L’état français exemplaire ?

Publié le par N.L. Taram

QUE LA FRANCE BALAIE CHEZ ELLE D’ABORD !

 

Le Monde du 17/12/2010 relate que Nicolas Sarkozy a haussé le ton à l'encontre de Laurent Gbagbo :


Laurent-Gbagbo-5-5"Ce qui se passe en Côte d'Ivoire est parfaitement inadmissible (...), des élections ont eu lieu, sous le contrôle des Nations unies, elles ont été validées par les Nations unies. Mieux, la totalité des Etats africains ont reconnu l'élection d'Alassane Ouattara", …
"C'est à lui [Laurent Gbagbo] de choisir quelle est l'image qu'il veut laisser dans l'Histoire. S'il veut laisser l'image d'un homme de paix, il est encore temps mais le temps presse et il doit partir, ou est-ce qu'il veut laisser l'image de quelqu'un qui a tiré sur des civils parfaitement innocents ? Et, dans ce cas-là, il y a des juridictions internationales et une cour pénale internationale » a déclaré M. Sarkozy.
"Il n'y a pas d'autre possibilité pour M. Gbagbo que de quitter à bref délai un pouvoir qu'il usurpe", estime Nicolas Sarkozy.

Faut-il rappeler à Nicolas SARKOZY la répression violente, sanglante et disproportionnée du Général de Gaulle dans la région de SETIF en Algérie en 1945, pour réprimer une manifestation nationaliste algérienne qui fit plus un millier de morts ?

Alors que peu d’européens ne dénoncent cette répression, peut-être parce que subjugués par la grandeur héroïque du Général qui avait lancé depuis Londres son appel à la résistance contre l’Allemagne de Hitler, son auteur dans ses propres mémoires masque ses propres actes sous la décision du Gouverneur de la Région à rétablir l’ordre suite à des émeutes syriennes !

Plus proche de nous géographiquement et dans le temps :

Faut-il rappeler à Nicolas SARKOZY les causes qui ont fait couler le sang en 1988 à Ouvéa ?Hiengène 1984

Souvenez-vous, en France en 1988, après deux ans de cohabitation, se prépare l’élection présidentielle qui voit s'affronter le Premier ministre Jacques Chirac et le Président de la République François Mitterrand.

A la même période en Nouvelle-Calédonie, la situation politique est particulièrement tendue. Le jury de la cour d’assise de Nouméa, exclusivement composé d'Européens prononce l'acquittement des 7 auteurs de l'embuscade menée en 1984 à Hienghène durant laquelle dix indépendantistes furent tués dont deux frères du leader indépendantiste Jean-Marie Tjibaou. Cette décision provoque à nouveau la colère des indépendantistes. Parallèlement, l'élection présidentielle coïncide avec les élections régionales qui instaurent un nouveau statut pour le territoire, le controversé statut Pons. Alors, le FLNKS, qui rassemble la majorité des mouvements indépendantistes, rejette le statut Pons et appelle à un « boycott actif » des élections. Résultat, de ces injustices, les kanaks à Ouvéa commettent l’irréparable.

Non M. SARKOZY les faits coloniaux de la France raisonnent encore dans la mémoire collective et les injonctions démocratiques que vous donnez à ce Pays africain manifeste la vanité de l’impérialisme de votre nation.

Vous, ressortiriez grandi, si vous vous intéressiez à l’expression de la démocratie dans la collectivité du Fenua Maohi en enjoignant GTS de démissionner, l’encore Président sans majorité.

Vous ressortiriez glorieux de l’impartialité si vous proposeriez pour le Fenua Maohi un retour aux urnes pour élire une gouvernance juste et expression de la représentation uniforme de son peuple.      

NHT

 

----------o----------

Quelques rappels historiques :

 

 

nouvelle-caledonie Hiengène 1984

Embuscade de Wan Yaat, mémorial, tribu de Tiedanite, environs de Hienghène

 

 

 

La tuerie de Hienghène, Pisani sur le fil par Michel Labro pour L'Express (14 décembre 1984)

Fils de Kanak, souviens-toi...

La stèle commémore l'embuscade de Wan Yaat du 5 décembre 1984. Dix Kanaks originaires de la tribu de Tiedanite dont deux frères Tjibaou, tombent dans une embuscade ; trois caldoches disparaissent le lendemain dans un incendie criminel à Bourail.

Les deux carcasses de camions avec leurs impacts de balles sont devenues un lieu de pèlerinage et de recueillement : bandeaux, morceaux d'étoffe et fleurs y sont régulièrement déposés.

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 21/12/2010 12:39



Personnellement pour replacer les choses dans leur contexte, je ne pense pas que le massacre soit a inputer à DE GAULLE mais plutôt au régime colonialiste sur place et en particulier au
représentant de l'état qui avait une certaine vue sur cette "rebellion" qui fera beaucoup plus de morts qu'un millier de personnes. Pour rester crédible une petite dizaine de milliers bien que
certains estiment à 17 voir 35 000



Christian Penilla y Perella 19/12/2010 22:41



Taram


Je conclue mon intervention en constatant que ce qui s'est passé en Polynésie est pécadille par rapport à ce qui s'est passé en Indochine , en Algérie ou à Kanaki. Encore que nous ne connaissons
pas le futur.


Encore que si vous faites parti des un pour cent pour vous c'est cent pour cent.! ! !


 



Christian Penilla y Perella 19/12/2010 22:32



Taram


 


Encore faudrait il un statut honnête qui n'est pas fabriqué sur mesure pour mettre en place un " bien pensant"  ou pour écarter un "dérangeant". Nous l'avons bien vu en 2004. Tout a
été essayé aprés l'échec du statut sur mesure "côtes Flosse " concocté par le gouvernement français.


Pouvana'a a Oopa avait bien raison: Les grand principes de la France , Diviser pour règner et la raison du plus fort est toujours la meilleure.


Rien ne change sous ce soleil alors les coups de menton et les déclarations fracassantes sont étouffés par le tintamare des batteries de casseroles.



Christian Penilla y Perella 19/12/2010 22:08



Taram


 


Vaste chantier si la France devait balayer devant sa porte . Rien que tout ce qui c'est passé dans notre  si petit pays qu'est la Polynésie il y aurait déja fort à faire.