FANTASIA

Publié le par N.L. Taram

Le chef d'œuvre de Walt Disney...

 

Walt-Disney-and-Mickey-Mouse.jpgFantasia est le troisième long-métrage d'animation et « Classique d'animation » des studios Disney, sorti à la fin de l'année 1940. Sa production a été lancée peu après Blanche-Neige et les Sept Nains (1937) en parallèle de Pinocchio sorti au début de l'année 1940.

 

Ce film est une expérimentation sans dialogue (excepté le chef d'orchestre et Mickey Mouse) dont le but est d'illustrer ou d'accompagner avec l'animation des thèmes de la musique classique. Huit extraits musicaux, joués pour la plupart par l'orchestre de Philadelphie sous la direction de Leopold Stokowski en composent les sept séquences animées. C'est aussi pour de nombreux auteurs et critiques une œuvre d'art d'un genre nouveau, un pont entre les arts et une « nouvelle forme de présenter l'art » (un nouveau média).

 

Fantasia (film, 1940). (2012, octobre 9). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 07:31, octobre 13, 2012 à partir de

 http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fantasia_(film,_1940)&oldid=83897082.

 

Je me pose  toujours la question suivante : Qu'avaient bien pu fumer les dessinateurs de ce dessin animé ? 1940, soit 26 ans d'avance sur le mouvement psychédélique.

 

Danse des heures, ballet tiré de l'opéra La Gioconda d'Amilcare Ponchielli

 

 

 

Symphonie pastorale de Ludwig van Beethoven

 

Voir à la fin de l'article (nouvelle publication)  
 

 

Casse-noisette de Piotr Ilitch Tchaïkovski

 

 


 

 

La suite et l'intégrale sur You Tube, bien sur !

Publié dans Arts, Cinéma, Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 13/10/2012 13:04


Oui pour la stimulation de groupe, c'est bénéfique pour ce genre de créations.


Pour les dessins et l'étude psychédélique, je crois qu'il te faut inverser le problème, car ceux de ce mouvement sont issus du résultat des drogues et
le résultat de cette sublimation (si l'individu y arrive) est artificiel, dans ce cas on pourrait dire "forcé". Le porteur a donc des dispositions qu'en temps normal ne lui permettent pas
d'atteindre la hauteur voulue, celle innée chez d'autres. Ce surpassement de soi par ces substances étant donné l'impact nocif sur la santé, mentale entre-autre, est il nécessaire?


 


Pasteur disait que le hasard ne sert que les gens avertis, pas les autres. Je crois que l'on pourrait remplacé hasard par drogue.

N.L. Taram 13/10/2012 13:18



En attendant ton éventuel commentaire, je viens de regarder deux "Tex Avery", le loup en Adolph Hitler et le loup et la chanteuse... quel régal, je suis plié de rire.


Bon, je vais dormir...



Pierre Carabasse 13/10/2012 12:47


Et merci Claude de me rappeler Tex Avery que j'adore. Je dois avoir presque tous ces dessins animés dans ma vidéothèque. Cela fera l'objet d'un prochain article sur ce sujet.

SAINT ETIENNE Claude 13/10/2012 12:22


Bonjour Taram, les narguilés d'opium et les perfs à la cocaïne ne sont
pas une nouveauté, voir Cocteau et bien d'autres à cette époque. L'alcool également. Mais il existe aussi des artistes digne de ce nom qui n'ont pas besoin de ça. La liste de leurs oeuvres se
trouve dans nos livres d'histoire. Pour avoir entendu plusieurs interview de ces dessinateurs, entre autre Tex Avery, ils me sont apparus au contraire comme des gens sains. Je crois qu'en
équipe quant on aborde le délire quel qu'il soit, il y en a toujours un pour déjanter plus que les autres, les résultats sont à la hauteur des individus, dans ce cas avec ces individus là, c'est
sublime. Merci pour les extraits et bon WE à tous

N.L. Taram 13/10/2012 12:37



Bonjour Claude,


entièrement d'accord avec toi, c'est sublime et c'est mon Walt Disney préféré. Mon clin d'oeil à la "fumette" était de l'humour.... quoique ?


Ce qui m'avait le plus surpris quand j'ai revu ce film beaucoup plus tard, c'est les dessins qu'on retrouvait à partir de 1966 dans le mouvement psychédélique.


Quel talent, les danseuses hippopotames en tutu fallait le faire... et être génial pour ne pas sombrer dans le ridicule.