LA GRANDE ILLUSION

Publié le par N.L. Taram

La grande illusion

 

La Grande Illusion est un film français de Jean Renoir sorti en 1937. Ce film est considéré comme un chef d'œuvre du cinéma français et du cinéma mondial.

Réalisation.............. Jean Renoir

Scénario.................. Charles Spaak - Jean Renoir

Acteurs principaux  Jean Gabin - Pierre Fresnay - Erich von Stroheim - Marcel Dalio - Dita Parlo - Julien Carette

...............

 

En raison de l'esprit pacifiste, revendiqué par Jean Renoir, et de l'idée de fraternisation entre les peuples, ce film fut interdit en France et dans l'Europe occupée pendant la  Seconde Guerre mondiale

.....................

La Grande Illusion. (2013, septembre 7). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 01:45, octobre 7, 2013 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=La_Grande_Illusion&oldid=96485429.   

----------o---------- 

Synopsis

 

En 1916, deux aviateurs français sont détenus dans une forteresse allemande. Ils entretiennent des rapports très courtois avec l'officier commandant de la place. Malgré ce respect mutuel, la guerre leur imposera sa triste réalité. Ce film profondément humaniste était considéré par Goebbels comme étant l'ennemi cinématographique numéro un. Il fut classé en 1958 parmi les douze meilleurs films du monde.

 

http://www.premiere.fr/film/La-Grande-Illusion-287120 

 

----------o---------- 

Dossier pédagogique sur La grande illusion, Jean Renoir

 

Publié le dimanche 5 février 2012

http://pedagogie.ac-toulouse.fr/daac/spip.php?article299

 

Chef-d'œuvre du cinéma français et international, La Grande Illusion de Jean Renoir renaît grâce à la restauration numérique effectuée à partir du négatif nitrate original issu des collections de la Cinémathèque de Toulouse.

 

Un dispositif exceptionnel qui rend hommage au travail du réalisateur.

 
 Pour accompagner la sortie en salle de cette copie restaurée, un dossier pédagogique a été réalisé. >>>>

http://pedagogie.ac-toulouse.fr/daac/IMG/pdf/La_grande_illusion_dossier_pedagogique.pdf
 

Descriptions du produit

Amazon.fr

La Grande IIlusion est l'un des monuments du cinéma mondial, au même titre que Citizen Kane ou Metropolis. Riche, très riche même, le chef-d'œuvre de Renoir étudie les relations humaines à plusieurs échelles. D'abord à celle du monde, à travers un message pacifiste vibrant, d'autant plus courageux que le film a été réalisé en 1937. Puis à celle d'individus qui n'ont a priori rien en commun, mais que la guerre oblige à vivre ensemble et à s'entraider. Cependant la guerre ne transcende les relations sociales que dans une certaine mesure. L'aristocrate Boeldieu (Pierre Fresnay) se sent sans doute plus proche de son homologue allemand (Eric von Stroheim, martial à souhait) que de ses compagnons d'infortune, malgré l'estime qu'il porte à Maréchal (Jean Gabin). Rosenthal (Marcel Dalio) doit sa popularité dans la chambrée aux colis qu'il reçoit et partage avec ses camarades. Après la guerre, il redeviendra sans doute – on le perçoit dans la scène très violente l'opposant à Maréchal après leur évasion – ce qu'il n'a jamais cessé d'être aux yeux des autres : un riche juif avant tout. Humaniste et réaliste à la fois, cette œuvre lumineuse doit beaucoup à l'extraordinaire qualité de son interprétation : Gabin dans l'un de ses meilleurs rôles, Dalio éblouissant, Fresnay, incarnation de l'aristocatie ou encore le gouailleur Carette. Un film à voir et à revoir pour en découvrir les multiples facettes. --Michaël Cuq

Descriptions

En 1917, dans un camp en Allemagne, deux ennemis se lient d'amitié: l'officier allemand Von Rauffenstein qui dirige le camp et le capitaine de Boïeldieu, un de ses prisonniers. Mais la loyauté envers sa patrie conduira l'officier français à commettre un acte désespéré afin de sauver les siens...

Sans commentaire...

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

le vourch yvon 08/10/2013 05:44


Bonjour Pierre !


J'ai dû voir ce film 4 /5 fois,dont une fois en ciné club quand j'étais en seconde...


Il m'avais marqué .

N.L. Taram 08/10/2013 06:24



Bonjour Yvon,


oui, c'est un film qui ne laisse pas indifférent, comme je l'ai écrit, il m'a marqué profondément. Malheureusement, l'idée émise est utopique...



raclot jacques 07/10/2013 15:25


Bonjour Pierre


j'ai eu l'occasion de visiter le Chateau du Haut-Koenigsbourg en Alsace...Lieu  de trournage du Film .... tout simplement magnifique et grandiose ! à voir sur le net les nombreuses photos du
site qui est perché sur un pic rocheux.


 



N.L. Taram 07/10/2013 18:44



Bonjour Jacques,


je n'ai pas visité ces lieux, trop loin pour moi. Mais en effet, ce site est impressionnant et colle bien au sujet du film.






SAINT ETIENNE Claude 07/10/2013 10:02


Bonjour Pierre,


Je juge un film sur plusieurs critères de qualité et surtout en dehors du contexte,  justement pour ne pas me trouver sous son emprise émotionnelle qui interférerait sur mon jugement. Je
sais faire abstraction de cela sauf que quelquefois je me fait piéger et là quelques larmes me viennent. 

N.L. Taram 07/10/2013 10:28



Pour moi, justement, c'est l'inverse. Le film c'est comme un roman, les qualités techniques sont secondaires, ce qui explique peut-être que la plupart de mes films préférés sont en N&B. Bien
sur, les acteurs et le jeu des acteurs, le scénario, les dialogues... et des émotions qui ne sont pas celles causées par la technique et le bruitage. Je crois que le film qui m'a le plus
"touché", c'est "A l'est d'Eden" avec James Dean.


Je ne suis peut-être pas un "bon amateur de cinéma"...



SAINT ETIENNE Claude 07/10/2013 09:37


Peut être là au bon moment tout simplement. Ce film honorable quant à sa réalisation est formidable par le jeu des acteurs et ces acteurs sont simplement sublimes, il y a bien longtemps que nous
n'en avons eu de pareils.

N.L. Taram 07/10/2013 09:54



Bonjour Claude,


c'est vrai que ce film peut paraître tout juste honorable au vu de l'affiche. Je l'ai vu au même moment où je lisais "Voyage au bout de la nuit", vers 17 ou 18 ans, cela m'a marqué de
façon indélébile.


Ma citation de demain (pour moi) sera encore de Céline et extraite du "Voyage..."