HEIURA LES VERTS

Publié le par N.L. Taram

Heiura les Verts

 

Le nécessaire rappel du rôle du député

 

Le maigre bilan de nos députés sortants nous oblige à rappeler le rôle d’un député. Un député ne peut pas agir sur les compétences de la commune. Un député ne peut pas non plus agir sur les compétences territoriales (économie, emploi, fiscalité, …). Les députés que vous allez choisir devront porter une vision du Pays et faciliter des relations apaisées avec l’Etat. Loin du clivage autonomiste-indépendantiste, faire le choix d’un député écologiste, se rassembler car l’écologie est l’affaire de tout citoyen. Ainsi nous souhaitons vous réconcilier avec la politique par une attitude responsable de nos élus et par des engagements forts.

 

Réformer nos institutions

 

Nous nous engageons à proposer…

- La fin du cumul des mandats

- La limitation du nombre de mandats successifs

- La suppression des communes associées afin de réduire le nombre d’élus et permettre des élections à la proportionnelle dans de nombreuses communes de Polynésie (Bora Bora, Huahine, Tahaa, Tumaraa, Tapuapuatea, Hitiaa O Te Ra, Teva I Uta…)

- L’introduction dans la loi organique de la référence au principe du Développement Durable

- La révision du Code Général des Collectivités Territoriales afin d’assouplir la situation des communes et donc des administrés.

 

Maîtriser pleinement nos ressources naturelles

 

Le Pacifique est aujourd’hui convoité par de grandes compagnies minières qui espèrent pouvoir trouver et exploiter des minerais dont la valeur marchande est assez élevée (cobalt, uranium…) La Polynésie n’échappe pas à cette spéculation… mais l’Etat, a établi des règles qui lui permettent de profiter de NOS ressources… simplement en les décrétant stratégiques. A l’Assemblée Nationale, nous défendrons le droit des polynésiens à tirer profit de leurs ressources sans que celles-ci soient susceptibles d’être spoliées.

Egalement nous défendrons au niveau national l’Accès aux Partages des Avantages qui rend tous les polynésiens véritablement propriétaires de leurs savoirs ancestraux, qu’il s’agisse de savoirs artisanaux, médicaux, de nos ressources biologiques ou génétiques.

 

Offrir un avenir à nos jeunes

 

Nous nous engageons à proposer…

- La reconnaissance des diplômes obtenus par nos enfants dans les universités de la région pacifique

- La compétence pleine et entière dans la formation de nos enseignants du primaire

- Des partenariats plus développés de formation avec les écoles et universités françaises

- L’admission de stagiaires au sein des grandes entreprises publiques nationales afin d’améliorer la formation de nos jeunes diplômés.

 

Protéger durablement

 

La Polynésie française est aujourd’hui le Territoire d’Outre Mer le plus vulnérable au changement climatique. La France a une responsabilité vis-à-vis des citoyens que nous sommes et elle doit nous accompagner dans les réformes nécessaires qui devront être prises. Comme députés, nous aurons à cœur de rappeler le devoir de la nation à notre égard. Ainsi, nous nous efforcerons à ce que l’Etat nous accompagne dans notre mutation énergétique, et dans la bonne utilisation de nos ressources naturelles.

 

Apaiser nos relations avec l’Etat

 

Nous nous engageons à proposer…

- La réhabilitation de Pouvanaa A Oopa

- L’ouverture des archives relatives au nucléaire

- La nécessaire révision de la loi Morin

- La mise en application du Tribunal Foncier

- Le rétablissement du dialogue avec l’Etat pour son effort de solidarité au sein du régime de solidarité de la Caisse de Prévoyance Sociale.

 

Réussir demain, c’est agir maintenant !

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

karl reguron 01/06/2012 19:32


Bonjour Taram,


C'est vrai notre blog est un peu a la traine, nous avons depuis Facebook plus moderne et interactif.@+

karl reguron 31/05/2012 22:15


Bonjour Sylvie,


Sur ces questions il y du boulot c claire il sagit néanmoins de problematiques qui concernent nos elus locaux, c'est pas le député qui va regler le manque d'efficacité de certains conseiller de
Polynesie.
@+ 

N.L. Taram 31/05/2012 22:31



Bonjour Karl et merci pour ta réponse que je fais suivre à Sylvie (malheureusement elle ne peut pas accéder à internet en ce moment).


