L’état français et la justice

Publié le par N.L. Taram

« Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir. »

Jean de la Fontaine.

----------o----------

 Sigle AP

ASSEMBLEE DE LA

POLYNESIE FRANCAISE

Groupe Union Pour La Démocratie

(UPLD)                                                     

 

Papeete, le 18 mars 2011

 

 

Jean-Paul Barral : un honnête homme

 

Jean-Paul Barral, tous ceux qui ont croisé son chemin vous le diront, possède une rigueur intellectuelle et un sens de la droiture qui, pour nombre d’entre nous semblent d’un autre temps.

 

Après l’ère des PCA roulant en BMW de fonction à 20 millions, et déjeunant quotidiennement aux frais de l’OPT dans les meilleurs restaurants, il a inauguré celle de la transparence et de la salutaire rigueur.

 

Voici donc le véritable visage de Jean-Paul Barral ; celui d’un homme intègre, qui utilisait sa twingo personnelle, qui a limité ses émoluments à la limite règlementaire, qui a choqué les habitués des petits fours par ses cocktails au S.A.O et pâté Armor…

 

Celui aussi du seul PCA de l’OPT qui avait exigé et obtenu que soient affichés chaque jour tous les détails des dépenses relatives à sa Présidence, sur les sites internet de l’OPT.

 

La réalité s’impose comme une évidence: Jean-Paul Barral est un honnête homme, et tout le monde en Polynésie le sait !

 

Il faudrait plutôt s’intéresser aux mercenaires plumitifs qui, des années durant, dans les couloirs et les alcôves de l’OPT, ont joué du pistolet sans jamais signer eux-mêmes leurs crimes.

 

Groupe UPLD

 

----------o----------

 

Sigle Faa'aCommune de Faa’a

Direction Cabinet du Maire

Service Communication

PK 4 côté mer

BP 60 002

98702 Faa’a Centre - Tahiti

Téléphone : (689) 800 960

Télécopie : (689) 834 890

e-mail : sce.communication@mairiefaaa

 

N° : 23/2011-tm Faa’a, le vendredi 18 mars 2011

 

COMMUNIQUE

Faa’a soutient Jean-Paul Barral

 

Le Maire et son conseil municipal souhaitent apporter publiquement, un sincère soutien à Monsieur Jean-Paul Barral suite à sa mise en examen dans l’affaire du câble de Honotua.

 

Tout Faa’a connaît l’homme intègre, attaché à des principes et des valeurs d’intégrité qu’il n’a cessé de véhiculer et prouver par ses différentes actions et choix qu’il a eus à faire pour servir la commune, que cela soit en tant que Principal du Collège de Faa’a durant de longues années, en tant que conseiller municipal, en tant qu’adjoint au maire, en tant que directeur de cabinet ou en tant que conseiller spécial du Maire.

 

Toute personne qui a eu à occuper un poste à responsabilité sait que les décisions se prennent en partie sur la base d’une confiance totale envers ses collaborateurs ou conseillers techniques, qui sont les conducteurs de projets.

 

Dans cette affaire, la seule chose qu’on pourrait reprocher à Jean-Paul Barral, serait d’avoir accordé sa totale confiance à des conseillers techniques. Nous n’oublions pas que c’est grâce à lui que plusieurs affaires douteuses ont pu être dévoilées et que les agents de l’OPT ont pu retrouver une certaine dignité. Tout comme nous n’oublions pas que Jean-Paul Barral a toujours fait le nécessaire pour que la justice suive son cours.

 

Nous soutenons donc publiquement Jean-Paul Barral qui restera toujours à nos yeux, malgré cette affaire, l’homme intègre qui nous sert et servira d’exemple à toutes les générations futures et dénonçons la façon dont il est mis publiquement en avant par les médias, toujours à la recherche du sensationnel.

 

Pour le Maire,

Le premier Adjoint,

Désiré Tokoragi

 

----------o----------

 

Nouveau-sigle.jpgJACQUI DROLLET, AUDITIONNE PAR LA BRIGADE DE RECHERCHE, EST SORTI LIBRE…

 

Jacqui DROLLET n'a rien à se reprocher.

 

Par citation à témoin en date du 11 février 2011, dans le cadre d’une information ouverte contre X, monsieur Jacqui DROLLET s’est présenté à la section de recherches de la gendarmerie de Papeete le 17 mars 2011 à 09H00.

 

Pour les besoins de l’enquête, il a été placé en garde à vue, de laquelle il est sorti libre après 23H45 minutes, soit vendredi 18 mars dans la matinée.

 

La garde à vue de près de 24 heures a permis à monsieur Jacqui DROLLET de répondre à toutes les questions qui lui ont été posé par l’enquêteur en charge de son audition.

 

Contrairement à ce qui a été annoncé par la presse, aucune perquisition à sa connaissance n’a eu lieu, pas plus à son domicile qu’à son bureau à l’Assemblée de la Polynésie française.

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Penilla y Perella 20/03/2011 00:59



Taram


 


Curieuse justice qui est restée silencieuse tant d'années et qui à son éveil jette l'opprobe sur toute la classe politique et fait que le commun des citoyens puisse  penser: " Ils
sont tous pourris " alors que c'est archi faux. Sûr qu'ils sont trop nombreux mais il ne faut pas généraliser;


 


Dans le tas n'y a t il pas un homme trés connu par ses actions tout azimut en justice dont certaines plus que justifiées et qui se retrouve en accusé dans l'affaire OPT à tors ou à raison
.


Tout cela ressemble à ces coups de filet où poissons bon ou mauvais son ramassés sans discernement et où les rejetés à la mer en gardent des séquelles parfois
définitives. 


 


Alors que ceux qui clament " tous pourris " se regardent dans la glace par acquit de consciense. Combien de ceux là , l'occasion faisant le laron, ont " croqué ".



Christian Penilla y Perella 19/03/2011 21:11



Taram


 


Où est la vraie France ?


Celle des droits de l'homme ?


Celle de la démocratie?


Celle de la séparation de l'église et de l'Etat ?


 


Tout ce qui se passe en France et en Polynésie depuis des décennies et des décennies va  à l'encontre de tous ces grands principes.


Cette France qui était un modèle pour nous tous est méconnaissable. Elle était même un modèle pour le monde entier particulièrement à avoir su séparer la religion de l'Etat ce que trés
peu de pays au monde ont réussi à faire. Regardez l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, les Etats Unis et bien d'autres encore qui sont pourtant des démocraties dont les constitutions ont un
relent  religieux.


Cette séparation de l'Eglise et de l'Etat qui soumets toutes les religions aux même règles, qui leur permets chacune de vivre en toute indépendance , qui fait que la religion est du
domaine privé. Cette séparation qui est la garantie du respect des idées ou de la foi de chacun.


 


Où sont passées les neiges d'antant ?






Christian Penilla y Perella 19/03/2011 11:38



Taram


 


La garde à vue ?


C'est pour attendrir la viande. ! ! !


Ce n'est pas moi qui le dit mais le milieu qui emploie ce mot.



Pour faire craquer, le problème c'est que parfois les innocents craquent et disent n'importe quoi et les durs résistent.



N.L. Taram 19/03/2011 20:42



La France est-elle revenu à l'époque napoléonienne avec Joseph Fouché, ministre de la police ?


Si l'état français continue dans cette voie, ça va être un raz de marée (ou tsunami) indépendantiste aux prochaines territoriales.