LA LIBRE PENSEE

Publié le par N.L. Taram

Certaines informations de France qu'il m'arrive de lire de temps en temps, sont inquiétantes ; j'ai l'impression que la "Libre Pensée" est de moins en moins admise. Je ne présenterai pas d'exemple, il suffit de parcourir des sites comme Facebook où ce genre d'article se trouve par dizaines, sans parler des commentaires....
J'en profite pour ressortir mon premier article du 20 novembre 2010 sur le sujet de la libre pensée.
 
----------o----------

http://www.librepensee64.ouvaton.org/index.htm Logo_LP64.jpg

 

Ce site de la Libre Pensée a été supprimé, mais j'ai récupéré quelques textes intéressants avec l'autorisation de son administrateur.

 

"Je suis réfractaire à toute foi, que ce soit en Dieu, en un homme, une doctrine, un parti. Je n'adhère, en bon cartésien, qu'à ce qui me semble assuré, et préférablement par l'expérience." (Vercors, écrivain)

 

cage

 

Penser librement ?

 

    Qui n'est personnellement convaincu de penser librement ? - et pourtant, il est difficile de ne pas se conformer à une doctrine, de ne pas suivre aveuglément un meneur. Il est si commode de servir sans discuter, de mettre en veille son esprit critique, d'accepter une "Vérité" imposée autoritairement par un livre prétendu sacré, un leader soi-disant incontestable... Les libres penseurs revendiquent le droit au libre examen. La Libre Pensée exige que toute affirmation se présente avec ses preuves, qu'elle se propose à la discussion, qu'elle soit confrontée au contrôle des autres. La libre pensée est une pensée libérée - libérée du dogmatisme car penser librement, c'est appliquer une méthode : s'informer, confronter les opinions, user de sa raison en dépassant les préjugés, rejeter les dogmes, s'efforcer de rester lucide, l'esprit ouvert, prêt à accepter la révision de ses propres idées.

  

Jean Rostand"Cerveau humain : cette éponge toute prête à s'imbiber de tous les mensonges..." (Jean Rostand, biologiste)

 

  L'émancipation de la pensée passe nécessairement par le refus de tout dogme. Aucune "vérité" assénée autoritairement ne peut être acceptée car toute idée doit être soumise à la critique et sujette à évoluer avec l'extension des connaissances. Les diktats visent à figer la pensée, à paralyser la réflexion, à rendre les individus dociles et exploitables.

 

SCIENCEdarwin

 

     La croyance sert de refuge à l'ignorance. Malgré les manœuvres opportunistes des Églises qui prétendent aujourd'hui qu'il est possible de réconcilier science et religion, l'incompatibilité est complète entre un système de pensée religieux (qui refuse aux individus le libre examen en exigeant une adhésion immédiate au mythe) et la démarche scientifique qui entend ne juger que des faits et mener des expériences rationnellement contrôlées pour vérifier ses hypothèses, toujours réfutables et en constante évolution.

 

galilee     Le dogmatisme s'est toujours opposé à la pensée libre dans tous les domaines (morale, enseignement, art...) et systématiquement dans ce qui touchait à la connaissance. La science a particulièrement souffert de son divorce constant d'avec la pensée religieuse, d'ordre magique.

"Cela me paraît le propre de la pensée magique de vouloir tout expliquer. Une caractéristique de la pensée scientifique est de reconnaître les inconnues et les déficiences, de reposer sans cesse les questions sous des formes nouvelles, de rechercher toujours la possibilité d'une explication nouvelle." (François Jacob, biologiste)

 

ARMEE, EGLISE

 

Deux institutions antidémocratiques et oppressives :

 

egliarme

     - l'armée, dont la fonction première est de détruire, n'est pas une force de police utile à la société, mais une broyeuse de corps et d'esprits. Le rôle humanitaire qu'on tente de lui faire actuellement jouer (et qui représenterait, après tout, un certain progrès) n'est qu'un essai limité d'avancée vers plus de civilisation.

     - l'Église (toutes confessions confondues) dont la philosophie idéaliste est à l'origine d'oppressions bien matérielles ! Les Églises ont toujours convoité le pouvoir politique (pour la plus grande gloire de Dieu, le plus grand bien de nos âmes et... la bonne tenue de leurs finances, n'est-ce pas ?)

 

Bertrand Russell (1872-1970)

Prix Nobel de littérature en 1950, Président d'honneur de l'Union Mondiale des Libres Penseurs.

