LA LIGNE ROUGE

Publié le par N.L.Taram

Tavini entête



Papeete, jeudi 4 février 2010

 

 

Honnêteté, autodétermination et aéroports :

Les 3 lignes rouges du président Temaru

 

Mme Marie Luce Penchard a été accueillie à la mairie de Faa’a par M. Oscar Temaru mercredi en début de soirée. Le ministre de l’outre mer était accompagné du haut commissaire M. Adolphe Colrat, du sénateur Éric Doligé et du député Philippe Gosselin. Le président Temaru lui a présenté les représentants Tony Géros et Hiro Tafaarere, le sénateur Richard Tuheiava et son directeur de cabinet à la mairie Jean Paul Barral.

 

Mme Penchard a rappelé les positions du gouvernement central sur 3 points essentiels: la réforme du mode de scrutin, l’aéroport et enfin la fameuse ligne rouge du Président de la République. Il ressort des propos d’Oscar Temaru que la Polynésie telle qu’il l’aime et la respecte a elle aussi ses lignes rouges.

 

Il aborde directement les affaires judiciaires. « L’État ne peut pas laisser à la tête du pays des personnes qui normalement seront condamnées si la justice fait son travail jusqu’au bout ». La ministre a rassuré le représentant maire, affirmant que le président Sarkozy laissera la justice conduire les procédures jusqu’à leur terme.

 

Autre ligne rouge pour M. Temaru, le choix d ‘Égis est « un contresens ». Rappelant que la Polynésie est dotée d’une autonomie élargie, tous les leviers du développement doivent lui revenir.

 

Enfin, sur les déclarations du Président Sarkozy, Oscar Temaru s’est contenté d’une petite leçon d’Histoire. En revenant d’Alger, le général De Gaule avait affirmé que l’Algérie resterait française, quelques années plus tard ce pays devenait indépendant. « Nous ne sommes pas une population. Nous sommes un peuple avec une culture, une histoire et un pays ».

 

L’élection du président de la Polynésie au  suffrage universel  a également fait l’objet d’un échange de points de vue : élément de stabilité pour Oscar Temaru, exclusivité de la Présidence de la République a rappelé Mme Penchard. M. Temaru a remis à Mme Penchard un document sur les propositions de l’UDSP pour la réforme du mode de scrutin.

 

À l’issue d’un entretien de près de 2 heures, sur des points aussi essentiels et fondamentaux que l’aéroport, le droit à l’auto détermination, l’honnêteté des élus et plus particulièrement des dirigeants, Oscar Temaru s’est montré courtois mais ferme : pour lui, aucune alternative.

 

Car : 2319

 

«  E Fenua tou,  E Nuna’a tou, E Reo tou  » 

Secrétariat Général du Tavini email tavinihuiraatira@gmail.com

BP 61 490  FAA’A – CENTRE 98 703 TAHITI POLYNESIE
------------------------------------------------------------------

La ligne rouge

CHARTES DES NATIONS UNIS

Chapitre I : Buts et principes

Article 1

Les buts des Nations Unies sont les suivants :

1.       ...............
2.     Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde;

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 08/02/2010 08:38



Pas de problème Christian nous sommes sur la même longueur d'onde, l'argent, le pétrole et maintenant l'enrichissement personnel dirige le monde. Avant,
les riches laissaient 90% de leurs gains aux impôts et il avait beaucoup de riches, de plus il s'occupaient de leurs employés avec respect de ceux-ci.


Après, tout un système de remise d'impôt a été instauré pour que ces nouveaux riches (famille,copains) puissent toujours gagner plus, tout en dépensant
moins. Chose absurde, on voit même les services des impôts rembourser des gens outrageusement riche et taxer d'avantage le petit peuple pour mieux rayer les ardoises des personnes "dites"
les grands imposables dans le malheur?.... Tu sais, de ceux qui méprisent les petits employés, et que le ministre des finances raye la dette d'un seul trait de plume.


Dans les pays nordiques les ministres eux même viennent au conseil sur des vélos et ce,  sans escorte.


