LA GRANDE BRADERIE (3)

Publié le par N.L. Taram

GTS liquidateur

J’avais écrit le 14 février 2010 :

Et voilà, le gouvernement Gaston Tong Sang continue à brader notre richesse !

Après la SETIL-Aéroport, c’est internet et la téléphonie sans fil qui fichent le camp.
A quand le Port Autonome ?
Pourquoi ces investisseurs privés et étrangers ne s’intéressent-ils pas à Air Tahiti Nui ou au Port de Pêche et ses SEM ?

LA GRANDE BRADERIE (2)

Eh bien, ça continue, maintenant c’est au tour de TNS. Que nous restera-t-il après le passage des « liquidateurs ».

La défense mais aussi le développement des services publics relèvent d'un choix de société qui place l'intérêt général et la souveraineté populaire au cœur des politiques publiques. Ainsi, la question du financement des services publics passe nécessairement par la réaffirmation du principe d'égalité entre tous les citoyens.

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

UPLD comm TNS

Communiqué

 

Entre la forme et le fond Teva Rohfritsch a fait son choix : seul l’emballage l’intéresse, pourvu qu’on parle de lui, ou mieux qu’il puisse parler de lui. Le corollaire de ce narcissisme est qu’il ne supporte aucune critique, et lorsqu’on essaye de « prévenir » plutôt que « guérir », il assène avec un sourire de premier de la classe un perturbant : « Pourquoi crier avant d’avoir mal ? »

 

Pourquoi ? Parce que diriger c’est prévoir …

 

On se souvient de l’empressement de l’encore Président Tong Sang à brader la gestion de l’aéroport de Faa’a à la multinationale EGIS. M. Rohfritsch dans une parfaite logique de cour, semble vouloir l’imiter et brader TNS à Canal Overseas. Qu’il confonde décision d’attente prise par l’ancienne équipe avec son inscription à la hussarde à l’ordre du jour du CA de l’OPT du vendredi 25 juin, ou qu’il s’étonne que le ministre ou le PCA de l’OPT ne participent pas à une réunion de techniciens… c’est puéril.

 

En revanche qu’il veuille maquiller sa décision de brader TNS à Canal Overseas en comédie « démocratique », alors qu’il ne veut pas distribuer le dossier d’étude au préalable indique que M. Rohfritsch, malgré sa jeunesse, incarne bien une école politique obsolète dont il est issu.

TNS

Annoncer comme il l’a fait que TNS ne saurait survivre et évoluer sans être bradée à Canal Overseas est une insulte au personnel de cette filiale de l’OPT. Vouloir ignorer l’appétit hégémonique de Canal Overseas, qu’expérimentent nos voisins Calédoniens aujourd’hui phagocytés relève au mieux du dilettantisme. En tout état de cause, sur un sujet de cette importance, M. Rohfritsch devrait se souvenir que l’Assemblée de Polynésie est représentative du peuple, et qu’à ce titre, elle devrait être informée et consultée, si possible avant la Presse, et Mme Kosciuzco-Morizet …

 

Jacqui Drollet

Publié dans Economie PF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


       Tout pays en difficulté est systématiquement pillé . On lui fait vendre ses bijoux de famille alors que ceux ci sont un capital guarranti . On les oblige
à privatiser tout ce qui rapporte et on leur laisse les ruines . Dans les dirigeants on trouve toujours des irresponsables fiers de participer à ces opérations de pillage .


        Le FMI est expert dans ce genre d'exercice . L'équipe venant de métropole raisonne de la même façon . Certes les conseils pour faire des économies sont
bien prodigués mais ils n'insisteront pas sachant qu'ils ne seront pas suivi . Cela laisse la place libre aux pilleurs .


        Voyez ce qui s'est toujours passé en Afrique et en Amérique du sud . Le FMI n'a fait qu'agraver la misère avec ses remèdes de chevaux et le
démantellement du public , démantellement et accaparement du meilleur par les multinationnales . Tout ce qui n'était pas rentable était conservé par les pouvoirs publics et ne pouvait qu'agraver
les finaces  , donc les charges , taxes et impôts payés par la population .


      Avec certains des zozos qui nous dirigent  nous en prenons allègrement le chemin .  
       



Répondre