La case de l'oncle Tom

Publié le par N.L. Taram

La case de l'oncle Tom
Le 10 mars 1852
La case de l'oncle Tom

 La revue américaine de Washington The National Era a publié La case de l'oncle Tom dès mai 1851. Le succès est tel que, ce jour, le roman est édité en deux volumes. L'auteur en est Harriet Beecher-Stowe, une ancienne institutrice qui, révolté par la loi de 1850 rendant obligatoire la dénonciation des esclaves fugitifs, décide de relater les atrocités commises contre les Noirs. Le tragique destin de l'oncle Tom, homme bon et pieux, illustre le sort cruel des esclaves. Tom est séparé de sa famille et vendu. Il se conduit en héros chez son second maître dont il sauve la fille de la noyade mais qui meurt avant d'avoir pu le renvoyer chez lui. Tom tombe alors entre les mains de Legree, sous les coups duquel il succombe pour ne pas avoir révélé le refuse de ses compagnons d'infortune.

Esclavage

Le martyre du vieil homme noir déterminera le fils de son premier maître à racheter la liberté de tous ses esclaves. Témoignage sensible et plaidoyer fervent, ce roman fut aux Etats-Unis, peu avant la guerre de Sécession, un puissant auxiliaire de la cause abolitionniste. Abraham Lincoln a salué en son auteur, Harriet Beecher-Stowe, " une petite femme qui a commencé une grande guerre ".

Le Sud boycotte l'ouvrage, la police se saisit des exemplaires en circulation. Mais Beecher-Stone compte partout des admirateurs, dont Dickens et Tolstoï ne sont pas les moins élogieux.




esclavage1

Commentaire chez amazon.fr :

Un livre qui a eu un impact formidable, 30 janvier 2010

Par 

Daniely "yéli" (France) - Voir tous mes commentaires

Ce livre décrit très bien, tout ce qu'ont pu vivre les noirs en Amérique du Nord
et permet de mieux comprendre l'importance extrême d' abolir l'esclavagisme.
Dommage que les évènements qui ont suivi, (Guerre de Sécession) ont produit tant de morts. On ne peut qu'affectionner le personnage principal du livre qui va passer par tant d'épreuves tout en étant très apprécié par ceux qui avaient compris que toutes les races sont égales.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 11/03/2010 11:22



Bonjour Taram, je vois que nous avons les mêmes poles d'intérêts.


 


Pour continuer mon poste de tout à l'heure voici un lien qui permettra à tous de visionner cette fameuse maison de DAKAR.



http://goree.ifrance.com/maisons/maisons.html


 



ainsi qu'une pensée de l'un de nos poêtes préférés.



 


« C’est un extrême malheur que d’ être assujetti à un maître, dont on
ne peut jamais être assuré qu’ il soit bon, puisqu’ il est toujours en
sa puissance d’être mauvais quand il voudra » (Etienne de La Boétie)



 


 Et quelques extraits glanés au hazard en parlant de l'escalvage sur le sol nord Africain


 


Faut-il oublier que les Arabes, nomades venant du Moyen Orient,  ont envahi
le Maghreb et converti de force, « béçif » (par l’épée), toutes ces populations. « Combattez vos ennemis dans la guerre entreprise pour la religion….Tuez vos ennemis partout où vous les trouverez
» (Coran, sourate II, 186-7). Ce motif religieux était élargi par celui de faire du butin, argent, pierreries, trésor, bétail, et aussi bétail humain, ramenant par
troupeaux des centaines de milliers d’esclaves berbères; ceci légitimé par le Coran comme récompense aux combattants de la guerre sainte (XLVIII, 19, 20) .Et après quelques siècles de
domination arabe islamique, il ne restait plus rien de l’ère punico romano berbère si riche, que des ruines (Abder-Rahman ibn Khaldoun el Hadram , Histoire des Berbères,T
I, 



Les Turcs ont développé la piraterie maritime, en utilisant leurs esclaves. Ces
pirates barbaresques arraisonnaient tous les navires de commerce en Méditerranée, permettant, outre le butin, un trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants. Dans l’Alger des
corsaires du XVI ème siècle, il y avait plus de 30.000 esclaves enchaînés pour combien d'autres?. D’où les tentatives de des-truction de ces bases depuis
Charles Quint (1500), puis les bombardements anglais, hollandais et même américain…..Les beys d’Alger et des autres villes se maintenaient par la ruse et la force, ainsi celui de Constantine,
destitué à notre venue, ayant avoué avoir fait trancher 12.000 têtes pendant son règne. 


Faut-il oublier que l’esclavage existait en Afrique depuis des lustres et
existe toujours. Les familles aisées musulmanes avaient toutes leurs esclaves africains. Les premiers esclavagistes, Monsieur le Président, étaient les négriers noirs eux-mêmes qui vendaient
leurs frères aux Musulmans du Moyen Orient, aux Indes et en Afrique (du Nord surtout), des siècles avant l’apparition de la triangulaire avec les Amériques et les Antilles, ce qui n’excuse en
rien cette dernière, même si les esclaves domestiques étaient souvent bien traités. 




Taram 11/03/2010 11:35


Ben, étant fan de blues traditionnels et vu mes engagements politiques, je ne pouvais passer au travers de l'intérêt pour ce sujet.


SAINT ETIENNE Claude 11/03/2010 07:54



Vaste programme que l'esclavage et ce depuis la nuit des temps, des dizaines de millions d'hommes, de femmes et même d'enfants blancs, jaunes, puis
noirs ou métis, victimes innocentes des guerres perdues ou simplement rafflés pour des besoins commerciaux ont grossit le lot de cet asservissement forçé. Mais chacun sait celà.


Un siècle après ce livre qui amena la prise de conscience, les violences engendrées par l'abolition de l'esclavage faisaient encore rage, âgé d'une
dizaine d'année je voyais à la télé les émeutes quasi permanentes dans les villes Américaines du sud ou après des simulacres accentuant ces horreurs, le Ku klux klan brulait les biens,
linchait ou pendait des noirs avec de toute évidence, l'assentiment de la police et des autorités. Il n'y a pas si longtemps, fin 2008,  de tels actes avaient encore lieu.
Une femme qui tentait de fuir un rite initiatique du Ku Klux Klan (KKK) a été tuée
par le responsable local. De nos jours encore, en Mauritanie mais aussi au Mali  cette pratique existe encore.....


A ma grande honte je n'ai pas lu "la case de l'oncle Tom" peut être parce que ce
livre n'était pas présent dans la bibliothèque de mon père, j'en doute. Ou tout simplement par fainéantise, depuis je me suis rattrapé pour la compréhension de l'esclavage et j'ai pu visité à
l'île de GORÉE la maison des esclaves....



Taram 11/03/2010 10:51


Bonjour Claude,
rassures-toi, moi non plus je n'ai pas lu ce livre, mais ayant passé la matinée pour pondre un article de politique et devant patienter quelques jours pour le publier, je me suis rabattu sur
cette eouvre car c'est le jour anniverssaire de sa parution. Mais je vais l'acheter, car je connais bien ce sujet, j'ai même quelques documents vidéos et photos sur le KKK.... très moche !