 


En France un ministre, je sais pour l'avoir vu, a une compagnie de CRS arrivée la veille au soir, qui fouille le secteur et monte la garde toute la nuit
arme à la hanche, le jour dit, c'est au tour des gendarmes, déviations, contrôles d'identité etc... Visite du ministre sur site = 10'.... Et encore je ne parle pas de l'état déplorable des
routes en cet endroit qui miraculeusement ont été refaites 3 semaines avant, ça et sur le passage toutes les infrastructures sales et rouillées qui ont été peintes de frais.


 


Heureusement, nous avons un président qui nous fait faire des économies en supprimant les fonctionnaires la ou ils sont utiles et en engageant la ou ils
le sont le moins( plus de 100 cuisiniers à l'Élysée).


Et puis la toute dernière, le vélo n'étant pas un moyen assez économique, ce dernier à fait son choix sur un airbus d'occase (oui quand même)
qu'il fait aménager selon sa convenance. Selon les dernières nouvelles, il aurait fallut y faire des modifications importantes pour y intégrer un four à pizza.


Et pendant ce temps, les pauvres mecs rattrapés par ces saloperies de pathologies dues au nucléaire, honteusement laissés pour compte, croupissent, eux
et leur famille, dans la misère la plus noire pour certains. Peut être un jour, en levant les yeux au ciel, auront ils la satisfaction de contempler le number one à défaut d'avoir la force
de cracher sur sa coque gardée jour et nuit.



Taram 08/02/2010 09:10


Bonjour Claude,
Chez nous, c'est pas mal non plus.... mais en plus petit, évidemment (mais aussi cher ???).
Pour le visite d'un certain président de la république, notre président de l'époque a exproprié, en toute illégalité, des terrains à Fakarava pour construire un grand fare d'accueil, il a fait
construire une belle route goudronnée de 21 Km qui va de rien à rien (je vais mettre en lien 3 photos de Fakarava). Il a aussi fait arracher des arbres rares du Jardin Botanique de Tahiti pour
faire un héliport (eh, oui !). Héliport et Fakarava, entre autres, où le président JC n'a jamais mis les pieds...
Les trois photos :
http://images.imagehotel.net/?jwk3ardw0n.jpg
http://images.imagehotel.net/?msxjzzzho7.jpg
http://images.imagehotel.net/?el63x6a6oq.jpg


christian Penilla y Perella 07/02/2010 08:02


Saint Etienne Claude . 
  
       Pourquoi l'on intervient pas dans ces pays africains ( pas que là )  ? Pétrole , toujours le pétrole . En plus les intêrrets des étrangers  dans leur
sous sols riches en minerais . Des dictateurs ou des semblants de démocrates qui bradent les richesses de leurs pays en remplissant leurs comptes en banque en occident . Aprés , tous leurs
malheureux citoyens , au péril de leur vie envahissent leurs exploiteurs . 
       Nous vivons dans un monde de fous .
       Les banques par leur rapacité et leurs combines ruinent l'économie mondiale et l'argent des états qui ne sont que les taxes et les impots des administés sont là
pour les renflouer . 
       A peine que  les banques démarrent avec cet argent frais qu'elles recommencent à boursicoter et à re distribuer des sommes faramineuses .
        


christian Penilla y Perella 07/02/2010 07:39


     Sûr que Sarkosy dit tout et son contraire .Il exploite tout de l'extrème droite à l'extrème gauche : pro banquiers , anti banquiers , pro ouvriers , anti ouvriers ,
pro syndicats , anti sydicats , pro industriels , anti industriels ,  pro capitaliste , anti capitaliste . Il parle , il parle , il parle de  tout et son contraire . C'est la
démagogie et le populisme permanent .
     Pour revenir à la Polynésie , l'ancienne ministre d'outre mer : on va fermer les robinets  ! ! ! ! , il n'y a pas de peuple polynésien ! ! ! ! , maintenant
la ligne rouge de Sarkosy .................à trop tirer sur la corde elle finira par casser . le plus triste c'est que c'est les plus innocents et les plus pauvres pour qui la facture sera la plus
douloureuse .    
      En 1986 un de mes amis de Hong Kong qui avait vécu l'indépendance de l'Indochine et un peu plus tard celle de Madagascar me trouvait trop optimiste pour l'avenir des
relations de la France avec la Polynésie . Actuellement je suis devenu  pessimiste . Je n'attends plus rien de ce pays . 
     Vive que les polynésiens se réveillent et que c'eux qui ont un meilleur bagage et du bon sens  prennent en main ce pays .
     Vu notre petitesse au point de vue population nous sommes contraints d'être dans un grand ensemble , l'évolution du monde peut nous permettre dans le futur des opportunités