 

lprusPourquoi je ne suis pas chrétien (1927. Extrait)

 

     "L'idée de Dieu, avec tous les concepts qui en découlent, nous vient des antiques despotismes orientaux. C'est une idée absolument indigne d'hommes libres. La vue de gens qui, dans une église, s'avilissent en déclarant qu'ils sont de misérables pêcheurs et en tenant d'autres propos analogues, ce spectacle est tout à fait méprisable. Leur attitude n'est pas digne d'êtres qui se respectent. [...] Un monde humain nécessite le savoir, la bonté et le courage ; il ne nécessite nullement le culte et le regret des temps abolis, ni l'enchaînement de la libre intelligence à des paroles proférées il y a des siècles par des ignorants."

 

 

Publié dans LIBRE PENSÉE

Commenter cet article

JacquesAdi 01/11/2015 22:14

Pile poil Taram, comme pour appuyer mon analyse je viens de tomber sur cette info qui illustre bien l'ambiance actuelle :
"Un journaliste de France Télévisions a été licencié pour avoir osé critiquer l'avis officiel sur les changements climatiques.
Philippe Verdier, présentateur météo de France 2, a été interdit d'antenne depuis la sortie de son livre "Climat Investigation" paru il y a un mois aux Editions Ring. Dans cet ouvrage, qui a provoqué une vive polémique, le journaliste a présenté son avis sur le changement climatique. Avis qui tranche manifestement avec celui du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), organisme déterminant la position des autorités françaises en la matière.
Ce désaccord avec la ligne officielle a coûté à Philippe Verdier son poste dans le groupe public France Télévisions. Ce dernier reproche au journaliste d'utiliser sa fonction pour faire la publicité en faveur de son livre.
Dans une vidéo mise en ligne par l'ex-présentateur, il annonce son licenciement en ouvrant un courrier qu'il présente comme venant de son employeur. Le journaliste affirme vouloir ouvrir cette lettre avec les téléspectateurs, "au nom de la liberté d'expression et de la liberté de l'information".
Dans son ouvrage, Philippe Verdier se montre sceptique sur les résultats de la conférence organisée par l'Onu autour des changements climatiques. Il défend notamment "les très nombreuses conséquences heureuses et positives du réchauffement", pointe les "incertitudes des scientifiques" et parle de "scientifiques manipulés", "d'ONG mercantiles" et "de médias aveuglés".
Son licenciement est d'autant plus scandaleux qu'il s'est produit à l'approche de la COP21 qui doit se tenir à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015."
CQFD

N.L. Taram 01/11/2015 23:10

Merci pour les détails de l'article. J'avais vu le titre, mais je n'avais pas eu le courage de le lire tellement je suis lassé par ces atteintes de plus en plus nombreuses à la liberté d'expression, mais aussi à la liberté de pensée et surtout aux libertés individuelles. Après la lecture de ton commentaire, par curiosité j'ai tapé dans la fenêtre "Recherche" sur mon blog "libertés individuelles", 150 résultats. Que faire, c'est décourageant....

JacquesAdi 01/11/2015 20:28

Excellent condensé de ce que l'on peut dire (et penser) sur le sujet. La libre pensée existe bien le plus dur est de penser à voix haute dans une société de plus en plus policée et où le citoyen est surveillée, espionnée, suspectée dès qu'il exprime des idées contraires à la doxa officielle. Malheur à celui ou celle qui ne partage pas le même discours ou les mêmes croyances. On a vu ce que certains ont écopé de ne pas être "Charlie". Dans le pays des droits de l'homme tout est encadré, la liberté d'expression ou le tarif des loyers c'est pareil. Il faut quand même reconnaître que 90% des moutons adorent être encadrés, cela leur évite de penser et leur donne plus de temps pour les divertissements en tous genres. La vie est si courte et tout va si vite !

N.L. Taram 01/11/2015 21:39

Bonjour Jacques, oui les "moutons", terme que j'utilise souvent. Il y a une grande majorité de mouton, mais ce n'est pas nouveau, ni spécifique à notre pays ; je pense que les moutons ont toujours existé depuis que l'humain vit en communauté. Le problème, c'est que les moutons s'ils suivent bien le berger (ou le bélier, lire Panurge), ils passent ensuite leur temps à bêler.

SAINT ETIENNE Claude 22/11/2010 15:21



Taram, "une actualité" m'amène à faire un additif concernant ces dogmes, essence même d'une religion. L'une d'entre elle, des plus connues, en
plus d'un panthéon de saints, saintes, anges, archanges et bon nombre de béats et autres benêts, s'est attaquée en plus des âmes au rituel de l'homme dans ses besoins
physiologiques.


Depuis l'origine, et bien avant les hommes des cavernes, ceux-ci n'avaient pas attendu l'invention du papier et des plans pour se reproduire. Chacun
faisait comme bon lui semblait et l'espèce se trouvait ainsi perpétuée. Faute d'en rougir et d'être pris pour un voyeur, sans m'attarder sur la chose, je pense que ces gens "nos ancêtres", ont
développer des techniques pour d'une part avoir une descendance et de l'autre avoir de bons moments pour leur repos....


