dieu pour père.

 

Source : http://wikilivres.ca/wiki/Le_Proph%C3%A8te

 

Un autre texte de Khalil Gibran >>> ORAGES - Khalil Gibran

Publié dans Société, Khalil Gibran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Penilla y Perella 21/12/2010 09:07



Don Quichote


 


Tes souhaits sont exaucés , nous venons d'ouvrir le premier resto du coeur à Tahiti . Nos élus vont pouvoir dormir en paix et faire du gras.


Cela peut éviter une révolte et ses concéquences.



Christian Penilla y Perella 21/12/2010 09:01



Etetera , bonjour.


Quelle bonne surprise.


Nous nous sommes déja croisés sur un autre blog .


 


Je te souhaite de bonnes fêtes et une bonne année.


 



Etetera 21/12/2010 07:14



Salut,


 


En fait, si Frère parle des repas et autres joyeusetés préparées pour les plus démunis en cette fin d'année, il n'écrit pas que l'on pense à eux qu'en période de fin d'année. Les assoc oeuvrent
toute l'année !


Par contre, nos politicards, eux, se tapent le gras du bide en sachant pertinemment que ce ne sont que les moyennes bourses qui vont aider les plus démunis alors qu'eux feront ripaille !! Ils ne
devraient pas aller à l'Eglise d'ailleurs...


Joyeuses fêtes à vous tous et surtout, beaucoup d'amour envers votre prochain !!



N.L. Taram 21/12/2010 07:29



Bonjour Etetera,


Merci de ta visite et de ton commentaire.


Tu as tout à fait raison et c'est bien le sens de mon article. J'ai beaucoup de respect pour mon frère Christophe, je sais le travail qu'il fait toute l'année sur le terrain.


C'est aussi tout à fait le sens du commentaire de Don Quichote : élus auxquels j'ajouterai quelques notables qui ne connaissent la solidarite qu'une fois pas an.


As-tu apprécié mon extrait de Khalil Gibran ?


Quand viens-tu te rechauffer dans ton pays ?


Bonnes fêtes de fin d'année à toi et à ta famille.



Christian Penilla y Perella 20/12/2010 10:07



Taram


 


Cela me rappelle cette histoire de scouts.


Ce sont des scouts qui obligeaient une vieille dame à trverser la route plusieurs fois afin de faire leurs BA cotidienne.


 


Soyons sérieux.


Avoir bonne concience une fois par an doit soulager , le reste de l'année c'est: Et moi et moi et moi et ...........un milliard trois cent millions de chinois. En bon petit égoïste.



Don Quichote de Mahina 20/12/2010 04:36



J'ai remarqué la satisfaction qu'éprouvent nos élus , au fait que  beaucoup d'actes de
partages et de solidarité s'éveillent pour les plus démunis à l'approche des fêtes.


Ils doivent
être impatients qu'il y ai des restos du cœur, pour palier à leurs incompétences dans la gestion du pays.



N.L. Taram 20/12/2010 04:37



Bonjour Don Quichote,


Tu as compris mon message.
Cela s'appelle "faire sa BA", ensuite on est tranquille tout le reste de l'année, on peut continuer à voler le petit peuple.



N.L. Taram 20/12/2010 04:29



un extrait du billet du PKO de la Cathédrale du 21/11/2010 :


La consommation de tortue depuis quelques semaines fait l'actualité du fenua. Au-delà de la polémique, il faut bien
reconnaître qu'il s'agit là du symptôme d'un individualisme profond: «Après moi le déluge ! » car notre société véhicule comme valeur
fondamentale : « Moi ! Rien que moi ! Seulement moi ! ».


Un double échec ! Echec pour la société et échec pour l’Eglise ! 


Echec pour la société qui n'a pas su et ne sais toujours pas mobiliser les énergies de tous, aujourd'hui
encore,  aux fins d'un meilleur vivre ensemble et d'assurer l'avenir de ses enfants.


Échec pour l'Église qui ne peut que constater l'abîme entre la foule d'hommes et de femmes qui s'affirment « chrétiens » et dont le comportement est cependant égocentrique ! 


…………..


Pour le billet du 14/03/2010 du PKO, voici le lien d'un article sur ce blog :


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-la-nouvelle-gauche-polynesienne-46711692.html


 



N.L. Taram 20/12/2010 04:25



Bonjour à tous,


Pour une meilleure compréhension, voici l'intégrale du billet du PKO de la Cathédrale de ce dimanche 19/12/2010 :


Noël dans quelques jours !


Pour nous, Noël est synonyme de fête, de joie, de et parfois de foi!


Pour beaucoup Noël sera aussi, cette année tout particulièrement, synonyme de solitude, d'exclusion. L'enquête de PAFD
publiée cette semaine nous le rappelle douloureusement.


Mais au cœur de la nuit, une petite étoile scintille aussi fragile que l'étoile de Bethléem mais pleine d'espérance
!


Cette étoile est constituée par les nombreuses opérations et actions faites cette année encore pour les plus
petits.


Il y a tout d'abord l'« épicerie sociale ›› ouverte par la Croix Rouge en partenariat avec la Mairie de Papeete. Une
action qui s'inscrit à la fois dans la durée et dans une volonté de respect de la dignité de celui que l'on veut aider !


Puis il y a les nombreux repas de fête et les cadeaux offert par des associations et des Églises.


La première petite fête organisée par le service social de la Mairie et association Torea a eu lieu vendredi dans les
Jardins de la Mairie de Papeete. Les cadeaux furent essentiellement ceux du fruit de la collecte organisée auprès du personnel municipal.


Il y aura dans les jours qui viennent et spécialement le 24 et 25 décembre des repas offert dans les rues de Papeete, au
Jardin Bougainville par les Églises Pentecôtiste et Adventiste, qui y sont déjà présentent une fois par mois tout au long de l'année. Des actions menées par les élèves de nos écoles - telle que
celle du Collège-Lycée Lamermais, où non seulement des collectes alimentaires sont faites mais où le temps est pris aussi pour aller à la rencontre des plus démunis et d'organiser fête et
repas.


Si de plus en plus d'homme et de femme sont en situation de détresse et de précarité, de plus en plus d'associations, de
mouvements de jeunes, de communautés religieuses et de paroisses se mobilisent pour rejoindre nos frères et sœurs en situation de précarité.


Une étoile brille dans le ciel de la Polynésie !


C'est Noêl !