     La Polynésie existait avant l'arrivée des européens , ils existent encore aujourd'hui , ils seront toujours là dans un autre contexe . Et la terre continuera à
touner .

      
     La France c'est une chose mais ceux qui la conduisent c'est autre chose et ce n'est pas beau .


christian Penilla y Perella 07/02/2010 05:32


La France s'y connait en ligne rouge . 
      La première ligne rouge c'est quand elle a mis la main sur un pays , un peuple qui avait une histoire , une langue , son propre   pays et en a
fait sa propriété .
      Plus tard la France a passé la ligne rouge avec l'affaire Pouvana'a a Oopa , elle a cassé un homme respecté de tous qui pouvait entraver  ses propres intêrrets
de prestige ceci sur le dos des polynésiens . Localement quelques vautours on apporté leur soutien à ses actions .  
      Elle a remis cela avec l'implantation du Centre de tir Nucléaire , elle en avait rien à foutre de cette ligne rouge .
      Et Sarkosy lui même vient de passer la ligne rouge dans son discourt à l'Ile de la Réunion , est il au dessus des lois , au dessus de la constitution française , au
dessus des accords signés à l'ONU par tous les pays de la terre ?     
     


Taram 07/02/2010 06:28


Bonjour Christian,
Sarkozy dit beaucoup de choses et fait souvent l'inverse, mais c'est un malin ; Dans notre cas, il n'a pas passé la "ligne rouge", ni vis à vis de la constitution (§ l'article préambule), ni vis à
vis des Nations-Unies (voir le comm.de Tartarin). En fait, c'est un certain de Gaulle qui a pris la précaution de sortir certaines colonies de la Communauté française pour en faire des
collectivités territoriales ; Cela pour des raisons stratégiques, ces petits territoires n'avaient aucun moyen de refuser et ils font partie depuis de l'intégrité territoriale de la France sur
laquelle l'ONU ne peut intervenir. Oscar Temaru a bien choisi ses mots quand il a parlé de "peuple", c'est le seul argument que l'on retrouve dans l'article 1, alinéa 2 de la Charte des Nations
Unies.


SAINT ETIENNE Claude 06/02/2010 08:57



Est-ce que cela a mit fin au bourbier Afghan des Anglais à l'époque de cette déclaration généreuse, que nenni. Puis plus tard ces guerres larvées, des
russes et des Américains. Elles étaient bien personnelles non?


 


Comme le rappel Tartarin, la résolution plus souvent bafouée qu' évoquée est maintenant appliquée dans ce pays par les casques bleus des
Nations Unies. Personnellement je ne suis pas sur de la conformité texte/terrain.


 


Dans ce cas, à quoi servent les nations dites unies, si quelques meneurs n'en font qu'à leur tête?


 


Cette réflexion est aussi valable pour les petits arrogants qui ne veulent pas se soumettre et pour lesquels rien n'est fait. Je pense à
l'esclavage pratiqué encore dans certains pays d'Afrique. Ne peut on avec les moyens actuels intervenir efficacement?


 


La réponse est oui bien sur, alors pourquoi ne le fait on pas?


 


Pourquoi n'a t-on pas cette volonté?



Tartarin 06/02/2010 08:24


Taram, c'est très bien d'avoir rappelé LA CHARTE DES NATIONS UNIES, Article 1, alinéa 2 sur "le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes", mais tu as oublié un truc important : La résolution 1514
du 12/12/1960, chapitre XV, paragraphe 6, qui stipule clairement que

« toute tentative visant à
détruire partiellement ou totalement l'unité nationale et l'intégrité territoriale d'un pays est incompatible avec les buts et les principes des Nations Unies ».
????