JEUX INTERDITS ♥

Publié le par N.L. Taram

Quelques classiques du cinéma français qui rappelleront des « souvenirs délicieux » à mes lecteurs et lectrices d’un certain âge (ou d’un âge certain).

Je compte faire quatre épisodes : 1-Insouciances et premiers émois, 2-Découvertes de l’adolescence, 3-L’âge des responsabilités, 4-L’âge de raison.

----------o----------

« LA GUERRE DES BOUTONS »

La Guerre des boutons est une comédie française d'Yves Robert sur son scénario en collaboration de François Boyer d'après le roman éponyme La Guerre des boutons de Louis Pergaud, publié en 1912, avec André Treton, Michel Isella, Martin Lartigue dans le rôle du Petit Gibus ainsi que Jean Richard et Michel Galabru. Ce film est sorti en 1962.

C'est la deuxième des cinq adaptations cinématographiques à ce jour du roman. Le film a obtenu le prix Jean-Vigo et la Victoire du Cinéma Français.

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Guerre_des_boutons_(film,_1962)

 

 

 

 

« JEUX INTERDITS »

Film de René Clément, 1952 avec Brigitte Fossey et Georges Poujouly. Primé à Cannes et à Venise en 1952, Oscar à Hollywood en 1953 est le film de plus populaire de Clément. La guerre vue par le regard, inconscient peut-être, mais pas innocent, de deux enfants, fait jauger sans tendresse un France rurale délibérément noircie. Musique joué à la guitare par son auteur (alors anonyme) Narciso Yepes ( *).

 

 

 

  

 


 

« LES QUATRE CENTS COUPS »

Film de François Truffaut, 1959 avec Jean-Pierre Léaud et Claire Maurier.

Truffaut avait conspué le cinéma en place, voici qu'il a l'audace de venir briguer les lauriers cannois avec íes Quatre Cents Coups (1959). Ce reproche d'«ôte-toi de là que je m'y mette», Truffaut le traîna comme un boulet, d'autant qu'après la relative nouveauté des Quatre Cents Coups et le ton résolument novateur de Tirez sur le pianiste (1960) le cinéaste se glisse dans le moule d'un cinéma traditionnel qu'il avait mis au pilori. Mais tout cela est peut-être le fait d'un malentendu, dans la mesure où Truffaut-critique défendait un cinéma résolument classique, celui de Renoir, de Guitry, de Hitchcock ou de Hawks; ce qu'il fustigeait, ce n'était pas la tradition mais la médiocrité. De plus, les Quatre Cents Coups se voulait un film proche à la fois du néoréalisme et d'un certain cinéma français des années 30, gourmand de silhouettes pittoresques, de dialogues colorés et de digressions dramaturgiques (*).

 

 


 

 


 

 

* Extraits du « Dictionnaire du Cinéma » Larousse

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 19/09/2011 18:42



Et moi en 63 (pour les 17). Année de tous les émois... Je comprends. Pour moi Michèle Morgan et ses beaux yeux, Jeanne Moreau l'envoutante, les incontournables BB et martine Carol, les belles
Milène de Monjot, Mireille d'Arc, Marlène Jobert, puis la sublime Michèle Mercier entre les mains de robert Haussen. Les étrangères Marilyn Monroe  et la bimbo  Raquel welch, les vamps
Marina Vlady, Sophia Loren, Nathalie Wood, Rita Moreno. Et bien sur toutes celles que j'ai oublié


J'ai visionné, pas tout parceque trop long, j'ai retrouvé l'excellent laurent Terzierff, très bon acteur, qui a l'opposé de Brialy ne tire pas sa réussite de sa belle gueule mais de son talent,
ne pas se méprendre Brialy a du talent mais sa gueule de jeune premier l'a beaucoup aidé, un petit plus non négligeable que l'autre devait compensé par autre chose.


Belle époque, pour moi l'ouverture à la vie puis le début des voyages sur les continents.



N.L. Taram 19/09/2011 21:38



Bonjour Claude,


En effet, pour le sujet et la période que je propose, le choix était immense et il y avait beaucoup de talents (Quai des brumes). Je me suis volontairement restreint à des films un peu oubliés,
sauf des cinéphiles ; ils sont d'un style nouveau à cette époque. Nous avions remarqué le talent de Laurent Terzieff, alors que Belmondo était passé inaperçu.



SAINT ETIENNE Claude 19/09/2011 09:48



Bonjour Taram, hier au ciné," la guerre des boutons", certes pas un collector, mais qu'elle rigolade. Vu avec des yeux de 66 ans d'âge c'est pas la même chose qu'avec ceux de 16. Une réussite que
cette guerre des bouton, les moyens technique du cinéma ont évolués, son, éclairage, prises de vues....


