LA GRANDE GUERRE

Publié le par N.L. Taram

(code recherche : LITPOE) (code recherche : DIADIV) (code recherche : POERIM)

1ère guerre mondiale

 

 

 

 
Pour voir ce fichier PPS en plein écran, cliquez sur IN en bas à droite ensuite sur les 2 petites flèches
Je remercie encore l'auteur de ce diaporama, F.Subra, pour ce remarquable travail. Certains lecteurs m'ont écrit pour me dire l'avoir transmis à leurs enfants ou petis-enfants.

 

 

Dormeur du val

 

Le dormeur du val

 

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

Arthur Rimbaud

Publié dans Histoire, Diaporama PPS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 10/11/2013 01:36


Poème de Guillaume Apollinaire en 1815, peut être un rêve
prémonitoire ou simplement la peur de ne pas revenir de cet enfer...

N.L. Taram 10/11/2013 01:41



Merci Claude,


j'aurai dû me douter que c'était d'Apollinaire.



SAINT ETIENNE Claude 09/11/2013 23:23


Bonjour Taram,


Si je mourais là-bas...

    Si je mourais là-bas sur le front de
l'armée
    Tu pleurerais un jour ô Lou ma
bien-aimée
    Et puis mon souvenir s'éteindrait comme
meurt
    Un obus éclatant sur le front de
l'armée
    Un bel obus semblable aux mimosas en
fleur

    Et puis ce souvenir éclaté dans
l'espace
    Couvrirait de mon sang le monde tout
entier
    La mer les monts les vals et l'étoile qui
passe
    Les soleils merveilleux mûrissant dans
l'espace
    Comme font les fruits d'or autour de
Baratier

    Souvenir oublié vivant dans toutes
choses
    Je rougirais le bout de tes jolis seins
roses
    Je rougirais ta bouche et tes cheveux
sanglants
    Tu ne vieillirais point toutes ces belles
choses
    Rajeuniraient toujours pour leurs destins
galants

    Le fatal giclement de mon sang sur le
monde
    Donnerait au soleil plus de vive
clarté
    Aux fleurs plus de couleur plus de vitesse à
l'onde
    Un amour inouï descendrait sur le
monde
    L'amant serait plus fort dans ton corps
écarté

    Lou si je meurs là-bas souvenir qu'on
oublie
    - Souviens-t'en quelquefois aux instants de
folie
    De jeunesse et d'amour et d'éclatante ardeur
-
    Mon sang c'est la fontaine ardente du
bonheur
    Et sois la plus heureuse étant la plus
jolie

    Ô mon unique amour et ma grande
folie

N.L. Taram 09/11/2013 23:30



Bonjour Claude,


merci pour ce poème. Peut-on en connaître l'auteur ou est-ce un soldat anonyme ?



Susie. 09/11/2013 22:43


Très bon choix , la musique des deux vidéos pour le " Jardin de Sylvie-Anne " , et je n'oublie pas de te suivre régulièrement .


Salutations de la Bretagne.      Susie.

N.L. Taram 09/11/2013 23:26



Bonjour Susie et merci de ta visite.


Je viens à l'instant de modifier le format de mes fichiers PPS.


Je voudrais publier de temps en temps des articles de Sylvie-Anne mais il me faudrait l'accord de ses enfants. Elle souhaitait me laisser le mot de passe de son blog pour continuer à le
faire "vivre" (ce mot me gène) au cas où.....


Amitiés