JEAN-PAUL MARAT (3)

Publié le par N.L. Taram

Jean-Paul Marat, les Chaînes de l'esclavage

Sottise des peuples

 

 

Le lien >>>>   link

http://books.google.fr/books?id=zOcTAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=jean+paul+marat&hl=fr&ei=_AkpTbCFMJLAsAOG7pW2CA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CC4Q6AEwAA#v=onepage&q&f=false

 

Chaines de l'esclavageSottise des peuples

(pages 259 à 261)

 

……….

Laissons-là les louanges prodiguées, aux Alexandre, aux César, aux Charles-Quint ; & parmi cent d'autres exemples que fournit Histoire, bornons-nous à celui de Louis XIV, ce comédien magnifique, que tant de courtisans, tant de poètes , tant de rhéteurs , tant d'histrions , ont bassement prôné ; que tant de fats ont stupidement admiré, cc dont la mémoire , flétrie par les vrais sages , doit être en horreur à tout homme de bien.

Un bon prince doit toujours se proposer le bonheur des peuples : mais qu’on examine la conduite de ce monarque. Durant le long cours de son règne, il ne s'étudia jamais qu'à chercher ce qu’il pourrait entreprendre pour sa gloire : tous ses désirs tous ses discours, toutes ses actions ne tendirent qu’à faire parler de lui : déplorable manie à laquelle le royaume fut sans cesse sacrifié !

Au lieu d'administrer avec sagesse les revenus publics , il les prodiguait à ses créatures , à ses favoris, à ses maîtresses, à ses valets; il les utilisait en bals, en spectacles , en tournois , en fêtes, il les consommait à faire des jeux d'eau, a bâtir des palais , à transformer des montagnes, à forcer la nature : au lieu de laisser ses sujets jouir en paix du fruit de leurs travaux , il immolait au vain titre de conquérant leur repos, leur bien-être, leur vie même ; & tandis qu’il disputait à l’ennemi de nouveaux lauriers, il les faisait périr de faim au milieu de ses victoires (1).

Que dis-je ? Pour satisfaire ces caprices, son fol orgueil, ses besoins toujours renaissants ; il ne se contenta pas d'épuiser le produit des années passées, il ruina l’espérance des années à venir, il greva l’état (2).Assassinat Marat

Voyez-le enivré de la gloriole de commander; faire tout plier sous son bras, renverser tout ce qui s'opposait à ses volontés, &, pour montrer jusqu'où allait son pouvoir, porter la tyrannie jusques dans les cœurs, armer une brutale (3) soldatesque contre une partie de ses sujets, & livrer à mille rigueurs quiconque d'entres eux refusait de trahir le devoir.

Il érigea en faveur du public quelques monuments d’ostentation, jusqu'ici tant célébrés : mais qu'on y réfléchisse un peu ; s'il eût laissé à son peuple les sommes immenses qu'ils ont coûtés, elles auraient bien autrement contribué au bonheur de l'état. Pour quelques soldats impotents nourris aux invalides, une multitude de laboureurs n'aurait pas été réduite à la mendicité. Avec l'argent qu'il leur a enlevé, ils auraient cultivé leurs champs, amélioré leur patrimoine, assuré leur subsistance, & leur malheureuse postérité ne languirait pas aujourd'hui dans l'indigence.

Pour quelques oisifs qui vont tuer le temps dans les vastes jardins de ses palais, une multitude innombrable d'ouvriers utiles n'aurait pas été réduite à de méchantes chaumières, exposée à la rigueur des saisons ; & combien de milliers de manœuvres n'auraient point péri sous des ruines ou dans des marais (4) !

II a encouragé le commerce, les arts, les lettres ; mais que font ces frivoles avantages comparés aux maux qu'il a causés ? Que font-ils, comparés aux flots de sang qu'a fait couler sa folle ambition, à la misère où son orgueil a réduit ses peuples, aux souffrances de cette foule d'infortunés qu’il a livrée aux horreurs de la famine ? Que sont-ils, comparés aux malheurs qu'entraîne la manie d'avoir toujours sur pied des armées formidables de satellites ? Manie dont il donna l'exemple; manie qui a saisi tous les états, & qui causera enfin la ruine de l'Europe entière.