Un bien beau film je te met des liens pour mieux avoir une idée de la réalisation revisitée...


www.youtube.com/watch?v=84nimN8KgCU


 


 









www.youtube.com/watch?v=CdeTRD-AaLs


 


 


www.youtube.com/watch?v=nTjiR2S8R9s




N.L. Taram 19/09/2011 10:17



Bonjour Claude,


Merci pour le lien, je vais aller voir cela...


J'ai toujours un faible pour Brigitte Fossey...


Aujourd'hui, grosse émotion pour moi en visionnant les extraits de mon nouvel article. Si tu regardes ces extraits, tu comprendras pourquoi... (j'avais 17 ans en 1958)



SAINT ETIENNE Claude 17/09/2011 17:29



J'étais chagriné par quelque chose, j'ai refait une relecture et oui... Surprise (à moins que je ne confonde) le tenancier du bistrot ou tout au moins le personnage qui sort sur le pas de porte
du bistrot avec petit gibus, est l'excellent acteur, trop tôt disparu  J-J Dufilho.


J'ai fait la vérif, c'est sur, quel jeu, un véritable mimétisme avec les personnages d'époque, ceux que j'ai connus, tous des braves types, beaucoup de boulot un petit réconfort au bistrot en
rentrant, ceux qui ne buvaient ordinairement pas, se trouvaient "émus" au moindre dépassement, d'où l'amusement des autres et les nombreuses rincettes quand ça prenait avec un novice de la
chose...


Ici pluie tropicale, pour l'eau parceque pour la chaleur c'est à refaire.


Bon samedi à tous



N.L. Taram 17/09/2011 21:22



Claude,


En effet, j'avais constaté que l'extrait de wikipedia que j'ai publié, ne citait pas Dufilho, toutefois j'ai respecté le texte et mis le lien. J'aimais beaucoup Dufilho qui me rappelait des
personnages rencontrés lors de mes vacances étant enfant...



SAINT ETIENNE Claude 17/09/2011 14:31



Bonjour Taram,


Le plein de travail de ces derniers jours m'a fait raté quelques épisodes...


"La guerre des boutons" 62, avec les enfants guerriers de Longeverne et Velrans à fait bien rire mes parents mais pas moi alors âgé de 16 ans. Peut être
pas le bon âge?


Le premier de 36 s'appelait la guerre des gosses, le second (le plus connu) est celui d'yves Robert (les extraits).


Alors maintenant pour les suivants, il y a une interrogation dans mon esprit?


Tu sais que je suis toujours fourré au cinéma, donc, depuis quelques temps je vois des différents extraits sur la guerre des boutons, un remake que
j'irai voir. Seulement maintenant j'ai un doute. Il semblerait qu'il y en ai deux?


Avec une répartie de petit gibus comme celles-ci je ne vais quand même pas raté









www.youtube.com/watch?v=_xkPmbeV9yI



- De qui François 1er était il le fils?


- De François zéro m'sieur


Puis


- Il nous ont traité de couilles molles...



- Oui!... Surtout toi.



 


Le 14 septembre serait sorti un film s'appelant "la guerre des boutons" 3ème film de la série avec Mathilde Seigner et Alain Chabat,  mais j'ai
aussi vu d'autres extraits sans me rendre compte qu'il s'agissait d'un autre film. Il semblerait en fait, qu'il s'agisse d'un nouveau film de Cristophe Barratier, film qui sortira
le 21 septembre et s'intitulera "la nouvelle guerre des boutons".


www.premiere.fr/.../VIDEO-La-nouvelle-guerre-des-boutons-bande-ann...



N.L. Taram 17/09/2011 21:18



Bonjour Claude,


On ne peut pas classer ces films parmi les chefs-d'oeuvre du cinéma ; Sur ce sujet, il y en a certainement de meilleurs. Mais ils sont représentatifs d'un style et surtout d'une époque.
Personnellement j'ai un faible pour "Jeux interdits". Merci, ne nous rappeler quelques dialogues qui ont fait le succès du film "La guerre des boutons".


Pour les épisodes suivants, je reste dans ce schéma. J'aurais peut-être dû classer ces articles dans la catégories "Nostalgies" plutôt que "Arts"...


Je remets tes liens pour pouvoir cliquer directement dessus :


www.youtube.com/watch?v=_xkPmbeV9yI
http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/EXCLU-La-Guerre-des-Boutons-que-vous-ne-verrez-jamais-2913922