Je te signale quand même que je suis un peu déçu par le site de Heiura Les Verts, le dernier article date de février 2011.


Tu peux te renseigner à mon sujet auprès de Guy Jacquet, nous avons eu l'occasion de cheminer parfois ensemble...



SAINT ETIENNE Claude 16/05/2012 14:08


Bonjour Taram,


J'ai changé mon fusil d'épaule, pour le métier moi je préfère un honnête homme candide et ambitieux pour sa nouvelle fonction, ainsi, un vicieux mettra
un certain temps à se faire des complices(toujours ça de gagner), de plus il sera surveiller par les autres. Dans le cas de postes successifs, le vicieux sais avec qui il peut compter et qui il
lui faut évincé, comment travailler moins pour profiter plus.


Après la justice en faisant bien attention, ça traine ça traine et puis rien n'est vraiment décidé vous en savez quelque chose vous en
Polynésie.


Pour les communes associées c'est très vieux en métropole, quand je suis arrivé ici en 94, 11 communes étaient déjà associées depuis près d'une dizaine
d'années. Pas besoin d'aller en montagne et avec le temps.... Ici aussi nous avons plusieurs dizaines de nababs aux pouvoirs et prérogatives d'un petit président de la république.

N.L. Taram 16/05/2012 20:22



Bonjour Claude,


Chez nous, certains jeunes, débutants en politique, ont été très rapides pour apprendre les combines. Ils ne sont donc pas incompétents sur tous les sujets.


Pour la justice, nous avons connu (toi et moi) une justice plus rapide et plus... expéditive. Mais cette période n'a pas été appréciée par les Historiens


Pour les communes associées, loi Marcellin de 1971, il y en a 710 en métropole. En Polynésie, il y a 98 communes associées. Si cela ce justifie pour l'archipel des Tuamotu et certaines îles,
je ne vois pas l'intérêt pour Tahiti, Tahaa, Huahine, Moorea (sauf Maiao), Bora Bora, Raiatea, Rurutu, Rimatara, Raivavae, Tubuai. 


http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=poplegalescom&page=recensement/poplegalescom/popcompolynesie.htm



Sylvie Anne 16/05/2012 12:36


Ils disent quoi sur la pêche (la contrebande) de la tortue, les verts écolo du fenua ?, la disparition des burgos et des sept  doigts ? la pollution de Papeete, les plages sans pavillon bleu
à Bora Bora  l'île aux mille épaves...... de voitures pourries !!! 

N.L. Taram 16/05/2012 20:26



Bonjour Sylvie-Anne,


Je transmettrai tes questions... Mais il n'y a aucun lien, ni adresse de contact sur leur profession de foi. Je vais voir sur Facebook...



SAINT ETIENNE Claude 16/05/2012 09:11


- La fin du cumul des mandats


- La limitation du nombre de mandats successifs


- La suppression des communes associées 


 


Bonjour Taram, voilà ou le bât blesse alors que notre nouveau président s'engage à plus de
décentralisation...

N.L. Taram 16/05/2012 10:02



Bonjour Claude,


- Pour la fin du cumul des mandats, je suis plutôt favorable (cela dépends de quel mandat). Par exemple dans les petites îles souvent le maire de plusieurs îles est aussi représentant à
l'assemblée, ce qui fait de lui un petit seigneur. Dans les Tuamotu-Gambier un représentant peut-être élu avec 650 voix....


- Pour la limitation du nombre de mandats successifs, je suis plus réticent. Ce "métier" ne s'apprend pas sur le banc des écoles et une ancienneté est souvent nécessaire à certain mandat (les
abus étant sanctionnés par la cour des comptes).


- Concernant les communes associées, c'est un scandale. En France il n'y a que quelques communes de montagne isolées en hiver. Ici, c'est valable pour plusieurs petites îles isolées. A Hitiaa O
Te Ra, où j'habite, longueur côtière d'environ 30km, 8.683 habitants, il y a 4 communes associées... C'est à dire que celle qui a le maire principal, a tout le fric ; les maires associés
n'ont que les registres de naissance, mariage et décés. Chaque commune associée ne dépassant pas les 3.000 habitants, l'élection se fait par liste majoritaire. Il n'y a donc aucune représentation
de la minorité. Absurde ! sur une distance de 30 km se trouvant entre 15 et 45 km de la capitale Papeete...


Drôle, une décentralisation sans pouvoir et sans financement.


-