…..

  JPM 1bis

(1) En 1664, il y eut famine dans tout le royaume.

(2) A sa mort, les dettes qu'il laissa à la couronne montaient à 4.500.000.000 liv. de notre monnaie. Il dépensa pendant son règne 18.000.000.000 liv. ; ce qui fait à peu près 380.000.000 annuellement, tandis que les revenus de l’état sous Colbcrt n'allaient qu'à 117.000.000, l'excédant fut fourni en fonds d’amortissement, en papier de crédit sans valeur, en emprunts onéreux, en vente de charges de magistrature, d'emplois, de dignités, et en mille autres spéculations d'industrie.

(3) La dragonnade.

(4) Plus de dix mille manœuvres périrent dans les marais de Versailles.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 11/01/2011 06:47



Il est certain que le flamboyant de la renaissance, esthétiquement parlant, à de la gueule en comparaison de ceux auxquels nous pensons.
Versailles pêche un peu de l'extérieur mais c'est un ensemble, grille, jardins, plans d'eau, intérieurs et ameublement. Que dire de la galerie des glaces sinon qu'elle est connue de
tous et certainement du monde entier. Le style de son père Louis XIII, n'était pas mieux et Fontainebleau construit pas son grand père Henri IV, n'est pas joli de l'extérieur non plus, mais
l'intérieur des appartements de Catherine de Médicis, situés à l'étage, surtout sa bibliothèque, est l'une des pures merveilles de notre patrimoine.


Je crois qu'aucun gouvernement, qu'il fut royaliste, impérial ou républicain, n'a jamais et ne laissera jamais de finances positives. On a trop tendance
à faire des comparaisons avec un budget familial ou une comptabilité d'entreprise qui elle, doit être au centime près. Hors, à ma grande surprise tous les budgets annuels de l'état sont toujours
bouclés en dépassement des rentrées espérées, et ce, depuis la nuit des temps. Faute de faire de la politique et de m'écarter du sujet, je dirai, encore maintenant.


Pour en revenir à louis le soleil et ses successeurs, malgré se trou titanesque laissé par leur ainé, ils ont eu, eux aussi, de quoi faire tourner la
machine et selon les mêmes principes. N'oublions pas que louis XVI a pu se financer une marine de A à Z, financer également, non seulement la guerre contre l'Angleterre, mais aussi dans le
même temps, soutenir les insurgés Américains....


Peut être bien plus tard, sous De Gaulle, les balances comptables étaient elles positives?



N.L. Taram 11/01/2011 07:02



Bonjour Claude,


Tu es matinal aujourd'hui !


En effet, je crois qu'il faut plaindre le pauvre peuple et pas trop se plaindre en ce qui nous concerne... nos ancêtres ont vu pire.


Je suis en ce moment en plein bilan de sociétés et parallélement j'étudie le projet de budget 2011 de notre gouvernement local.... beurk !!!



SAINT ETIENNE Claude 10/01/2011 11:58



Désolé, l'histoire est un déroulement du passé qui doit servir non seulement la génération présente mais aussi celles à venir. C'est une
fresque ou tous les participants doivent y être chronologiquement répertoriés. Bons ou mauvais. En soustraire quelques uns?


Au nom de quel critère ou censure doit t-on pratiquer cette éradication? Pour satisfaire qu'elle idéologie naissante? La politique de qui? La morale de
qui? Le bon sens de qui?  La religion de qui? Les intérêts personnels de qui?


Taram, as tu fumé une mauvaise cigarette pour prendre à la lettre les écrits de ce sanguinaire doublé d'une démagogie débordante.