D'ailleurs, cette fois-ci, avec l'arrivée du papier, donc des livres, nous avons la preuve avec ce que le Kâma-Sûtra nous révèle que la jouissance sous
tout ses états, était arrivée à son summum des les premiers siècles de notre ère.


L'église, elle avec ses membres corrompus pardon j'ai fait un lapsus (oh! encore un) a décidé de faire fort en s'appropriant, domptant, régentant les
besoins physiologiques de chacun dans le but de soumettre les hommes et de mieux les guider. Des inepties ont été proférées sur l'utilité des rapports qui ne devaient qu'être réservés à la
procréation. Des missionnaires ont même expliquer aux populations comment faire pour qu'il n'y ai pas péché d'ou perversions des âmes. Alors que l'origine du célibat puise sa
source dans les orgies perpétuées justement par ceux-ci.


Telle la définition de la terre fixe, centre de l'univers, que Galilée déboulonna à deux poils d'y perdre la vie, et pourtant... Combien y'a t-il eu
de temps, de morts et d'excommunications pour ce dogme, avant que cette institution reconnaisse la réalité toute bête.


 Pour ce qui est des rapports sexuels, l'homme dans l'abri de l'alcôve et des yeux pervers des pères, curés et abbés, est devenu plus habile, a
peaufiner son art, comme ça, en catimini. Pas l'église. Jusqu'au début des années 70 tout le monde se fichait de la prise(ancienne) de position de l'église sur le sujet. Chacun roulait pour soi,
ces choses intimes se passant en dehors des regards. Mais la découverte de la notion "maladie transmissible" et sa position dument réitérée par les instances ecclésiastiques remit en exergue le
non ajustement des des dogmes avec l'évolution des mentalités, des sciences et des techniques nouvelles. L'église est vraiment une secte d'un autre temps, fermée à toutes contradictions. En
ce siècle il aura fallu près de 40 ans pour que, du bout des lèvres seulement, le pape actuel, reconnaisse l'emploi du préservatif et encore sous réserve..... Vivons nous un moment historique
pour cela?


Fort heureusement, si des catholiques ont écouté ces "conseils" ils n'ont pas forniqué mal à propos et seulement entre couple légitime, pour les autres
heureusement qu'ils sont passés outre et dans ce cas les conseils médicaux avaient valeur de survie....



SAINT ETIENNE Claude 22/11/2010 12:15



Bien sûr que les religions trouvent leurs source parmi les non croyants, c'est l'évidence. Savez vous comment après avoir "inventé" une
religion, un type dont j'ai oublié le nom, la propagea....


Nous sommes bien des siècles en arrière. Un empereur (ou roi de l'époque) en avait mare de se battre avec des tribus sans foi ni loi, sitôt soumis sitôt
révoltés. Avec son conseil, il conclut que pour être dociles, ces guerriers avaient besoin d'un fil conducteur, après avoir taillé l'ébauche, puis défini les bases de se qui deviendra une
nouvelle religion, il chercha à répendre ce dogme, sans trop de réussite toutefois. La mayonnaise ne prenait pas dans son entourage. Pourquoi?    Tout simplement parce que ses gens
appartenaient à une communauté dites érudites (pour l'époque), chacun y discutait et y pensait. Aussi chercha t-il le clan le plus reculé, celui composé des gens les plus bêtes plus
près des animaux mais toutefois bons commerçants... Il les fit payer avec des pièces très belles et à l'effigie du nouveau prophète ou une devise percutante, en trois mots, y était gravée. Chacun
recevant cette pièce demandait ce qui y était inscrit. Ces pièces belles et de bonnes paroles, furent à la base de la transmission de l'islam jusqu'à nos jours. Certes, cette histoire est
volontairement minorée, voire tue, mais sans elle il n'y aurait pas cette religion.



Christian Penilla y Perella 22/11/2010 08:11



Taram


 


Cela est si bien dit que l'on en reste pantois . Il y a si " peu " ( c'est bien prétentieux de ma part ) à en rajouter .


Et pourtant ...............si le bon sens émerge de notre petite cervelle , c'est si évident .



N.L. Taram 22/11/2010 08:41



Bonjour Christian,


En fait, j'avais préparé un article intitulé "Le libre examen", mais je n'étais pas satisfait et je cherchais un peu de doc pour l'agrémenter. Je suis tombé par hasard sur le site "La libre
pensée", exactement ce que je cherchais, un régal, tout est bon, rien à jeter (bien sur, on peut débattre et être en désaccord "Messieurs les anglais tirez les premiers" ).


J'ai écrit un message aux gestionnaires de ce site pour les féliciter, leur dire que je m'étais amplement servi et que je reviendrai surement..