JEANNE D’ARC, mythe ou réalité ? (5)

Publié le par N.L. Taram

Jeanne d'Arc

(suite) 

bhbv jeanne d arcOù la virginité devient un enjeu majeur

 

Les envoyés de Dieu ne peuvent être que purs. Si ce n'était pas le cas, cela reviendrait à dire que cette fille a eu commerce avec le diable et qu'elle est, elle-même, sorcière. D'où l'importance de pratiquer rapidement à ces vérifications pour que la nouvelle, destinée à se répandre dans tout le royaume, comporte déjà les résultats de l'enquête et soit, de fait, inattaquable.

L’interrogatoire se déroule à Poitiers. Jeanne s'y prête à merveille, son rang, son éducation, sa pureté l'aident beaucoup, elle ne cache rien de sa vie, de toute façon ses juges sont tenus par le secret et le dossier sera mis en lieu sûr.

Pour l'examen de sa virginité, c'est la reine Yolande qui s'en charge en personne.

 vitrail-jeanne-d-arc-cervieres

Résultat

 

Jeanne est bien une envoyée de dieu.

« Elle a toute légitimité pour mener à bien sa mission céleste de faire reconnaître par le sacrement à Reims le véritable roi, Charles VII ».

Cette arme convaincante est d'emblée admise par les peuples très croyants de l'époque. Elle devient du même coup la « libératrice, bienfaitrice guidée par la main de Dieu ».

 

Libération d'Orléans

 orleans

Jeanne OrléansLe 7 Mai, présente à Orléans, Jeanne fait la sieste au moment où les Orléanais vont attaquer les Anglais, elle s'arme à la hâte et oublie son étendard, Louis Lecoute, son écuyer, lui passe par la fenêtre. Elle va à l'assaut et se trouve blessée au dessus du sein gauche. Orléans est une ville très bien défendue contrairement à ce que l'on nous dit, près de 10 000 soldats bien nourris défendent cette ville qui n'est pas close, on entre et sort à volonté. Les Anglais ne sont que 4 à 5000 dispersés dans des bastilles aux alentours. Le rapport de force est quand même en faveur des Français, mais jusqu'alors ils étaient las de cette guerre, moins combatifs que les Anglais qui eux avaient un territoire à prendre pour leur roi bien réel. Entrée Orléans

Lors de ce combat, galvanisés par la présence de Jeanne et de son armure blanche, couleur des dieux, encouragés par les paroles du porte étendard divin, ils sont gagnés d'une telle hargne que les Anglais se trouvent pétrifiés de peur devant celle qu'on leur a présentée comme une sorcière, pensant combattre l'armée du diable, ils n'ont fait que contenir l'ennemi.

C'est ainsi que le lendemain 8 Mai, l’armée Anglaise en ordre de marche, tourne les talons, abandonnant cette ville à jamais.

A partir de ce moment, sur tout le territoire Français, l'ensemble des soldats Anglais pense combattre le diable, ces soldats n'auront plus qu'une idée en tête, rentrer au pays. Ils ont perdu leur motivation. Cet instrument psychologique qu'est Jeanne, leur vrille l'esprit, plus les chefs essayent de convaincre leurs troupes que Jeanne est une sorcière, moins celles-ci veulent la combattre, rien qu'à l'idée de se trouver en sa présence ils désertent et se sauvent par centaines, voire par milliers, tellement ils ont peur. Après le bûcher il faut les rappeler, mais eux, ne veulent plus combattre.

 

Le sacre de Reims

 Sacre Charles VII

En recevant l'onction divine,  à Reims, de prétendant au trône de France, Charles se trouve hissé au rang de roi légitime. Un coup de pouce du sort qui arrangera bien ses affaires. Les autorités religieuses jusqu'alors divisées se fédéreront autour du jeune roi. Le peuple également.

Maintenant la présence des Anglais ne sert plus à rien, Dieu a choisi, qu'ils quittent la France au plus vite, tel est le souhait de tout le monde.

 

à suivre... 

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian Penilla y Perella 23/08/2010 21:17



 


La réalité est plus belle que la fiction .



SAINT ETIENNE Claude 23/08/2010 14:07



Pas de fausse modestie, s'il est vrai que l'on est content de se faire brossé un peu, il faut tout de même relativisé les choses et avant d'aller
trop loin il faut que vous sachiez que je révèle ce que d'autres ont fait avant moi. Cet exposé résulte de leurs travaux de recherches, merveilleusement illustré par Taram. Le sujet est
prenant car il sort des sentiers battus. Merci à vous, mais pas érudit encore moins philosophe, simplement épris d'histoire et de communication. Tout comme vous.



sylvie-anne 23/08/2010 10:11



C'est chapeau bas pour un érudit et un fin philosophe comme Claude Saint-Etienne.


Merci à toi de lui laisser tribune dans ton super blog. Tant pis si ses chevilles enflent, mais il mérite sans aucun doute possible ces hommages appuyés.


 



sylvie-anne 23/08/2010 09:24



Quel roman feuilleton !  et dire que nous avons tous appris à l'école que Jeanne ne savait que garder les moutons !


Merci de nous rappeller qu'il y a l'Histoire et les histoires ! C'est nous les moutons !


La suite STP..... Merci



N.L. Taram 23/08/2010 09:59



Je crois qu'il faut féliciter Claude Saint Etienne qui a l'art de raconter ces histoires, avec des détails, des anecdotes, de l'humour, des petits secrets (vrais ?).... Cela me rappelle les
emissions "Alain Decaux raconte..." je restais scotché devant l'écran.


Excuses-moi Claude, je sais que ta modestie en prend un coup !