Certes ce roi n'a pas été parfait et loin de là. Ce n'est quand même pas de sa faute si précisément sous son règne, un mouvement climatique
polaire traverse la France et stagne dessus pendant plusieurs décennies. Une année, la seine a été gelée jusqu'en son fondement de novembre à juillet, comment dans ces conditions avoir des
récoltes assurant la nourriture pour tous?  Combien d'hommes, de femmes et d'enfants de ce peuple de France, dans ces masures non chauffées a t-il survécu à ces froids
polaires? Les armées étaient constituées de volontaires et de mercenaires étrangers, la baisse démographique d'un million et demi de personnes, sous son règne, est essentiellement due non pas aux
guerres, mais aux passages des maladies, choléra et peste réunies, ainsi qu'à cet épisode de froid appelé "petit âge glaciaire". En un seul hiver, 200 000 personnes trouveront la mort rien
qu'à paris.


Outre la guerre, ses armées, sa marine puissante, Louis XIX c'est aussi le siècle des arts, des lettres, d'une nouvelle architecture, de la cuisine,
d'une prise de conscience de la gestion des forêts, etc... Tout n'a pas été mauvais sous son règne la preuve, tous les grands hommes dont nous sommes si fiers aujourd'hui, appartiennent à son
siècle. Si la France est tant visitée c'est pour beaucoup, grâce à lui. Il n'y a pas que Versailles Taram, tu connais quand même le canal du midi et les nombreux ports et places fortes qui du
nord au sud, font le charme de notre pays.



N.L. Taram 10/01/2011 21:20



Bonjour Claude,


c'est en effet déplorable qu'un gouvernement politique quelquonque puisse censurer l'Histoire. Mais je crois que c'est pas nouveau....


Pour notre "roi soleil", c'est vrai que pendant son long régne il y a eu des périodes climatiques difficiles ainsi que de nombreuses guerres (comme d'habitude), toutefois cela ne l'a pas empêché
de dépenser des fortunes et de ruiner la France. Quant au palais de Versailles, je dirai que "tout les goûts sont dans la nature"... même le mauvais goût !



Christian Penilla y Perella 09/01/2011 21:53



Taram


 


Ce texte est totalement d'actualité, c'est horrible.


Rien ne change sous le soleil.


Que ce soit petit "pays ....? " ou grand pays , c'est quif quif.


C'est le même cinéma. Avec les même acteurs et avec le même public heureux d'être amusé à ses frais et à sa sueur.


Et ils en redemandent.


Amen


Ils sont maso ! !



N.L. Taram 09/01/2011 22:07



Bonjour Christian,


Mes extraits ne sont pas choisis au hasard...



Sylvie Anne 09/01/2011 11:20



Merci pour cette piqure de rappel. deux questions cependant :Pourquoi ce roi est il, toujours dans les manuels scolaires de nos écoliers comme "le bon roi soleil" ? Pourquoi l'Education Nationale
ne révise jamais ses livres d'histoire ?


 A l'école on apprend pas l'histoire mais des légendes.  



N.L. Taram 09/01/2011 22:04



Bonjour Sylvie-Anne,


Il me semble que les livres d'histoire parlaient du "roi soleil" mais n'employaient l'adjectif "bon". Quand, nous avons visité la France en 1981, nous avons apprécié Pau, Chenonceau, Amboise,...
mais, personnellement je n'ai pas aimé Versailles (voire détesté) : d'abord l'architecture (une caserne), ensuite je ne pouvais pas arrêter de penser qu'il avait ruiné les français avec son HLM
de luxe...


Quant à l'éducation nationale, Jean-Paul Marat est le mal-aimé des 4 Jules (Ferry, Favre, Simon, Michelet) qui ont oeuvré pour l'Histoire officielle...


En ce moment, l'éducation nationale révise l'histoire de France, mais à priori pas en bien : disparition de Clovis, Jeanne d'Arc et Louis XIV, ainsi que 48 heures pour les croisades, la
renaissance et Napoléon.